1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2020

IL Y A 50 ANS DISPARAISSAIT BOURVIL, LE 23 SEPTEMBRE 1970

Numérisation_20200922 (2).jpg

Extrait d'un catalogue Pathé-Marconi

de mise à jour de 1953

- collection Pierre Arrivetz -

 

Le grand public conservera longtemps l'image de l'immense acteur qu'était Bourvil. Il se souviendra aussi de sa prolifique carrière de chanteur et d'humoriste.

André Raimbourg enregistra plus de 100 titres chez Pathé disques, gravés à l'usine de Chatou.

 

Numérisation_20200922.jpg

Catalogue de mise à jour Pathé-Marconi 1953

- collection Pierre Arrivetz -

 

Jusqu'à sa mort le 23 septembre 1970, Bourvil fut fidèle à Pathé-Marconi, comme le furent également Édith Piaf et Tino Rossi à Columbia, autre label de la major française à cette époque.

Tino Rossi et Bourvil avaient d'ailleurs le même impresario, André Trives, qui assurait le lien avec Pathé-Marconi.

Le 6 novembre 1953, il reçut le Grand Prix de l'Académie du Disque Français pour Bourvil et les Pierrots parisiens, un ensemble de 8 comptines pour enfants.

La cérémonie, patronnée par le président de la République Vincent Auriol, eut lieu dans les salons de l'hôtel de Rohan à Paris.

Rohan (2) (1).jpg

Cliché Emmanuel Jourquin-Bourgeois

- tous droits réservés -

 

L'aspect de cet événement put sembler protocolaire, eu égard à la présence du chef de l’État et de plusieurs ministres.

L'annonce du palmarès se déroula au contraire dans une ambiance joyeuse et détendue. La présence de Bourvil n'y fut naturellement pas étrangère, en outre, le président Auriol avait un goût prononcé pour la musique.

Pathé-Marconi avait fait fabriquer des disques en chocolat La Voix de Son Maître que l'écrivaine Colette - présidente de l'Académie du disque français-, Gilbert Bécaud, Georges Guétary, Jean Cocteau et bien sûr Bourvil s'amusèrent à croquer devant les photographes, avant de poser aux côtés des gardes républicains.

Rohan (11).jpg

Clichés collection Emmanuel Jourquin-Bourgeois

- tous droits réservés -

Rohan (8).jpg

Lors de ce déjeuner, Pierre Bourgeois, patron de Pathé-Marconi, remit à Bourvil la médaille de la Ville de Paris échelon vermeil.

REMISE MEDAILLE BOURVIL 1953.jpg

Cliché Emmanuel Jourquin-Bourgeois

- tous droits réservés -

 

Cette cérémonie fit l'objet d'un 33 tours Pathé-Marconi fabriqué à Chatou devenu bien rare.

La pochette est illustrée de nombreuses photos, le disque reprend les allocutions du président Auriol, de Colette, de Frédéric Dupont, président du Conseil municipal de Paris, d'André Marie, ministre de l’Éducation nationale, d'Albert Bernard, président de la Fédération internationale de l'Industrie phonographique et de Pierre Gaxotte, historien, membre de l'Académie française et de l'Académie du disque français.

Les liens qui unissaient Pathé-Marconi aux pouvoirs publics dans les années 1950 sont notoires.

André Marie, dont le ministère de l’Éducation nationale était en charge des Arts et Lettres, venait déjeuner avec Édith Piaf, Colette ou Bourvil au domicile de mes grands-parents, Pierre et Juliette Bourgeois, au 107 rue de l'Université, tout près de l'Esplanade des Invalides.

Vincent Auriol proposa d'ailleurs à mon grand-père à cette période de devenir ministre du Commerce et de l'Industrie dans son gouvernement, proposition que mon aïeul déclina pour se consacrer à sa passion : la musique, son industrie et ses artistes.

Pathé-Marconi employait régulièrement un photographe indépendant nommé Max Micol, qui couvrait les événements publics comme privés animés par Pathé-Marconi.

Au milieu des années 1950, son successeur, Jean Mainbourg, fut chargé par la firme de réaliser les pochettes de disques de Bourvil pour Pathé disques. Bourvil l'aimait bien et ceux qui l'ont connu savent que Bourvil avait ses têtes.

A chaque visite du photographe à son domicile du 12 boulevard Suchet, Bourvil avait l'habitude de s'exclamer « Voilà Mainbourg pour Raimbourg ! ».

Le fait que les deux hommes furent nés tous deux en Normandie participa sans doute à leur complicité .

Emmanuel Jourquin-Bourgeois,

petit-fils de Pierre Bourgeois

président de Pathé-Marconi

de 1949 à 1959

 

 

N.B : le livre "Chatou, une page de gloire dans l'industrie", doit faire l'objet d'une réédition par l'association Chatou Notre Ville

Bandeau site (1).jpg

Écrire un commentaire