1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2017

L'EDITION FRANCAISE - DES TRACES A CHATOU

La consultation des matrices cadastrales de Chatou permet d'établir que Michel Lévy (1809-1875), éditeur 2 bis rue Vivienne à Paris, possédait des terres dans la commune. Michel Lévy, dont le nom ne parle peut être plus aux générations nouvelles, fit émerger sous le nom de "Michel Frères" après l'avoir fondée en 1836, la maison d'édition la plus importante d'Europe à la fin du Second Empire. Celle-ci employait Stendhal, Lamartine, Balzac, Dumas, Baudelaire, Hugo, Flaubert, Renan, Tocqueville, Louis-Philippe, Guizot, Thiers... C'est Emile Augier, membre de l'Académie Française, commandeur de la Légion d'Honneur, auteur de théâtre à succès et habitant renommé de notre voisine Croissy-sur-Seine, qui remit à son domicile de Croissy à Michel Lévy la Légion d'Honneur au grade de Chevalier le 26 septembre 1873.

MICHEL LEVY MATRICE.jpg

Folio 1312 de la matrice foncière de Chatou 1865-1885 

mentionnant Michel Lévy

 

Au décès de Michel Lévy, c'est son frère Calmann Lévy (1819-1891), qui reprit la maison d'édition et la rebaptisa Calmann-Lévy. Monsieur Calmann Lévy posséda lui aussi des terres avenue de Brimont comme en atteste la matrice foncière de Chatou qui enregistra une mutation à son profit en 1860. Et il reçut lui aussi la Légion d'Honneur au grade de Chevalier le 20 décembre 1878 des mains du Ministre de l'Agriculture et du Commerce, Pierre Teisserenc de Bort. Les éditions Calmann-Lévy sont encore aujourd'hui un fleuron de la littérature française.

CALMANN LEVY.JPG

 Folio 1311 de la matrice foncière de Chatou 1865-1885

mentionnant Calmann Lévy

LOCO DU PATRIMOINE.jpg

15/01/2017

SEMAINE DU CINEMA HISTORIQUE A CHATOU DU 18 AU 23 JANVIER 2017

Problèmes d'affichage ? 
Affichez cette newsletter dans votre navigateur.

 
 

A VOIR AU CINEMA LOUIS JOUVET

AVANT-PREMIÈRE DU FILM

CESSEZ-LE-FEU

avec Romain Duris...

en présence du réalisateur

Emmanuel Courson

Le film ne sortira sur les écrans français qu'à partir du 19 avril 2017

dimanche 22 janvier à 18h20

Sallette_et_Duris_Campagne_c__Alberto_Bocosgil_Polaris_Film_Production.jpg

 

 

 

Georges, héros de 14 fuyant son passé, mène depuis quatre ans

une vie nomade et aventureuse en Afrique lorsqu'il décide

de rentrer en France...

Peinant à retrouver une place dans cet après-guerre où la vie

a continué sans lui, il fait la rencontre d'Hélène avec qui il noue une relation tourmentée...

voir la bande annonce ici

Romain Duris formidable aventurier et héros de guerre

Un film romanesque qui nous fait voyager des tranchées de l'Argonne

à la savane et aux fleuves de Haute-Volta en passant par Nantes et

le Paris des années Folles avec un trio de comédiens exceptionnels :

Romain Duris, Gregory Gadebois, Céline Salette...

 

01/01/2017

MODIFICATION 2 PLU - NOTRE POSITION

TRACT NOUVELLE ANNEE 1.jpgTRACT NOUVELLE ANNEE 1 BIS.jpg

TRACT NOUVELLE ANNEE140.jpg

TRACT NOUVELLE ANNEE 3.jpg

 

 

 

27/12/2016

LE PAQUEBOT "PARIS", UNE CONTRIBUTION DES ATELIERS REMON

PARIS CARTE.jpg

 

La Grande Guerre avait ouvert en France une plaie géante, la tragédie d’une déshumanisation et d’une destruction sans précédent. La reconstruction devait se faire au plus vite. Le secteur de l’industrie s’y employa cependant que la création artistique française réapparut comme une fleur au printemps.

Mis en chantier en 1913, le paquebot « Paris » de la Compagnie Générale Transatlantique (carte ci-dessus) figura ce lien entre le rayonnement de la Belle Epoque et les lueurs du lendemain de la dévastation.

Lancé le 15 juin 1921, le navire disparut le 18 avril 1939 dans un incendie considéré communément comme criminel. Entre-temps, il avait redonné corps à une époque sur laquelle 4000 passagers ne manquèrent pas de jeter leur dévolu lors de chaque traversée.

PARIS ST NAZAIRE.jpg

 

Le paquebot "Paris" (1921-1939) à quai à Saint-Nazaire

 

PARIS REMON SEBILLE.gif

 

paquebot "Paris", affiche d'Albert Sebille 

 

 

une illustration musicale de jazz des années cinquante sur une composition d'époque à écouter en installant windows media player sur votre bureau et une enceinte

 

 

  

REMON PARIS PHOTO.jpg

Cliché revue "La Renaissance de l'Art Français" (1921)

REMON PARIS PHOTO BIS - Copie.jpg

Les ateliers Rémon (cf nos articles précédents sur le Catovien Georges Rémon) lui donnèrent le ton d’une magnificence passée à travers la réalisation d’une pièce commune, emblème de l’art de vivre à la française.

S’asseoir dans la grande salle à manger du « Paris » comme dans le fauteuil d’un palace 1900, contempler l’avenir, saluer l’Amérique, fouler le sol d’une nation conquérante tout en quittant le patrimoine rassurant et envié de la présence française, devint le programme attitré de milliers de voyageurs des deux continents. 

PARIS SALLE A MANGER BAS.jpg

 

Des vues de la grande salle à manger des premières classes réalisée par les ateliers Rémon. 

 

REMON PARIS SALLE A MANGER.jpg

 

Voici ce qu'écrivit  le journaliste Paul-Sentenac dans "La Renaissance de l'Art Français" en 1921 :

"La salle à manger des premières classes rivalise avec le grand salon pour la richesse de la conception Rémon et fils. Avec ses deux étages, avec le vitrage ouvragé de son plafond, avec la peinture d'Albert Besnard qui se place un peu à la manière d'un rideau de scène, cette pièce se présente presque comme une salle de théâtre. Ceci n'est-il pas très parisien pour un bateau qui a reçu le nom de "Paris" ?

Sur les panneaux, en clair citronnier de Ceylan, alternent en marqueteries, les souples retombées du léger houblon, de la vigne aux grappes plus lourdes, des feuillages du prunier aux fines feuilles, aux prunes violettes, ou du figuier aux larges feuilles.

Enfin, les rampes des escaliers, les balcons des galeries, les encadrements des fenêtres aux rosaces de pignes constituent de patients travaux de ferronnerie.

La sûreté et l'habileté du ferronnier Robert s'allient à l'élégance de ses arabesques. L'artiste a utilisé ingénieusement le sujet d'une fable de La Fontaine, "Le Renard et la Cigogne", pour la rampe centrale de l'escalier. Les sièges de cette salle à manger avec leurs formes amples, leurs tons éclaircis, avec l'entrelassure de leurs fonds, se montrent d'une accueillante modernité".

 PARIS DANSE.jpg

 

L'expert français en grands paquebots, Louis-René Vian, ancien élève de l'école Camondo, écrivit au sujet du réaménagement intèrieur du "Paris" en 1929 :

"le salon de thé de 1929 comportait une innovation remarquable : la première piste de danse en dalles de verre lumineuses installée à bord d'un paquebot. Les ridicules colonnes cédaient la place à de robustes piliers cylindriques en laque noire moirée, que venaient égayer les tentures cyclamen. Les parois furent habillées de dessins des monuments de Paris traités dans des camaïeux doux et discrets".

 

PARIS FUMOIR 1ERES CLASSES.jpg

Le fumoir des premières classes - les colonnes étaient en marbre jaune et vert à médaillons, les sièges en cuir rouge. Architectes : Raguenet et Maillard, ferronnerie : Raymond Subes.

PARIS DESCENTE DES PREMIERES.jpg

La descente des premières classes du "Paris". 

PARIS SC.jpg

Le salon mixte du "Paris".

PARIS SALON CABINE DE LUXE.jpg

Une cabine de luxe par Tardif - peinture décorative de Henri Lebasque pour le petit salon de luxe - piano avec marqueterie de nâcre.

REMON PARIS 4.jpg

PARIS SALON DE CONVERSATION.jpg

Le salon de conversation des premières classes du "Paris".

PARIS LA GRANDE DESCENTE.jpg

La grande descente du "Paris" était surmontée d'une coupole. L'ensemble était conçu par Bouwens de Boijen et le maître ferronnier Edgar Brandt.

   PARIS EN FEU.jpg

L'incendie du "Paris" au Havre le 18 avril 1939, résultat d'un attentat supposé par les nombreux feux qui partirent du bateau et qui coûta la vie à l'officier de sécurité du bord, le capitaine Sourdille.  

 

Sources :

"La Renaissance de l'Art Français" - 1921  par Paul-Sentenac

"Arts Décoratifs à bord des Paquebots Français 1880 - 1960" - 1992 - éditions Fonmare par Louis-René Vian

Archives Ouest-France

 

 

BULLETIN MARITIME COUV.jpg 
Pour en savoir plus, le bulletin historique de l'association 2010 (62 pages), en vente au prix de 15 euros pour les non-adhérents.Pour tout renseignement : piarri@orange.fr
 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

Locomotive SNCF 241 P compound fabriquée aux usines Schneider du Creusot de 1948 à 1952, emblème de l'association.

 

 

 

 

 

 

 

15/12/2016

LE NOMBRE DE LOGEMENTS SOCIAUX MANQUANTS A CHATOU SELON LA LOI DUFLOT ALUR

Le chiffre communiqué par la DDE est : 

1.450 logements à construire à Chatou d'ici 2025 

Soit dans l'espace

5 fois la Tour Renoir

(300 logements / 100 mètres de haut)

Notre association est partisane d'en réaliser

le plus là où cela détruit le moins

afin de préserver au maximum

les zones pavillonnaires.

Nous sommes opposés à la réalisation

de l'intégralité de ce programme

signifiant la destruction du caractère de Chatou.

 

Notre association œuvre activement

en concertation avec la municipalité

en faveur de la sauvegarde du patrimoine bâti

dont les protections ont été retirées

par la loi DUFLOT / ALUR.

Parmi les propositions,

création d'une emprise au sol

limitée à 20% de la superficie

du terrain en zone UP,

proposition reprise dans le projet

de modification n°2

du PLU par la municipalité.

 

 

LOGO PETIT.jpg

 

 

 

 

14/12/2016

LE DRAME DU 22 SEPTEMBRE 1878

LE TOURISTE.jpg

Le long de l'Ile de Chatou, vers 1900 - Les accidents sur la Seine furent rares mais jusqu'en 1914 malheureusement mortels soit pour raisons de collision soit par le fait du courant souvent sous-estimé. 

Les bords de Seine furent investis dés le XIXème siècle par des croisières entre Paris et Saint-Germain organisées par la Compagnie "Le Touriste" qui mettait à disposition des voyageurs un navire à vapeur longeant les bords de Seine de Chatou et Croissy et faisant escale. Un drame survint le dimanche 22 septembre 1878 dont un article de la presse locale se fit l'écho :

"Dimanche soir, un peu avant sept heures, "le Touriste", revenant de Saint-Germain, apercevait des signaux qui lui étaient faits par le passeur de la Grenouillère entre Chatou et Bougival, où il y avait un voyage à prendre. Il ralentit aussitôt sa marche. L'obscurité était malheureusement assez intense déjà pour empêcher le pilote de voir ce qui se passait à l’avant.

Les passagers du "Touriste" ressentirent une forte secousse : un bateau venait d’être pris par le travers et défoncé. Un tumulte indescriptible s’éleva sur  le Touriste. Des chaises furent jetées par-dessus bord dans l’espoir qu’elles pouvaient servir aux malheureux qui se noyaient. On ne savait pas combien de personnes montaient le bateau atteint et que la force du choc avaient lancées à l’eau.

Deux hommes du "Touriste" sautèrent dans le bateau du passeur et l’on se porta immédiatement vers l’endroit où flottaient différents objets. Le mécanicien du "Touriste" fut assez heureux pour saisir une malheureuse femme, flottant entre deux eaux et qui disparaissait pour la deuxième fois. Dès qu’elle put parler, elle ne fit que répéter : « mon mari, mon pauvre homme, où est-il ? l’avez-vous…Oh ! fallait donc me laisser ! ».

C’était navrant à entendre. Toutes les recherches demeurèrent infructueuses. Lundi matin, à 8 heures, le frère du directeur de la Compagnie du Touriste, retourné sur le lieu du sinistre, retirait le cadavre de l’infortuné. Il portait une large blessure au front et son pantalon de coutil, déchiré, laissait voir une éraflure à la cuisse. Ce malheureux, âgé de 40 ans, se nommait Duval. Il laissa une femme échappée par miracle car même sort que lui, sans ressource, sans soutien. Trois enfants restent à sa charge. Duval et sa femme venaient de Chatou dans un bateau chargé d’une partie de leur mobilier qu’ils portaient à Bougival où le mari allait occuper le poste d’éclusier. "Le Touriste" avait tous ses feux allumés. Tout le monde a fait son devoir."

L’Union Libérale Démocratique  de Seine-et-Oise

Dimanche 29 septembre 1878

21/11/2016

L'EXPOSITION DES 50 ANS DE L'ASSOCIATION PHILATELIQUE DE CHATOU ET DES ENVIRONS

Expo 2.jpg

De gauche à droite, Monsieur Fournier, maire de Chatou, Monsieur Raget, président de l'association Philatélique de Chatou et des environs et Monsieur Blache, président d'honneur

Expo.jpg

L’Association Philatélique de Chatou et des environs fêtait son 50ème anniversaire salle Jean Françaix à l’occasion d’un exposition du 17 au 20 novembre 2016. Fondée par un groupe de passionnés en 1966 parmi lesquels Monsieur Jean-Claude Issenschmitt, ancien élu et président d’associations, elle fut dirigée par Monsieur Philippe Blache de 2000 à 2016, lui-même contributeur à l’exposition de la gare sur les convoyeurs-stations qui affranchissaient le courrier dans des wagons postaux de la ligne Paris-Saint-Germain. Depuis 2016, elle est entre les mains de Monsieur Christian Raget qui a présenté l’exposition monumentale de ces trois jours. 864 panneaux A4 illustrés sous protection étaient en effet à l’honneur mis en scène par Mesdames Christiane Renaudeau, Edith Jolly, Sonia Goutte-Zekaria et Messieurs Joël Le Nezet, André Manchon, Jean Grillot, Christian Violas, Philippe Blache, Pierre Guillet, Christian Raget, Yannick Le Roy. Une animation était prévue pour les enfants.

ALLARD.jpg

Une lettre de 1742 du seigneur d'Allard, seigneur de Chatou de 1737 à 1757

DSCN4021.JPG

Les thèmes abordés par les timbres reflétaient une page d’histoire mondiale avec un luxe de détails inépuisable. La santé, les édifices religieux français, la musique des oiseaux, les peintres symbolistes, la poésie des fleurs, la peinture russe, le métro, les pompiers, les ponts, les papillons, l’astronomie, l’histoire de l’Autriche, de la Roumanie, de l’Allemagne, de la Lotharingie, Paul Gauguin, Van Gogh, la Première Guerre Mondiale, l’histoire de Chatou, autant d’illustrations et de commentaires sur le contexte des diverses émissions philatéliques. Malheureusement le plexiglas nous a empêché de prendre des photos de meilleure qualité et nous demandons l'indulgence de nos lecteurs.

Le dimanche 28 décembre 1879, le train de Liverpool avait quitté Edimbourg pour se rendre à Dundee en Ecosse. A 19h14, il était signalé comme entrant sur le pont de la Tay. Construit de 1871 à 1878, le pont était considéré comme un monument de l’architecture industrielle britannique. Hélas, la tempête soufflait à 180 km/heure.

TAY BRIDGE DISASTER.jpg

Le désastre du pont de la Tay, en couverture d'un journal de 1989 

Alors que le train était engagé sur le pont presque à mi-parcours, ce dernier s’effondra et le train disparut dans l’obscurité basculant dans les eaux glacées et tuant 75 personnes. Le pont de la Tay fut reconstruit en 1887. Mais dans la mémoire du pays de Galles, la tragédie a fait date.

LETTRE 1879.jpg

Lettre appartenant à Monsieur Jean Grillot sur la tragédie du pont de la Tay

Décoré de médailles mondiales philatéliques à Bangkok, Washington et Copenhague, Monsieur Jean Grillot, auteur d’un magnifique panorama philatélique sur les ponts traitant autant  de l’art que des matériaux de construction, venait exposer l’une des dix enveloppes du courrier postal réchappées du naufrage du 28 décembre 1879, instant d’émotion autour de cette histoire méconnue Outre-Manche.

WAGONS REPECHES.jpg

 

 

GALLIENI.jpg

Le maréchal Galliéni et le colonel Driant,député de Nancy mort au front en 1916

DRIANT.jpg

CLEMENCEAU.jpg

Clemenceau eut un timbre à son effigie et celui du navire qui porta son nom

ARMISTICE.jpg

L'Armistice de 1918 et le timbre du wagon

CHINE DU SUD.jpg

Une lettre de Chine du Sud de 1949 - bien que vainqueur parmi les Alliés en 1946 et ayant payé le tribut de la lutte contre le Japon, la Chine de Tchang Kaî Chek succomba aux avatars de la dictature et de la corruption du régime en grande faiblesse face aux principes collectivistes chargés de sortir les paysans de la misère et des injustices. 

tchang kai chek137.jpgj.jpg

Le maréchal Tchang-Kaî-Chek avec son épouse quittant le pouvoir en janvier 1949. Les généraux qui lui succèderont pendant quelques mois encore ne pourront renverser la situation. Il prit la difficile succession de Sun-Yat-Sen en 1925 en tentant de moderniser et d'unifier le pays, mit fin au règne des seigneurs de la guerre puis dût aussitôt combattre l'invasion japonaise à partir de 1931 et les premières avancées de l'armée rouge en 1937. Malgré le soutien américain, le gouvernement de Tchang-Kaï-Chek - qui ne vivait plus que dans la guerre - fut défait au lendemain de  la Capitulation par l'armée maoïste revigorée par le soutien soviétique.L'armée nationaliste  ne contrôlant plus qu'un réduit du sud  se transporta à Formose devenue Taïwan. L'écrivain Lucien Bodard (1914-1998) a été le grand reporter et le témoin irremplaçable pour le journal France Illustration des derniers jours de la Chine nationaliste de 1946 à 1949. 

 

Association Philatélique de Chatou et des Environs

Monsieur Christian RAGET : 06 59 89 61 69 

 

LOCO DU PATRIMOINE 3.jpg

 

 

   

12/11/2016

ACTUALITE DE LA MEMOIRE COMBATTANTE A CHATOU

LE 11 NOVEMBRE 2016 - CEREMONIE DE L'ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918

DSCN3809.JPG

Arrivée à l'hôtel de ville du cortège sortant de l'église

DSCN3818.JPG

Recueillement et discours au monument aux morts du cimetière des Landes

DSCN3817.JPG

La Première Guerre Mondiale  a engendré 9 millions de morts dont 1,5 millions de morts en France et à Chatou - 4000 habitants à l'époque - 272 morts. Chaque année, la commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918 signe la reconnaissance de la France à ses soldats morts pour la liberté et l'indépendance, la volonté de transmettre l'hommage de la Nation à des générations qui n'ont pas connu la guerre. Les sacrifices pour vivre libres sont une réalité qui doit s'imposer à toutes les consciences pour défendre l'humanité et combattre la politique du pire qui frappe à nos portes encore aujourd'hui.

DSCN3823.JPG

Le président de l'UNC, Alain Hamet, et Monsieur Ghislain Fournier, maire de Chatou, entourés des enfants des écoles Val Fleury et Jules Ferry.

 

A Chatou, les manifestations municipales associent depuis quelques années les jeunes et en 2016, cette représentation nouvelle s'est traduite par une présence accrue des enfants des écoles Val Fleury et Jules Ferry et l'équipe des jeunes sapeurs-pompiers.

DSCN3827.JPG

Les élèves sapeurs-pompiers associant les jeunes générations

DSCN3824.JPG

Monsieur Ghislain Fournier, maire de Chatou et Monsieur Romain Savoye, officier de marine de réserve (enseigne de vaisseau) et catovien, qui nous faisait l'honneur de sa présence.

 

La cérémonie, commencée à l'église Notre-Dame, s'est poursuivie dans les jardins de l'Hôtel de Ville puis au cimetière de Chatou. L'association Chatou Notre Ville qui fait appel à la mémoire combattante dans le cadre de son activité historique, était représentée comme ordinairement par son président et conseiller municipal, Pierre Arrivetz, également porte-drapeau suppléant de l'UNC. 

 

LE 12 NOVEMBRE 2016 - ASSEMBLEE GENERALE DE L'UNC

Fondée par le révérend Père Brottier avec le soutien de Georges Clemenceau président du Conseil à la sortie de la Grande Guerre (statuts déposés le 26 novembre 1918), l'Union Nationale des Combattants participe régulièrement aux commémorations des différentes guerres qui ont endeuillé notre pays y compris la guerre d'Indochine, souvent l'oubliée des combats du XXème siècle. On y retrouve d'ailleurs dans la section de Chatou Messieurs Le Lan, Chardin, Lausson, Le Gac, tous originaires d'Indochine.

UNC 12 NOVEMBRE 2016.jpg

DSCN3832.JPG

De gauche à droite, Messieurs Lucien Ruchet, Christian Faur, maire-adjoint délégué aux Anciens Combattants depuis de nombreuses années, Alain Hamet, Etienne Le Gac et Madame Nadine Hamet

Au terme de l'assemblée générale qui s'est tenue le 12 novembre 2016, le bureau nommé est composé de Messieurs Hamet, président, Ruchet, vice-président, Madame Hamet, secrétaire et trésorière, Monsieur Le Gac président d'honneur.

Nous ont hélas quittés Monsieur René Prévost, ancien président d'honneur et ancien président de Rhin et Danube ainsi que Monsieur Olivier Roy, résistant d'Indre-et-Loire devenu Montessonnais, qui avait bien voulu nous apporter son témoignage dans le cadre de la réalisation de notre coffret "Les Voix de la Guerre 1939-1945". 

Ajoutons que notre association Chatou Notre Ville a aussi perdu un grand témoin de la dernière guerre, Monsieur Robert Pelletier, qui, à 18 ans, avait participé à la libération de Monte-Cassino. Il nous reste sa voix, également enregistrée, celle d'un homme qui faisait face à toutes les situations en regardant constamment l'avenir. Tous ces combattants que nous avons eu la chance de côtoyer associaient la discrétion, le courage et la droiture. Leur compagnie était à la fois un plaisir et un honneur. Nous transmettons nos condoléances émues à leurs familles.

Nous ne pouvons que relayer l'appel originel de l'UNC du père Brottier et de Georges Clemenceau pour maintenir la mémoire vivante de nos combattants et morts pour la France en demandant à tous les catoviens militaires de réserve, anciens conscrits et engagés de rejoindre l'UNC Chatou.

UNC section Chatou

Monsieur Alain Hamet

4 route de Montesson
78420 Carrières-sur-seine
Tél. : 06 60 93 95 77
alainhamet@orange.fr

LOCO DU PATRIMOINE 3.jpg

 

21/10/2016

AU MUSEE FOURNAISE LA FEMME EST EN MAJESTE JUSQU'AU 30 OCTOBRE

FEMMES AFFICHE.jpg

Portait de l'impératrice Eugénie, dernière souveraine de France (1853-1870), par Charlotte Pierret, don de l'empereur Napoléon III à la sous-préfecture de Sarrebourg en 1869.

09/10/2016

CHATOU "EN SEINE" LE 17 SEPTEMBRE 2016

DSCN2599.JPG

 

DSCN2600.JPG

Le 17 septembre 2016, l’association, à l’initiative de son administrateur Monsieur Elie Marcuse, conviait ses amis à la première visite des Journées du Patrimoine du nouveau barrage des Voies Navigables de France. Cette manifestation sympathique faisait suite à l'annulation de la précédente par suite des inondations le 3 juin 2016.

Cet équipement assure le transit de 14.000 navires par an dont trente passages aller-retour par semaine de navires de croisière. L’acheminement des marchandises vers la Capitale domine le trafic fluvial, à la grande joie des citadins et automobilistes.

Le barrage emploie 7 personnes chargées de se relayer vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ont pu être observés le poste de contrôle, la passe à poissons, les trois grandes pannes de 30 mètres de large par neuf mètres de haut, le panorama des bords de Seine.

 

DSCN2592.JPG

DSCN2590.JPG

Une écoute attentive des responsables de VNF, on reconnaît dans les visiteurs le docteur Bringuier et Monsieur Minassian 

DSCN2589.JPG

 

Toutes les indications nous ont été données par les guides de VNF, responsables de l’exploitation. On doit notamment retenir que le bras de Bougival est le plus utilisé en raison de son aspect moins tortueux alors que le bras côté Rueil est quant à lui déserté par la navigation de transport.

DSCN2606.JPG

On reconnaît au centre Monsieur Jean-François Anières, président de l'association "Normandie Niemen" qui avait participé à la réussite de la projection par l'association au cinéma de Chatou du film "Normandie Niemen" (1959) avec l'acteur catovien Pierre Trabaud en 2013. 

DSCN2609.JPG

Au poste de contrôle

 

Rappelons que l’ancien barrage de Chatou, équipement modèle de la région parisienne, avait été construit de 1927 à 1932 en réponse aux inondations de 1910 et venait se substituer à l’ancien barrage en bois de Bezons construit sous Louis-Philippe.

SUTTON INDUSTRIE BARRAGE 1.jpg

L'ancien barrage de Chatou en construction

ANCIEN BARRAGE EN 2013.jpg

L'ancien barrage en 2013 

Nous remercions vivement nos guides qui ont intéressé la large assistance qu'ils véhiculaient. Alors qu'une publicité toute relative avait été faite, trois groupes comptant au total 140 personnes dont environ 60 de l'association avaient dû être constitués à des horaires différents.

PASSE A POISSONS.JPG

La passe à poissons. Seules des ablettes ont pour l'instant été repérées.

DSCN2601.JPG

NOUVEAU BARRAGE 0.jpg

Deux photos du nouveau barrage sous un ciel plus clément en août 2015

NOUVEAU BARRAGE 1.jpg

L’association Sequana représente l’héritière de ce qui fit naguère de Chatou un pôle nautique de première importance en région parisienne. Son savoir-faire unique s’est traduit par la construction ou la restauration de bateaux de la Belle Epoque, à voile ou à vapeur, délivrant un charme évident à nos bords de Seine et une animation à l’Ile de Chatou, aujourd’hui peu vivace et peu prisée des touristes.

SEQUANA NOCTURNE 2 2016.jpg

SEQUANA NOCTURNE 4.jpg

SEQUANA NOCTURNE 1.jpg

SEQUANA NOCTURNE 5.jpg

Le  soir du 17 septembre 2016 à partir de 20h30, l’association a mis en scène une partie de ses bateaux dans une représentation nocturne non sans rappeler les démonstrations qui présidèrent sur la Seine à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs de Paris en juin 1925. Pour découvrir la "Suzanne" et le "Roastbeef" en action, cliquez sur le lien video ci-dessous :

https://youtu.be/3EkgS4Gf0d8

 

En voyant ce spectacle pittoresque et évocateur, on ne pouvait qu’être convaincu de l’absurdité de vouloir faire quitter Chatou à l’association, décision prise par malheur en décembre 2014 et aujourd’hui objet d’une bataille juridique. Cette dernière au demeurant indifférente au fait qu’il n’y a personne à Chatou pour réclamer le départ de l’association, en particulier chez tous ceux qui ont une conscience du patrimoine et de la mise en valeur nécessaire des bords de Seine. En effet, sans l’activité nautique, le site Fournaise perd son âme. Or, l’Ile de Chatou peut redevenir un pôle  patrimonial et touristique de la région parisienne par la revalorisation de ses atouts « historiques » dont le nautisme fait éminemment partie.

LOCO DU PATRIMOINE.jpg