1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2021

GEORGES MANDEL, LE MINISTRE DE LA SANTE DES COLONIES (1938-1940)

 MANDEL COLONIES.jpg

Collection de l'auteur

 

Dans la société politique française de l’entre-deux-guerres, le natif de Chatou Georges Mandel était l’homme qui comprenait et agissait. Depuis sa première nomination en 1934, ses ministères ne traduisaient plus seulement une occupation de fonctions mais une succession d’offensives contre les maux intérieurs qui grevaient l’intérêt de la France.

L’opinion publique avait pu applaudir à l’efficacité de ses services aux PTT entre 1934 et 1936, Mandel lui offrant le charme d’une image d’homme fort et compétent au milieu d’une instabilité et d’une légèreté chroniques.

30337910493_2.jpg

Le ministère des Colonies, entre 1938 et 1940, représenta une action méconnue de la défense nationale sur un territoire de 110 millions d'habitants, la France possédant le second empire colonial du monde. Quant à l’état-major, qui détestait Mandel pour son esprit d’initiative et lui reprochait d’être resté prés de Clemenceau au lieu d’être allé aux tranchées en 1914,  son incapacité et son aveuglement concernant la défense du pays le conduisit naturellement à se désintéresser de ce que le ministre avait discerné dans le second front possible des colonies, avisant l’existence d’un secteur subalterne.

C’est ainsi que ce que Mandel exigeait, on le lui accordait. Le ministère des Colonies, repris tardivement en mains par lui à la suite de l’effondrement du Front Populaire en 1938, fut à son tour passé par les oukases de l’homme d’Etat.  Une partie de son action se situa sur le plan de la santé publique. Les crédits affectés aux services sanitaires offerts à la population furent partout augmentés :

-         En Indochine, de 90.590.000 francs en 1938, ceux-ci furent inscrits pour 112 .590.000 francs, soit une augmentation de 22 millions

 

-         A Madagascar, de 24.770.000 francs, ceux-ci passèrent à 33.068.000 francs, soit une augmentation de 8.298.000 francs

 

-         En Afrique Occidentale, on passa d’un budget de 100 millions à un budget de 162.280.000 francs

Seule l’Afrique Equatoriale dont les crédits avaient été augmentés de 50% en 1937, furent maintenus au même chiffre en 1939.

Derrière les chiffres, l’action visait l’augmentation des personnels médicaux civils et militaires, la modernisation des écoles de médecine de Dakar, Tananarive, Pondichéry, Hanoï, Brazzaville, la création d’un service d’assistance sociale pour tous les pays indochinois à l’exemple de celui existant en Cochinchine, la mise à disposition des médicaments contre la syphilis, le paludisme, la peste etc…N’ayant pas de goût pour la généralité, le ministre édita des circulaires  prescrivant l’approvisionnement des pharmacies des colonies pour six mois pour les médicaments, pansements, matériel sanitaire, et ce, afin de pourvoir à une éventuelle rupture de communication entre la métropole et les colonies. Les moyens de transports, en nombre insuffisant pour les ambulances et transports sanitaires, furent assignés également à l’augmentation.

Les campagnes renforcées de vaccination produisirent leurs effets : à Madagascar, où l’on enregistrait 2006 morts de la peste en 1936, le chiffre tomba à 671 cas en 1938. En Afrique Occidentale et en Indochine, ne subsistèrent que quelques cas isolés. A la suite d’un arrêté du 14 septembre 1938 du ministre, une campagne de vaccination contre la fièvre jaune toucha 100.000 sujets en Afrique Occidentale Française cependant que la gratuité de la quinine contre le paludisme était imposée en faveur des fonctionnaires civils et militaires et de leurs familles. Des épidémies de méningites cérébrospinales venues du Nigéria furent jugulées en peu de temps au Soudan, Niger et Côte d’Ivoire en 1938.

Georges Mandel créa également une Commission consultative de la maladie du sommeil au ministère des Colonies, bénéficiant du concours de la Société de Pathologie Exotique de Paris, et chargée de statuer sur toutes les questions thérapeutiques et techniques de la maladie. Une Commission contre la lèpre aboutit à un recensement des malades, à une campagne de soins de l’Institut de Bamako et au projet de construction de villages spécialisés pour les lépreux. Les œuvres sociales furent encouragées, un Institut Pasteur créé en Martinique, un autre au Cameroun, et des services radio-médicaux furent installés dans tout l’Empire.

De cette action obscure mais utile, des éloges furent tirés de la part de praticiens de l'époque mais qui s’en souvient aujourd’hui ?

 

Source :

L'oeuvre sanitaire de Monsieur Georges Mandel aux Colonies par le docteur Sasportas - "L'Hygiène Sociale" - novembre 1939

 

18/12/2020

LES PREMIERS TIMBRES DE L'HISTOIRE DE CHATOU

Numérisation_20201218 (2).jpg

La  VILLE DE CHATOU nous informe du lancement des premiers timbres de son histoire à travers deux carnets, l'un sur les monuments et l'autre sur les personnalités de la ville. Cette initiative, qui vise à valoriser l'image de Chatou à travers l'envoi du courrier, a tout notre soutien et appelle votre mobilisation.

Les timbres édités sont de surcroît vendus symboliquement au profit de la FONDATION DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CATOVIEN destinée à soutenir la restauration du NYMPHEE DE SOUFFLOT, monument historique de 1777 déclaré en péril auquel nous avons consacré une grande partie de notre action depuis vingt ans. La Fondation étant elle-même placée sous l'égide de l'INSTITUT DE FRANCE dont fut membre feu le ministre Henri Léonard de Bertin, dernier seigneur de Chatou (1762-1789).

Numérisation_20201218 - Copie.jpg

Numérisation_20201218.jpg

 

Ces timbres ont une valeur permanente en courrier prioritaire. 

Ces carnets ont été réalisés par LA POSTE dans le cadre d'une édition ID TIMBRE PRESTIGE financée par la ville à l'initiative de son maire-adjoint au patrimoine, notre ancien président aujourd'hui président d'honneur de l'association. 

Nous vous invitons, particulièrement en cette période de confinement et de fêtes, à vous procurer ces carnets au prix de 8 euros chacun au

CENTRE ADMINISTRATIF

3 RUE DES BEAUNES

78400 CHATOU

le règlement pouvant se faire

au guichet unique

par carte bancaire, chèque ou espèces. 

Ordre des chèques :

"Régie recettes

du centre administratif de Chatou"

Mail: leslie.charmille@mairie-chatou.fr

 

PERSONNALITES.jpg

Numérisation_20201218 10.jpg

 

Numérisation_20201218 (5).jpg

 

Merci pour votre fidélité

 

Nous vous souhaitons à tous

de très bonnes fêtes

et une excellente année 2021

 

Vidéos de i ll be go home for christmas dean martin

bing.com/videos

 

 

Bandeau site (1).jpg

03/10/2020

LA VIE A CHATOU AU TEMPS DE RENOIR

REVUE RENOIR.jpg

Malgré les difficultés liées au COVID-19, l'association poursuit son activité et dans le cadre de la commémoration du Centenaire Renoir a le plaisir de vous proposer cette revue en couleurs "La Vie à Chatou au temps de Renoir" (1869-1886) de 40 pages et 123 illustrations.

Vous pouvez vous la procurer en adressant un chèque de 15 euros à l'ordre de l'Association Chatou Notre Ville en l'expédiant à Association Chatou Notre Ville B.P.22. 78401 Chatou cedex.

La  revue est bien entendu offerte aux adhérents.

 

Heinz Kiessling - Kicker - YouTube

Bandeau site (1).jpg

22/09/2020

IL Y A 50 ANS DISPARAISSAIT BOURVIL, LE 23 SEPTEMBRE 1970

Numérisation_20200922 (2).jpg

Extrait d'un catalogue Pathé-Marconi

de mise à jour de 1953

- collection Pierre Arrivetz -

 

Le grand public conservera longtemps l'image de l'immense acteur qu'était Bourvil. Il se souviendra aussi de sa prolifique carrière de chanteur et d'humoriste.

André Raimbourg enregistra plus de 100 titres chez Pathé disques, gravés à l'usine de Chatou.

 

Numérisation_20200922.jpg

Catalogue de mise à jour Pathé-Marconi 1953

- collection Pierre Arrivetz -

 

Jusqu'à sa mort le 23 septembre 1970, Bourvil fut fidèle à Pathé-Marconi, comme le furent également Édith Piaf et Tino Rossi à Columbia, autre label de la major française à cette époque.

Tino Rossi et Bourvil avaient d'ailleurs le même impresario, André Trives, qui assurait le lien avec Pathé-Marconi.

Le 6 novembre 1953, il reçut le Grand Prix de l'Académie du Disque Français pour Bourvil et les Pierrots parisiens, un ensemble de 8 comptines pour enfants.

La cérémonie, patronnée par le président de la République Vincent Auriol, eut lieu dans les salons de l'hôtel de Rohan à Paris.

Rohan (2) (1).jpg

Cliché Emmanuel Jourquin-Bourgeois

- tous droits réservés -

 

L'aspect de cet événement put sembler protocolaire, eu égard à la présence du chef de l’État et de plusieurs ministres.

L'annonce du palmarès se déroula au contraire dans une ambiance joyeuse et détendue. La présence de Bourvil n'y fut naturellement pas étrangère, en outre, le président Auriol avait un goût prononcé pour la musique.

Pathé-Marconi avait fait fabriquer des disques en chocolat La Voix de Son Maître que l'écrivaine Colette - présidente de l'Académie du disque français-, Gilbert Bécaud, Georges Guétary, Jean Cocteau et bien sûr Bourvil s'amusèrent à croquer devant les photographes, avant de poser aux côtés des gardes républicains.

Rohan (11).jpg

Clichés collection Emmanuel Jourquin-Bourgeois

- tous droits réservés -

Rohan (8).jpg

Lors de ce déjeuner, Pierre Bourgeois, patron de Pathé-Marconi, remit à Bourvil la médaille de la Ville de Paris échelon vermeil.

REMISE MEDAILLE BOURVIL 1953.jpg

Cliché Emmanuel Jourquin-Bourgeois

- tous droits réservés -

 

Cette cérémonie fit l'objet d'un 33 tours Pathé-Marconi fabriqué à Chatou devenu bien rare.

La pochette est illustrée de nombreuses photos, le disque reprend les allocutions du président Auriol, de Colette, de Frédéric Dupont, président du Conseil municipal de Paris, d'André Marie, ministre de l’Éducation nationale, d'Albert Bernard, président de la Fédération internationale de l'Industrie phonographique et de Pierre Gaxotte, historien, membre de l'Académie française et de l'Académie du disque français.

Les liens qui unissaient Pathé-Marconi aux pouvoirs publics dans les années 1950 sont notoires.

André Marie, dont le ministère de l’Éducation nationale était en charge des Arts et Lettres, venait déjeuner avec Édith Piaf, Colette ou Bourvil au domicile de mes grands-parents, Pierre et Juliette Bourgeois, au 107 rue de l'Université, tout près de l'Esplanade des Invalides.

Vincent Auriol proposa d'ailleurs à mon grand-père à cette période de devenir ministre du Commerce et de l'Industrie dans son gouvernement, proposition que mon aïeul déclina pour se consacrer à sa passion : la musique, son industrie et ses artistes.

Pathé-Marconi employait régulièrement un photographe indépendant nommé Max Micol, qui couvrait les événements publics comme privés animés par Pathé-Marconi.

Au milieu des années 1950, son successeur, Jean Mainbourg, fut chargé par la firme de réaliser les pochettes de disques de Bourvil pour Pathé disques. Bourvil l'aimait bien et ceux qui l'ont connu savent que Bourvil avait ses têtes.

A chaque visite du photographe à son domicile du 12 boulevard Suchet, Bourvil avait l'habitude de s'exclamer « Voilà Mainbourg pour Raimbourg ! ».

Le fait que les deux hommes furent nés tous deux en Normandie participa sans doute à leur complicité .

Emmanuel Jourquin-Bourgeois,

petit-fils de Pierre Bourgeois

président de Pathé-Marconi

de 1949 à 1959

 

 

N.B : le livre "Chatou, une page de gloire dans l'industrie", doit faire l'objet d'une réédition par l'association Chatou Notre Ville

Bandeau site (1).jpg

07/09/2020

JOURNEES DU PATRIMOINE DE CHATOU 19 ET 20 SEPTEMBRE 2020 - VOTRE PROGRAMME !

Numérisation_20200907 (3).jpg

14/07/2020

INAUGURATION DU MEDAILLON RESTAURE DE GEORGES MANDEL SUR SA MAISON NATALE LE 7 JUILLET 2020

IMG_5749.JPG

 

MANDEL PHOTO ENTREE.jpg

Cliché de Monsieur Frédéric Caillaud avec nos remerciements

De gauche à droite, Monsieur Jean-Baptiste Godillon, conseiller municipal membre de la commission de la mémoire combattante, Monsieur Pierre Arrivetz, adjoint au maire à la mémoire combattante, au patrimoine historique et à l'histoire, Monsieur Eric Dumoulin, maire de Chatou et Madame Michele Grellier, première adjointe à la Culture, au Commerce et à l'Evènementiel

 

IMG_5730.JPG

Dans ce rassemblement en comité restreint, on pouvait noter la présence outre de Monsieur Eric Dumoulin, Maire de Chatou et de Monsieur Christophe Rague, chef de cabinet, de Madame Danièle Moulinier, vice-présidente de l'Amicale des Anciens de la Résistance et FFI, Monsieur Lucien Ruchet, porte-drapeau et trésorier de l'Amicale, Madame Marie-Christine Davy, présidente des Amis de la Maison Fournaise, Chevalier des Arts et des Lettres, Madame Laurence Malcorpi, présidente de Sequana, Madame Véronique Chantegrelet, adjoint au maire à la Solidarité Intergénérationnelle, Monsieur François  Schmitt, adjoint au maire à la démocratie participative et à l'environnement quotidien, Madame Pascal Patat, conseillère municipale, Monsieur Pierre Guillet, Madame Nicole Cablan-Gueroult, conseillers municipaux membres de la commission de la mémoire combattante, Messieurs Benjamin Coutière, Franck Paquet, conseillers municipaux. Monsieur Hamet, président de l'Amicale des Anciens de la Résistance, était excusé de même que Monsieur Issenschmitt, président du Souvenir Français. Monsieur Saragoussi de la Société des Amis de Georges Clemenceau remplaçait le président Monsieur Marcel Wormser, lui-même officiant à Fontainebleau au même moment sur le lieu de l'assassinat. L'association Chatou Notre Ville, initiatrice, était représentée par Monsieur Elie Marcuse, vice-président, Madame Dominique Sevin, trésorière, Madame Suzanne Blache, secrétaire-adjointe, Monsieur Alexandre Gorriz, administrateur.

 

"Monsieur le Maire,

Mesdames, Messieurs les présidents et administrateurs d’association,

Chers Monsieur et Madame Caillaud, propriétaires de cette charmante maison dont vous avez la gentillesse de nous ouvrir les portes  à nouveau,

Mes chers amis,

 

Le 5 juin 2008, à l’initiative de l’association Chatou Notre Ville que j’avais alors l’honneur de présider, nous posions le médaillon en bronze de Georges Mandel offert par la société des Amis de Georges Clemenceau sur sa maison natale du 10 avenue du Chemin de Fer.

12 ans plus tard à l’initiative de Chatou Notre Ville et avec le soutien de la Ville de Chatou, nous nous réunissons pour inaugurer son médaillon restauré.

Les participants à cette opération de restauration sous le patronage de la Société des Amis de Georges Clemenceau sont : l’association Chatou Notre Ville, l’Amicale des Anciens de la Résistance et FFI de la 6ème région Ile-de-France, la Ville de Chatou, le Souvenir Français.

L’entreprise intervenante n’est autre que la société Tollis, entreprise du patrimoine plus connue pour sa restauration des fontaines de la Concorde et de la Gare du Nord laquelle travaille actuellement sur l’un des grands chantiers du patrimoine de notre pays, la restauration de la chapelle du château de Versailles.

Parlons du médaillon de Georges Mandel. Réalisé par le sculpteur François Cogné, auteur de la statue de Georges Clemenceau inaugurée sur les Champs Elysées en 1932, il n’est pas une épitaphe.

Il représente aujourd’hui le rayonnement de l’engagement historique d’un homme qui voua sa vie à la défense de l’indépendance et de la liberté de la France.

Georges Mandel, né à Chatou à l’occasion d’une villégiature de ses parents le 5 juin 1885 dans cette jolie maison de 1850, traça son chemin dans les méandres de la politique sinueuse et démissionnaire de l’entre-deux-guerres, poursuivant l’œuvre de son chef Georges Clemenceau dont il fut le directeur de cabinet de 1917 à 1920 mais dans des conditions autrement plus dures.

Député indépendant siégeant à droite pour la Gironde de 1919 à 1924 et de 1928 à 1940, Georges Mandel, seul, isolé, détesté pour son caractère et ses demandes d’interventions militaires anticipées, fut à la fois l’enquêteur  et le ténor inlassable de la dénonciation du réarmement allemand et du piétinement du traité de Versailles.

S’était-il définitivement éloigné de Chatou ? l’un de ses biographes en 1946, Paul Coblentz, affirma qu’il n’était pas rare qu’entre deux séances tumultueuses au Palais Bourbon, Georges Mandel ordonnât à son fidèle chauffeur : « Henri, à Chatou aller et retour », " ce qui détonnait avec le peu de cas que ce politique faisait de la nature."

Ministre emblématique des PTT dont il fit une administration modèle appréciée de tous les usagers de la poste et de la radio entre 1934 et 1936, Georges Mandel revint au gouvernement en qualité de ministre des Colonies de 1938 à 1940 (lesquelles couvraient un territoire immense de 110 millions de personnes) puis en tant qu’éphémère ministre de l’Intérieur du 18 mai au 16 juin 1940. Il est impossible de décrire ici l’œuvre qu’il accomplit en si peu de temps dans ses ministères.

MANDEL 1935.jpg

Georges Mandel inaugurant la compagnie "L'Air Bleu"

pour assurer le transport aérien du courrier en 1934

In "Georges Wormser -

- Georges Mandel, l'homme politique"

 

MANDEL RADIO MICRO.jpg

Dans la nuit du 13 au 14 juin 1940, alors que Paris allait être envahi par l’ennemi, Georges Mandel depuis son bureau convainquit de son sang-froid légendaire le général de Gaulle, sous-secrétaire d’Etat à la Guerre, dégoûté et souhaitant démissionner, de rester à son poste lui représentant que lui, De Gaulle, était un « homme intact » au milieu de la classe politique. L’homme du 18 juin aurait-il existé sans l’influence de ce grand ministre ? Le général de Gaulle pose lui-même la question dans ses Mémoires.

DE GAULLE EN 1944.jpg

 

Tandis que Churchill, qui recherchait un homme politique français conservateur, sollicitant en vain Paul Reynaud, lui envoyait à deux reprises un officier pour lui permettre de représenter la France à Londres, Georges Mandel refusait et exhortait à la poursuite des combats dans les colonies qu’il connaissait. Ce fut l'heure du général de Gaulle.

MATCH 7.09.1939.jpg

Extrait de l'hebdomadaire "Match" du 7 septembre 1939 - Georges Mandel, ministre des Colonies (1938-1940), rappelle le rôle vital de la France non métropolitaine dans les conflits

 

Le plan de résistance en Afrique du Nord prôné par Georges Mandel était loin d’être utopique. Il excluait seulement toute faiblesse dans la hiérarchie militaire, reposait sur l’installation d’un nouveau gouvernement à Alger, alors département français, la prise en charge de l’ensemble des troupes coloniales déjà constituées, par le général Nogués, résident général du Maroc et le soutien de la marine française en Méditerranée, marine alors l’une des plus importantes au monde.

SURCOUF.jpg

Le Surcouf, fleuron de la marine française, plus grand sous-marin du monde en 1939, lancé en 1929, capable de tirer trois obus de 120 kilos à la minute à une portée de 27 kilomètres, continua la guerre aux côtés des Alliés qui le bombardèrent par erreur en 1942, tuant ses 126 hommes d'équipage.

LE DUNKERQUE.jpg

Le croiseur "Dunkerque" : lancé en 1935, d’une vitesse de 31 nœuds, il fut bombardé lors de l’attaque britannique de Mers-El-Kébir le 3 juillet 1940 et perdit 211 hommes d’équipage. Ramené à Toulon pour être renfloué, il y fut sabordé le 27 novembre 1942 avec 90 navires de guerre français. Il comportait 8 canons de 330 mm, 16 canons de 130 mm, 4 canons de 37 mm, 8 canons antiaériens de 37 mm, 32 mitrailleuses antiaériennes. Il était armé d’une catapulte et chargé de 3 hydravions.
Il convient d'ajouter qu'en 1939, la marine française est la plus importante de son histoire comptant 176 bâtiments de combat dont 2 croiseurs de bataille, 5 cuirassés, 1 porte-avions, 1 transport d'hydravions, 19 croiseurs, 32 contre-torpilleurs, 38 torpilleurs et 78 sous-marins ainsi que 117 petits bateaux de combat (avisos etc). Le personnel de la marine, particulièrement bien formé et équipé, était sans doute le corps le plus motivé dans l'armée. Le ralliement de l'amiral Darlan à Pétain sonna son glas. Scindée en deux à Mers-el-Kébir et Toulon, la marine française fut anéantie par l'Angleterre (1940) puis sabordée dans la rade de Toulon (1942).

 

Ce plan aurait pu réussir. Au lendemain de l’appel du 17 juin 1940 à la cessation du combat par le maréchal Pétain nommé président du conseil, tous les gouverneurs d’Afrique du Nord et d’autres encore demandèrent au gouvernement la continuation des combats dans l’empire.

La signature de l’Armistice le 22 juin 1940 mit fin à cette espérance, le légalisme des militaires et le ralliement à Pétain de l’amiral Darlan, chef de la marine, enterrant non seulement toute vélléité  de résistance mais amenant à l’arrestation de Georges Mandel, transporté au Maroc par le Massilia, le 24 juin 1940.

C’est ainsi que l’homme qui pouvait incarner la France dans la guerre fut arrêté et emprisonné par Vichy en 1940, déporté  à Buchenwald en 1943, puis renvoyé en France par les allemands pour y être assassiné par la Milice le 7 juillet 1944.

Comme le ministre l’avait prévu, les Colonies furent le terrain de la reconquête. Mais, alors que le Débarquement avait commencé depuis un mois, la voix de Georges Mandel se tut pour toujours.

Les années ont passé, plusieurs livres et un téléfilm ont rendu hommage à Georges Mandel.

A Chatou aussi où existe une plaque commémorative de longue date grâce à la Société disparue des Amis de Georges Mandel, à Chatou dans sa ville natale au temps de la villégiature, nous sommes fiers de saluer à nouveau la mémoire de Georges Mandel, le ministre patriote et de le remercier pour l’exemple qu’il a donné. Ses actions et ses paroles furent celles de la France Libre fondée sur la clairvoyance, l’héroïsme et le sacrifice.

Je laisse maintenant la parole à Monsieur Jean-Baptiste Godillon, membre de la commission municipale de la mémoire combattante, qui va nous lire une lettre à Pierre Laval de Claude Mandel au lendemain de l’assassinat de son père adoptif."

 

Pierre Arrivetz

Adjoint à la Mémoire Combattante

Au Patrimoine Historique

A l’Histoire

Fondateur de l’association Chatou Notre Ville en 1994

 

Lettre de Claude Georges-Mandel, adressée à Laval après l’assassinat de son père lue par Monsieur Jean-Baptiste Godillon, membre de la commission municipale de la mémoire combattante :


" Monsieur Laval,

Dans son désarroi et dans sa douleur, celle qui me tient lieu de mère vous a adressé, il y a dix jours, une lettre dans laquelle, en bien grande humilité, se rappelant l’offre de vos bons offices, elle vous demandait des renseignements susceptibles de l’éclairer sur la mort de mon papa que nous avons apprise par les journaux et par la voix publique.

Vous n’avez pas daigné faire diligence pour lui répondre et sans doute ne le ferez-vous jamais. Laissez-moi vous dire, Monsieur Laval, que je vous comprends : vous avez honte.

Je suis encore bien petite et bien faible à côté de vous qui avez les Allemands pour vous défendre. Moi, j’ai les Français c’est vrai, et c’est d’ailleurs pourquoi, je ne vous demande pas de comptes comme j’en aurais le droit: ils s’en chargeront.

Je veux aussi vous dire, Monsieur Laval, que je plains beaucoup votre fille. Vous allez lui laisser un nom qui marquera dans l’histoire, mais le mien aussi.

Seulement, le mien sera celui d’un martyr tombé assassiné pour avoir eu trop raison.

Claude Georges-Mandel."

 

La cérémonie s'est terminée par un cocktail offert par la Ville de Chatou dans le jardin de la maison. On doit remercier Monsieur le Maire de sa présence en raison d'une réunion longue et difficile peu de temps auparavant. Et notre plus vive reconnaissance à Monsieur et Madame Caillaud, propriétaires de la maison natale du ministre défunt, qui nous ont une fois de plus fait l'honneur de leur hospitalité.

MANDEL FONTAINEBLEAU 2.jpg

Dans la forêt de Fontainebleau, le monument à Georges Mandel orné du médaillon du sculpteur François Cogné

 

 

Bandeau site (1).jpg

 

 
 
 

17/06/2020

CHATOU NOTRE VILLE L'ASSOCIATION GÉNÉRALISTE DU PATRIMOINE CATOVIEN

Inventaire des bâtiments, petit train de l'histoire, circuit des panneaux historiques, publications sur l'histoire de Chatou, enregistrements de témoignages, projections cinématographiques, défense et mise en valeur des patrimoines industriel et nautique...l'association met tout en oeuvre avec les moyens que vous lui procurez pour faire connaître le patrimoine et l'histoire de Chatou.

Rejoignez-là !

  •  
  •  
  •  
  • COFFRET AUDIO :

"LES VOIX DE L’APRÈS-GUERRE 1946-1947"

 

VOIX DE L'APRES GUERRE 1946-1947.jpg

 

numérisation0001.jpg

 

60 ENREGISTREMENTS réalisés en collaboration avec José Sourillan (ancien directeur du Service Documentation de RTL) , par Arnaud Muller, vice-président de "Chatou Notre Ville" et des témoins de Chatou et de la région. 

Avec les voix de 41 personnages historiques

Vincent AURIOL, Georges BIDAULT, Vice-Amiral BLANDY, Léon BLUM, Marlon BRANDO, Marcel CARNE, Winston CHURCHILL, Gary COOPER, Jean DELANNOY, Christian DIOR, Jacques DUCLOS, Yves FARGE, Alexandre FLEMING, Général FRANCO, Greer CARSON, Général de GAULLE, José GIRAL Y PEREIRO, Félix GOUIN, Thor HEYERDAHL, HO CHI MINH, John Edgar HOOVER, André LABARTHE, Général LECLERC, Joseph MAC-CARTHY, Général Georges MARSHALL, Daniel MAYER, Jean NOHAIN, Marcel PAGNOL, Eva PERON, RAIMU, Francis TANGUY PRIGENT, Paul RAMADIER, Marthe RICHARD, Révérend Père RIQUET, Jean ROBIC, Maurice SCHUMANN, Jessica TANDY, Robert TAYLOR, Pierre-Henry TEITGEN, Gene TIERNEY, Maurice THOREZ.  

 

LES VOIX D EL4APRES GUERRE COUV.jpg

 

ECOUTEZ UN EXTRAIT CI-DESSOUS 


podcast

 

      CE DISQUE A ÉTÉ PRÉSENTÉ

LORS DES JOURNÉES DU PATRIMOINE

LE 20 SEPTEMBRE 2014 SALLE JEAN FRANCAIX
PLACE MAURICE BERTEAUX

 

Prix de vente : 12 euros

(Règlement par chèque à l'association Chatou Notre Ville B.P.22 78401 Chatou cedex)

 

N.B : toutes les éditions historiques de l'association (livres, revues, disques) sont réalisées sans subvention

 

.................................................................................................

COFFRET AUDIO

"LES VOIX DE LA GUERRE 1939-1945"

 

COUVERTURE LES VOIX DE LA GUERRE.jpg

 

Les grandes voix et les témoins de la deuxième guerre mondiale réunis dans un coffret intéressant tous les passionnés d'histoire et toutes les générations. La couverture a échappé aux poncifs : un avion de chasse français Bloch 151 (futur Dassault après la guerre), un fantassin, un char et un artilleur Français en 1939.

 

ETIQUETTE.jpg

 

Maquette : Patrick Muller

 

Plus de 100 enregistrements réalisés en collaboration avec José Sourillan, ancien directeur du Service Documentation de RTL, par Arnaud Muller, vice-président de "Chatou Notre Ville", les associations d'anciens combattants et nombre de témoins de Chatou et de la région. 

Avec les voix de 43 personnages historiques:

Joachim Von RIBBENTROP, Adolf HITLER, LEOPOLD III, Edouard DALADIER, Jean GIRAUDOUX, Hubert PIERLOT, Benito MUSSOLINI, Paul REYNAUD, Reine ELISABETH, Princesses ELISABETH et MARGARET, Maréchal PETAIN, Général HUNTZIGER et Général WEYGAND, Général De GAULLE, Winston CHURCHILL, Joseph STALINE, Président ROOSEVELT, Pierre LAVAL, Gisèle GODLEWSKI, Philippe HENRIOT, Jean HEROLD PAQUIS, Général GIRAUD, Joseph GOEBBELS, Général ROMMEL, Maréchal  BADOGLIO, Jean Pierre AUMONT, Général EISENHOWER, Général LECLERC, Georges MANDEL, Sacha GUITRY, Maurice THOREZ, Jacques DUCLOS, Général de LATTRE de TASSIGNY, Général ELSTER, Général JUIN, Général VANNIER, Grand Amiral DOENITZ, Président TRUMAN, Pasteur DOWNEY, Empereur HIRO HITO, Procureur Roman RUDENKO, Lord Chief Justice Sir LAWRENCE ainsi que les témoignages des Vétérans et des Anciens Combattants et d’habitants de la Boucle

CE DISQUE A ETE PRESENTE

LE 10 DECEMBRE 2011 SALLE JEAN FRANCAIX

PLACE MAURICE BERTEAUX

15 euros

 

(Règlement par chèque à l'association Chatou Notre Ville B.P.22 78401 Chatou cedex)

En cadeau le  livre : 

"Chatou, de Louis-Napoléon à Mac-Mahon 1848-1878"

_____________________________________________________

 

Chatou, une page de gloire dans l'industrie (2012)
INDUSTRIE COUVERTURE.jpg 

LIVRE INDUSTRIE EXRAIT 1.jpg

LIVRE INDUSTRIE EXTRAIT 2.jpg

Livre accompagné d'un disque audio

252 pages - 55 pages couleurs -  documents inédits

 

Ce livre a bénéficié du témoignage

 de Madame Line Renaud

 

de celui  de Monsieur Emmanuel Jourquin-Bourgeois,

petit-fils de Pierre Bourgeois,

président de Pathé-Marconi

de 1949 à 1959

 

28 euros

 

En cadeau le livre "Chatou, de Louis-Napoléon à Mac-Mahon 1848-1878"

-----------------------------------------------------------------

 

Les deux revues sur Chatou dans l'industrie maritime

 

CHATOU DANS IND MAR.jpg

IMAGE LA TOURAINE.jpg

Chatou dans l'industrie maritime (2010) - 60 pages

 Recherches - rédaction : Pierre Arrivetz

 

 

13 euros

 -----------------------------------------------------------------

 

REVUE MARITIME 2.jpg

 

LEVIATHAN 6.jpg

 

Une image de "Chatou dans l'industrie maritime", "complément d'enquête" : "Léviathan" entrant dans le port de New-York en 1923.

 

 Chatou dans l'industrie maritime (2013)

- Complément d’enquête -

 Recherches - rédaction : Pierre Arrivetz 

 

 

5 euros

-----------------------------------------------------------------

 

CHATOU 1814-1830.jpg

Chronique des temps difficiles

Chatou 1814-1830 (2008)

Recherches - rédaction : Pierre Arrivetz

 

 

12 euros

 --------------------------------------------------------------------

  

COUV CHATOU SOUS LOUIS-PHILIPPE.jpg

Chatou 1830-1848 (2009)

Recherches - rédaction : Pierre Arrivetz

 

 

12 euros

 ----------------------------------------------------

 

LN A MM.jpg

"Chatou, de Louis-Napoléon à Mac-Mahon 1848-1878": le Second Empire, les villas, la politique, la guerre Franco-Prussienne, l'indépendance du Vésinet, la création de la tête de la Girafe...

Chatou 1848-1878 (2005) - 220 pages

 Recherches - rédaction : Pierre Arrivetz

 

 

15 euros

 -----------------------------------------------------------------

 LIVRE CHATOU 1.jpg

 

 

Mémoire en Images - Chatou (2003)

plus de 2000 exemplaires vendus !

 

 

23,30 euros

 

 

Recherches - rédaction : Pierre Arrivetz

Pour toute commande : envoyer un chèque à l'ordre de "Association Chatou Notre Ville" à Association Chatou Notre Ville, B.P.22 78401 Chatou cedex

 

 

VOUS SOUHAITEZ ADHERER :

C'EST POSSIBLE PAR CHEQUE A L'ORDRE

DE L'ASSOCIATION CHATOU NOTRE VILLE

A L'ADRESSE SUIVANTE :

Association Chatou Notre Ville

B.P.22 78401 Chatou cedex

 

Cotisation individuelle : 15 euros

Cotisation familiale : 20 euros

Cotisation Bienfaiteur : à partir de 32 euros

 

 

----------------------------------------------------------------

 

podcast

Ecoutez le Stuttgart Radio Orchestra 1956

 "Tempo for Strings"

in "The Golden Age of Light Music - Bright Lights"

 

 

BRIGHT LIGHTS.jpg

 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

Locomotive P241 SNCF Mountain fabriquée aux usines Schneider du Creusot de 1948 à 1952, emblème de l'association. Equipée d'un moteur de 4000 chevaux, plus puissante locomotive à vapeur en Europe de son époque, issue de la dernière production en série de locomotives à vapeur en France. 

Un exemplaire sauvé et restauré pendant 12 ans par des bénévoles, la 241 P 17, a été classé monument historique en 1990.

 

LOGO PETIT.jpg

23/05/2020

COMMEMORATION DU 8 MAI 2020

Numérisation_20200523.jpg

C'est dans cette maison de la banlieue-est de Berlin de Karlshorst que dans la nuit du 8 au 9 mai 1945 la deuxième guerre mondiale prit fin. Sur quelques "bouts de papiers", un acte de capitulation était signé par la délégation allemande et les Alliés représentés par le général Eisenhower pour les Etats-Unis, le maréchal Montgomery pour le Royaume-Uni, le maréchal Joukov pour l'U.R.S.S. et le maréchal de Lattre de Tassigny pour la France. Le monde allait apprendre à revivre.

Lorsque l'on imagine qu'une simple opération de police au début des années trente aurait pu mettre fin au rêve génocidaire de l'hitlérisme puis plus tard en 1936 une offensive française contre la réoccupation de la Rhénanie, le bilan des 62 millions de morts civils et militaires résonne également comme le symbole d'une tragédie d'aveuglement permanent.

La classe politique française avait promu la ligne du défunt ministre André Maginot laquelle fonctionna en effet partout où elle existait. Mais, faute d'avoir été prolongée jusqu'à la mer pour ne pas vexer la neutralité de la Belgique, elle devint l'illustration de nos erreurs.

L'aviation, qui avait pourtant rendu service en 1914, était ignorée alors qu'elle devenait l'arme déterminante des victoires terrestres. En 1940, les escadrilles françaises se battirent à un contre sept voire contre dix. L'encyclopédie de René La Chambe sur l'aviation (1963) nous rappelle que sur les 2000 prisonniers allemands restitués à l'Allemagne par la France après l'Armistice, 700 étaient des aviateurs abattus par la chasse française ! cette défaite n'était donc pas une fatalité.

Lorsque le 12 mai 1940, l'armée allemande entra et stationna pendant quarante huit heures dans le corridor des Ardennes en panne d'essence et de ravitaillement, le lieutenant Chery, en reconnaissance à bord d'un Potez-63-11, le signala à l'état-major. 

POTEZ 63 11.JPG

Potez 63-11 de reconnaissance en 1940

 

Bien que détenant sa dernière chance d'entamer l'adversaire et plus encore le crédit hitlérien, celui-ci, au lieu d'envoyer une escadrille de bombardement, traita le message par l'incrédulité et l'indifférence. On connaît la suite.

Loin de se noyer dans une complainte, le discours de la présidence de la République lu ce 8 mai 2020 dans nos cimetières avait pour but de rappeler les tentatives héroîques de résistance d'une armée française démunie dont le général de Gaulle (1890-1970) porterait désormais le drapeau pour l'Histoire en ce cent-trentième anniversaire de sa naissance.

8 MAI 1945.JPG

La délégation des Alliés lors de la Capitulation à Berlin

 

CHATOU 8 MAI 2020.jpg

Cliché de Monsieur Franck Paquet

avec nos remerciements

 

Le 8 mai 2020, c'est une cérémonie restreinte en raison de l'état d'urgence sanitaire lié au covid-19 qui se déroula en hommage à nos morts dans le cimetière historique des Landes de Chatou.

Etaient présents Monsieur Eric Dumoulin, Maire de Chatou, Madame Michèle Grellier, Première adjointe au maire, Madame Nathalie Lucie Dioniso, responsable de l'organisation pour le cabinet du maire, Monsieur Pierre Arrivetz, président de l'Association Chatou Notre Ville désigné comme chef du protocole, Monsieur André Le Lan, président du Comité de la Légion d'Honneur de la Boucle de Seine (à droite sur la photo) et deux de nos porte-drapeaux émérites, Monsieur Jean-Pierre Ratel, ancien conseiller municipal, porte-drapeau de la Ville de Chatou et Monsieur Thomas Davoult, porte-drapeau du Comité de La Légion d'Honneur de la Boucle de Seine. Parce que cette victoire nous a donné la liberté depuis 1945, il est de mise de penser que la commune ne manquera pas de rehausser cet évènement assombri par la situation  actuelle. Elle le fera probablement aux côtés de l'association l'an prochain comme elle l'avait prévu initialement. Nous vous donnons donc rendez-vous ce futur 8 mai 2021 dans des conditions plus heureuses.

 

Bandeau site (1).jpg

 

 

15/04/2020

CHATOU, PARFUM D'AERONAUTIQUE (2)

1200px-René_Hanriot_in_his_Lorraine-Dietrich_at_the_1912_French_Grand_Prix_at_Dieppe_(4).jpg

Illustration : René Hanriot - Wikipedia

 

En 1909, un célèbre coureur automobile, René Hanriot (1867-1925), décida de se lancer dans la construction aéronautique.

IMG_7980.JPG.jpg

Monoplan Hanriot 1912 - René Chambe "Histoire de l'aviation" - Flammarion (1963)

 

Après quelques difficultés mais vainqueur de plusieurs meetings aériens, il fonda une industrie laquelle donna toute sa mesure lors de la Première Guerre mondiale.

Aidé de l’ingénieur Pierre Dupont, il put mettre au point des chasseurs modèles « HD » - initiales tirées des noms Hanriot et Dupont - dont la qualité reconnue par les pilotes aboutit à la production de 5.000 appareils principalement livrés à la Belgique (illustration ci-dessous) et l’Italie. Le « double » belge de Georges Guynemer, l’as Willy Coppens, remporta ainsi 37 victoires à bord de ses appareils.

66_2.jpg

L’HD évolua en plusieurs versions, le HD 1 à mitrailleuses Vickers en 110 ou 170 chevaux, le HD 2, chasseur biplan transformé en hydravion et l’HD 3, un chasseur conçu en 1917 pour épouser une vitesse de 192 km/heure grâce au moteur français Salmson de 260 chevaux (le nom de Salmson n’est pas non plus indifférent à Chatou. Il fut associé à une longue histoire puisqu’après avoir lancé la production de pompes, Salmson devint un grand motoriste français de l’aviation et un constructeur d’automobiles de luxe de 1920 à 1957 avant de revenir à son activité première. Or, le siège social de Wilo-Salmson est aujourd’hui à Chatou).

Ghd1-index.jpg

Le HD 2 - Illustration Wikipedia

Hanriot_HD.3.jpg

Le HD 3 à moteur Salmson de 1917, fleuron de la production Hanriot - Illustration Wikipedia

 

En 1925, la Société Hanriot installa son siège à...Carrières-sur-Seine (notre voisine peinte par Claude Monet), son fondateur, René Hanriot mourant la même année.

s-l1600 - Copie - Copie.jpg

C’est ici qu’il faut mentionner l’existence à Chatou de Monsieur Louis Lucien Maitrot (1884-1952), habitant du 6 rue Camille Périer recensé à cette adresse en 1926 dans la commune.

RECENST P.37 MAITROT 1926 - Copie - Copie.jpg

Ce dernier était en effet l’administrateur-délégué de la société Hanriot, lui-même à l’origine en 1919 de la création de l’école Hanriot de mécaniciens de l’aviation à Courbevoie, de l’exposition aéronautique Hanriot de 1925 au Grand Palais, de la création d’avions sanitaires Hanriot pour le Maroc selon la mention qui est faite à son dossier.

1373969123-carte-postale-ancienne-COURBEVOIE.jpg

L'école Hanriot de mécaniciens de l'aviation à Courbevoie

 

Par décret du 8 août 1925 rendu sur un rapport du ministre des Travaux Publics, Monsieur Maitrot fut fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

 

1927 HANRIOT.jpg

Publicité Hanriot 1927

 

La villa du 6 rue Camille Périer où vécut sans doute moins de dix petites années Monsieur Maitrot entre 1922 et 1930 fait partie d’un patrimoine architectural bien connu des catoviens, recensé à son tour par notre association au titre de l'inventaire des bâtiments.

DSCN9754.JPG

 

Bandeau site (1).jpg

23/03/2020

CORONAVIRUS

 

COVID-19

 

ENTRE LA VIE

OU LA MORT

 

LA QUESTION

NE SE POSE PAS

 

RESTEZ

CHEZ VOUS