1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2016

LE SUPERBUS PATHE-MARCONI : UNE NOUVELLE VIE POUR L'AMBASSADEUR

Quarante ans jour pour jour après le décès de l'emblématique président de Pathé-Marconi, Pierre Bourgeois (1949-1959), nous vous proposons cet article de Monsieur Emmanuel Jourquin Bourgeois, son petit-fils :

"Il y a 2 ans déjà, Pierre Arrivetz avait la gentillesse de publier sur le site passionnant de l'Association Chatou Notre Ville, un article sur le Superbus Pathé-Marconi, étendard publicitaire de la Major du disque dans les années 1950. Il n’est pas besoin de rappeler que Pierre, outre son implication dans la conservation du patrimoine industriel de Chatou, est sans doute aucun l’un des meilleurs connaisseurs de l’histoire de Pathé-Marconi, entreprise fondée en décembre 1936.

photo  Pathé inv 1.gif

Cliché pour l'Inventaire Général de l'usine Pathé-Marconi - JM Vial - 1985 

Nos échanges réguliers me confortent à chaque fois dans le fait que le site Art déco de l’avenue Emile Pathé, aujourd’hui détruit au bénéfice de la promotion immobilière, demeure et demeurera dans la mémoire collective, l’un des hauts et des plus beaux lieux de l’industrie musicale française.

1. Superbus 1951.jpg

Dessin provisoire du Superbus Pathé-Marconi signé par Philippe Charbonneaux, 1951 © Coll. EJB 

Du temps de son président Pierre Bourgeois (N1), l’après-guerre vit ainsi l’usine des Industries Musicales et Electriques Pathé-Marconi, produire les 78 tours en gomme-laque, les microsillons 45 et 33 tours en vinyle, puis les disques stéréo des plus grands artistes français et étrangers. En 1957, 54 000 disques étaient produits quotidiennement à Chatou.

 

Catalogue 1956.jpg

Pathé-Marconi - catalogue 1956 - "le répertoire le plus prestigieux du monde" © Coll. Pierre Arrivetz

 

Qui pourrait oublier les noms des prestigieux labels de Pathé-Marconi ? Capitol, Columbia, La Voix de son Maître, Metro-Goldwyn-Mayer, Odéon, Pathé, Parlophone : autant de marques de l’entreprise dont les noms résonnent encore aujourd’hui aux oreilles de chacun, autant de labels rappelant les visages et les voix d’Edith Piaf, de Charles Trenet, Luis Mariano, Tino Rossi, Maurice Chevalier, Bourvil, Yves Montand, les Compagnons de la chanson, Jean Cocteau, Gilbert Bécaud, Frank Sinatra, ou la diva Maria Callas.

Pathé-Marconi, fut également dans les années 1950, l’un des premiers fabricants européens de platines tourne-disques, de matériel radio et de téléviseurs, sous les marques Marconi ou La Voix de son Maître.

 

3. Superbus + 2CV.jpg

De 1953 à 1959, le Superbus Pathé-Marconi accompagne la Caravane du Tour de France. L’imposant véhicule est ici représenté au côté des fourgonnettes Citroën 2CV type AZU modèle 1957, utilisées par l’entreprise pour le transport des téléviseurs La Voix de son Maître, au départ de l’immeuble parisien d’Asnières vers les points de vente des revendeurs de la marque © Coll. EJB 

Cette année 2016 marque un tournant majeur dans l’existence du Superbus bleu, dont rappelons-le, Pierre Bourgeois est à l’origine de la commande en 1950.

Après avoir été conservé pendant 15 ans au musée automobile Charbonneaux à Reims, le Super-Car tel qu’appelé sur les cartons d’inauguration Pathé-Marconi en 1953 et familièrement baptisé « l’Ambassadeur » en interne, vient le vendredi 27 mai 2016, de rejoindre la Cité de l’Automobile de Mulhouse.

9. Superbus Cité du Train Mulhouse 2016.jpg

Le Superbus Pathé-Marconi à la Cité du Train, juin 2016 © Thierry Gachon pour L’Alsace

Trop long pour être abrité sous les hangars du musée automobile, le Superbus du Tour de France fut exposé une semaine dans la cour intérieure de la Cité de l’Auto, avant de rejoindre la Cité du Train pour côtoyer les locomotives anciennes ou les premiers TGV.

En effet, le véhicule de 14,30 mètres et la vingtaine de voitures exceptionnelles offertes par Hervé Charbonneaux (N2), fils du designer Philippe Charbonneaux, enrichissent maintenant les collections du musée national de la Cité de l'Automobile, sous l’œil attentif du conservateur-en-chef Richard Keller.

4. Carton inaug 1953.jpg

Carton d’invitation pour l’inauguration du Super-Car, adressé par P. Bourgeois, président de Pathé-Marconi, à Ph. Charbonneaux, designer du véhicule, oct. 1953 © Coll. EJB 

5. Superbus restau 1990.jpg

Le tracteur Pathé-Marconi avant sa restauration complète à Reims en 1990... Un moteur de marque UNIC est choisi pour remplacer le Panhard hors d’usage© Coll. Charbonneaux 

En plus du Superbus, Pathé-Marconi confia le dessin d’un autre véhicule au brillant designer : une Peugeot 203 break également carrossée par Antem et destinée à annoncer des événements au public pendant le Tour de France.

La Major possédait une douzaine de 203. Seule l’une d’entre elles fut modifiée par Charbonneaux en 1951. La partie arrière du break, complètement revue et apurée, abandonnait les galbes de la voiture de série au profit d’une ligne taillée à la serpe, donnant un aspect futuriste à ce véhicule déjà ancien à l’époque dans la gamme du constructeur.

Le système de sonorisation prit place dans le coffre spécialement aménagé, les haut-parleurs furent intégrés sur le toit dans un carénage représentant un réacteur d’avion.

6. Peugeot 203 Charbonneaux.jpg

Peugeot 203 break avec haut-parleurs sur le toit dans un carénage type réacteur d’avion, carrossée par Jean Antem sur un dessin de Philippe Charbonneaux. La ligne de fuite du hayon arrière est typique des créations de Charbonneaux © Hervé Charbonneaux / Cité de l’Automobile de Mulhouse 

A cette période, un autre véhicule publicitaire unique et pour le moins original défendit les couleurs des Industries Musicales et Electriques Pathé-Marconi : une Chevrolet Bel Air modèle 1957. Celle-ci, propriété d’un dirigeant de la firme qui souhaitait s’en défaire, fut cédée au service publicité Pathé-Marconi. En parfait état de marche, la Sedan américaine confiée à Philippe Charbonneaux hérita de haut-parleurs sur le pavillon, cachés dans deux carénages type avion.

7. Chevrolet Corvette Charbonneaux (3).jpeg

Chevrolet Bel Air 1957, anciennement propriété d’un dirigeant de la firme. La sonorisation sur le toit est intégrée dans un carénage type avion, d’après un dessin de Ph. Charbonneaux © DR

Ainsi, les Chevrolet Bel Air et Peugeot 203 accompagnèrent la Caravane du Tour de France aux côtés du Superbus bleu et ce, jusqu’à la vente de ce dernier au journal Le Provençal en avril 1959.

Enfin, souvenons-nous, qu’une unique et imposante maquette en bois au 1/10e du Super-Car fut commandée par Pathé-Marconi. La reproduction fut exposée à Paris en 1952 au siège de la société du 30 boulevard des Italiens, au Palais de la Radio et du Disque. A ce jour, nul ne sait ce qu’elle est devenue (ci-dessous).

minibus pm.jpg

Malgré la disparition de la marque, Pathé-Marconi conserve une image forte auprès du public. Synonyme de haute technicité, de réussite industrielle, de diffuseur incontournable de la musique enregistrée, les Industries Musicales et Electriques Pathé-Marconi ont toujours inspiré les fabricants de miniatures, répondant à la demande croissante des amateurs et collectionneurs de véhicules publicitaires.

Le Superbus a été en mars 2016, commercialisé par les éditions Hachette en collaboration avec Auto Plus. Le modèle au 1/43e avec son fascicule n° 1, annonce la collection hors série des véhicules publicitaires « les trente glorieuses de la réclame » et est d’ores et déjà considéré comme un objet de collection. La précision des détails et la qualité de la réalisation sont excellentes. L’échelle est parfaitement respectée.

SUPERBUS HACHETTE.jpg

Superbus Pathé-Marconi reproduit par Hachette - don de l'auteur à P.Arrivetz 

SUPERBUS HACHETTE 2.jpg

La miniature fabriquée par IXO, marque du groupe PCT, rencontra un tel succès dès sa sortie qu’elle fut rapidement épuisée. Seconde création Charbonneaux pour Pathé-Marconi, la Peugeot 203 break fut aussi reproduite à la même échelle, cette fois en toute petite série sur base Eligor et un temps distribuée par Momaco.

Trois autres véhicules au moins portant les couleurs de Pathé-Marconi furent reproduits au 1/43e : la camionnette d’intervention 2CV type AZU 1957 sur base Norev, parue avec le fascicule n° 55 de décembre 2005 dans la collection « Citroën 2CV » éditée par Hachette ; la 2CV berline type AZLP 1958 fabriquée par Vitesse, marque historique d’IXO créée par Bernard Peres dans les années 1980 ; la Renault 4CV commerciale 1961 sur base Eligor, disponible sur commande spéciale.

2CV PATHE MARCONI.jpg

2CV Pathé-Marconi AZU reproduite par Hachette - P.Arrivetz

En revanche, ni la Chevrolet Bel Air, ni les fourgons Chenard & Walcker, Peugeot D3 ou Citroën H1 utilisés pour le transport de gros matériel, n’ont été encore reproduits. On peut souhaiter que ces miniatures soient un jour éditées ou rééditées et diffusées largement, perpétuant un peu la mémoire d’une entreprise mythique de l’industrie musicale française.

L’Ambassadeur, c’est sûr, profite aujourd’hui d’une retraite dorée. On peut croire sans hésitation qu’après 30 ans de services divers et sans faille, de la musique au cirque en passant par la presse, ce Superbus, témoin d’une époque de faste, de reconstruction, d’insouciance, fait maintenant l’objet à Mulhouse de tous les soins et attentions qu'il mérite."

 

Emmanuel Jourquin-Bourgeois

 

Remerciements à Sylviane Mouton-Plisson, Branch Manager chez PCT Europe, Hervé Charbonneaux, président de Rallystory, Pierre Arrivetz, président de Chatou Notre Ville et membre du Conseil municipal de Chatou, pour m’avoir ouvert leurs archives, apporté des précisions, marqué leur intérêt.

 

Caractéristiques techniques d’après carte grise du véhicule

Genre : Tracteur

Marque : Panhard et Levassor

Type : K185 transformé

N° de série : 742088

Carrosserie : Tracteur

Puissance : 18 CV

Nombre de places assises : 2

Poids total autorisé en charge : 9 T 400

Poids à vide : 5 T 600

Poids total roulant autorisé : 15 T

Notes

(N1) Pierre Bourgeois (1904-1976) : imprésario et directeur artistique, notamment d’Edith Piaf chez Polydor (1934-1941), directeur puis président de Pathé-Marconi (1946-1959), producteur de musique et de télévision (1960-1972).

(N2) Hervé Charbonneaux (né en août 1950) : ancien expert en automobiles et pilote de rallyes, président-fondateur en 1987 de Rallystory, entreprise spécialisée dans l’organisation de rallyes automobiles.

Repères chronologiques

1936 : 12 décembre. Fondation des « Industries Musicales et Electriques Pathé-Marconi, Compagnie Générale des Machines Parlantes Pathé frères et Compagnie Française du Gramophone réunies », ayant le statut de filiale française associée de la Major britannique Electrical and Musical Industries (EMI).

1950 : Pierre Bourgeois, président de Pathé-Marconi, passe commande d’un véhicule exceptionnel destiné à assurer la promotion de la firme.

1951 : Philippe Charbonneaux (1917-1998), designer français connu pour ses travaux sur Delahaye, General Motors et père de la R16, assisté de Paul Bracq, futur patron du design de Mercedes, BMW puis Peugeot, dessinent le véhicule. Le camion, équipé d’un moteur Panhard IE 45 HL, est construit par le carrossier Jean Antem. La remorque, fabriquée et aménagée par Fruehauf, provient de chez Titan.

1952 : Le Super-Car Panhard & Levassor est livré à Pathé-Marconi. Le camion publicitaire est immatriculé à Paris le 13 mai sous le numéro 2823 BE 75.

1953 : Le vendredi 23 octobre à 17h30, l’Ambassadeur est inauguré par Pierre Bourgeois au restaurant Ledoyen, au Carré des Champs-Elysées.

1953-1959 : Le Panhard bleu accompagne la Caravane du Tour de France. A chaque ville-étape, les artistes Pathé-Marconi dont les Compagnons de la chanson ou Edith Piaf, se produisent sur la scène du camion-remorque. Europe 1, présidé par Louis Merlin, retransmet les extraits de ces spectacles dans ses Musicorama. Contrairement à la légende, il semble que Johnny Hallyday alors chez Vogue, n’ait jamais chanté sur la scène de l’Ambassadeur. De même, une interrogation demeure concernant Dario Moreno qui lui, enregistrait chez Philips.

1955 : Le Superbus Pathé-Marconi remporte le grand prix d'honneur du concours de « la publicité qui roule ».

1959 : Le journal Le Provençal acquiert le véhicule-remorque. La préfecture des Bouches-du-Rhône le ré-immatricule le 21 avril sous le numéro 9610 BG 13. En juin, Pierre Bourgeois quitte la direction de Pathé-Marconi.

1970 : Le cirque Gulliver achète à son tour le Superbus. La remorque repeinte en jaune à l’enseigne du cirque est tirée par un tracteur agricole rouge.

1974 : Philippe Charbonneaux rachète l’ensemble complet tracteur Panhard + remorque Titan au Cirque Gulliver.

1976 : Décès de Pierre Bourgeois.

1990 : Le Superbus rejoint les ateliers d’un carrossier de la Marne pour une restauration complète. A cette occasion, un moteur UNIC remplace le Panhard hors d’usage. Les 12 lettres métalliques et le trait d’union rivetés identifiant le logo de l’entreprise, sont remplacés par un lettrage peint directement sur la carrosserie. Repeint dans sa couleur bleue d’origine, le Superbus rejoint le musée automobile Charbonneaux à Reims. Pathé-Marconi devient EMI France, abandonnant toute référence à son nom historique.

1998 : Décès de Philippe Charbonneaux

2007 : Hervé Charbonneaux hérite la collection automobile de son père. 

2015 : La donation de la collection Charbonneaux à la Cité de l’Automobile de Mulhouse est signée. 

2016 :

3 au 7 février. L’Ambassadeur est exposé au salon Rétromobile de la porte de Versailles. Hervé Charbonneaux y rencontre Patrice Depeauw, transporteur et amoureux de mécanique. Les 2 hommes se mettent d’accord pour une restauration de l’engin. La révision en profondeur est assurée par Patrice et Bertrand, fidèle mécanicien de l’entreprise.

Mars : Hachette en collaboration avec Auto Plus commercialise le Superbus au 1/43e dans la collection véhicules publicitaires « les trente glorieuses de la réclame ».

Mai : Le 27 du mois, le Superbus bleu est transporté sur remorque à destination de Mulhouse.  Il est aujourd’hui conservé à la Cité du Train.

Bibliographie

Du dessin au design : Philippe Charbonneaux, de Hervé Charbonneaux, éditions Avant-Propos, Waterloo, Belgique, 2015. ISBN 978-2390000181 (photos du Superbus p.88 à 91 et 97).

Pub qui roule, de Fabien Sabatès et Dominique Pagneux, éditions Rétroviseur, 1995. ISBN 978-2840780090 (photos du Superbus en couverture et p.76).

Autoretro n° 109, sept. 1989 (photo de la maquette au 1/10e p.46, avec un article sur le designer Philippe Charbonneaux).

A lire aussi

Chatou, une page de gloire dans l’industrie, de Pierre Arrivetz, éditions Chatou Notre Ville, 2012.

Le Superbus Pathé-Marconi, par E. Jourquin-Bourgeois, site de Chatou Notre Ville, déc.2014 http://chatounotreville.hautetfort.com/archive/2014/12/23..."

 

09/07/2016

LE 25 JUIN 2016 A WISSOUS, L'AMIRAL MOUCHEZ A RECU LES HONNEURS DE LA VILLE

20160625_114552.jpg

Découverte de la plaque sur la maison de Wissous de l'amiral Mouchez

20160625_120112.jpg

20160625_102933.jpg

La maison de l'amiral Mouchez à Wissous en 2016

MOUCHEZ.jpg

Portrait gravé de l'amiral Mouchez (1821-1892), directeur de l'Observatoire de Paris, membre de l'Institut

20160625_111239.jpg

Monsieur Jean-Claude Ciret, président de l'APEPAW, organisateur de la manifestation

Le samedi 25 juin 2016, la commune de Wissous dans l’Essonne s’est rassemblée autour de la commémoration de l’amiral Mouchez à l’initiative du président de l’Association pour la protection de l’environnement et du patrimoine de Wissous (APEPAW), Monsieur Jean-Claude Ciret, pour la pose d'une plaque commémorative sur sa maison.

La cérémonie a donné lieu à des discours de Monsieur Hubert Lepoutre, représentant de la famille Mouchez, de Monsieur Claude Catala, directeur de l’Observatoire de Paris, de Madame Nicole Capitaine, membre de l’Académie des Sciences, de Monsieur Patrice Brault, membre de la Société Nationale de Sauvetage en Mer, du lieutenant Ludovic Caterina, représentant la Marine Nationale, de Pierre Arrivetz,  président de l’association Chatou Notre Ville et conseiller municipal, que la ville de Chatou avait délégué pour la représenter à la suite de l'invitation de Monsieur Richard Trinquier, maire de Wissous, à qui nous adressons nos plus vifs remerciements.

20160625_114400.jpg

Monsieur Richard Trinquier, maire de Wissous

20160625_112432.jpg

Madame Nicole Capitaine, membre de l'Académie des Sciences

20160625_112750.jpg

Le directeur de l'Observatoire de Paris, Monsieur Claude Catala

MOUCHEZ PHOTO PEPE 25.06.2016.jpg

Pierre Arrivetz, pour la ville de Chatou et l'association Chatou Notre Ville

 

Chacun a pu évoquer l’amiral Mouchez, un homme droit et patriote, devenu un membre éminent de l’Académie des Sciences en 1875, un marin dont la vie a été vouée à la connaissance de l’univers, un français qui fit la réputation de notre pays pour de nombreux « faits d’armes » : relevés hydrographiques de l’Amérique du Sud, des Antilles, de la Chine,  de l’Afrique du Nord sous le Second Empire, défense du Havre en 1870-1871, lancement de la première carte photographique du ciel en 1887 en qualité de directeur de l’Observatoire de Paris (1878-1892), créateur d’une lunette méridienne portative, promoteur d’une méthode de relevé dite « méthode américaine », initiateur d’une école navale astronomique dans le Parc Montsouris…

MOUCHEZ portrait.jpg

Le portrait en couleurs de l'amiral Mouchez est à l'Observatoire de Paris où les plus belles collections le concernant sont réunies. 

 

Le nom de Mouchez orne les voies de plusieurs villes françaises : Wissous où il vécut à partir de la fin du Second Empire, de Chatou où il séjourna enfant et où vécut sa famille, ses grands-parents Finat d’abord au 8 du quai qui porte son nom , où son père , Jacques Bartélémy Mouchez, ancien perruquier du roi d’Espagne Ferdinand VII (1816-1833) fit construire une maison route de Saint-Germain en 1844 avant de la revendre au peintre Pharamond Blanchard, Chatou où il se maria en 1862 et où naquit son fils, le commandant Mouchez, qui eut également une carrière importante à l’Ecole Navale, à Chatou enfin où l'amiral est enterré et où un quai porte son nom depuis 1921, Le Havre dont il fut le héros face aux Prussiens qui renoncèrent à prendre la ville alors que tant d’échecs militaires avaient assommé l’armée française, Paris où son nom est à jamais associé à la gloire de l’astronomie. La tombe d’Ernest Mouchez est au cimetière des Landes à Chatou, où il fut inhumé par l’abbé Borreau après son décès le 25 juin 1892. Son état de dégradation, signalé par Monsieur Ciret, a justifié une intervention peu avant la cérémonie.

QUAI MOUCHEZ 1.jpg

Le quai de l'amiral Mouchez à Chatou dans l'entre-deux-guerres, la maison des grands-parents Finat était au 8 du quai.

QUAI MOUCHEZ128.jpg

Le quai de l'amiral Mouchez quelques années avant la Rénovation de 1966 qui détruisit l'ensemble des quartiers de l'Eglise et du pont, ce dernier disparaissant lui aussi.

 

Dans sa biographie familiale écrite en 1970 par l’un de ses descendants, Monsieur Robert Mouchez, figure une photo où l’amiral conduit une voiture aux côtés de l’abbé Borreau. Nous ne sommes qu’au début des années 1890, ce cliché a de quoi surprendre… Dans les délibérations du conseil municipal, le docteur Rochefort, qui fut l’un des maires les plus appréciés de Chatou entre 1911 et 1919, évoque l’histoire qui le lia à Mouchez. Né en 1844, il avait fait partie de son expédition à l’Ile-Saint-Paul (Océan Indien) en 1874 pour observer l’éclipse de Vénus, expédition qui échappa de peu à la tragédie en raison des conditions climatiques.

Le nom de l’amiral Mouchez a également été décerné en 1935 à un cratère lunaire et à un navire d’hydrographie et d’astronomie en 1936. Enfin, un timbre des Terres Australes et Antarctiques Françaises lui a rendu hommage en 1987.

 

20160625_115348.jpg

Photos de groupe devant la maison de l'amiral avec les personnalités

20160625_115427.jpg

20160625_115014.jpg

Photo de groupe avec les descendants de la famille Mouchez 

Ce qui fut tout à la fois une heureuse et prestigieuse cérémonie et une agréable partie de campagne sous un soleil mérité, le fut grâce à l’initiative de l’APEPAW et de son président, Monsieur Ciret et à l'excellence de Monsieur Trinquier, maire de Wissous. La manifestation se termina dans l’écrin de verdure de la maison de l’amiral à Wissous chez ses descendants, Monsieur et Madame Auzenat.

20160625_120922.jpg

20160625_120200.jpg

Façade du bâtiment qui abritait le bureau de l'amiral Mouchez au premier étage

20160625_122203.jpg

Le jardin de la maison de l'amiral à l'image de Wissous, vert et reposant

20160625_123553.jpg

En discussion, Monsieur Ciret, le lieutenant Catérina, Madame Capitaine et Monsieur Auzenat, hôte de la manifestation dont le père fut incidemment directeur de cabinet de Georges Mandel ministre des PTT entre 1934 et 1936.

20160625_121841.jpg

Monsieur Lucien Ruchet, membre de Chatou Notre Ville et délégué du Souvenir Français Chatou-Montesson, accompagnait le président de l'association.

Souhaitons qu'une telle manifestation soit le prélude à des liens privilégiés entre nos deux communes et à d’autres initiatives plus importantes en faveur de l’amiral Mouchez, un homme de l'Histoire.

20160625_102025.jpg

A Wissous, l'église romane très intéressante du XIVème siècle et l'hôtel de ville de 1933

20160625_102049.jpg

 

20160625_130906.jpg

Wissous, une ville de 7.000 habitants qui a conservé son âme

 

CHATOU NAPOLEON III.jpg

Pour retrouver quelques pages sur l'amiral Mouchez et la guerre franco-prussienne, "Chatou de Louis-Napoléon à Mac-Mahon 1848-1878" aux éditions Sutton (diffusion association Chatou Notre Ville)

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

30/04/2016

UNE CONSECRATION

MCDAVY 30 AVRIL 2016.jpg

Ce samedi 30 avril 2016, le balcon du déjeuner des Canotiers de Renoir a été le théâtre à Chatou d’une reconnaissance particulière : celle d’une action de quarante années en faveur du sauvetage et de la vie de la mémoire impressionniste menée par Madame Marie-Christine Davy, présidente des Amis de la Maison Fournaise et élue en charge de la Culture à Chatou pendant plus de vingt ans, de son action en faveur de la création à Chatou du Centre d'Histoire de l'Art dont les diplômes sont reconnus par l'Etat et ce, à travers sa distinction de Chevalier des Arts et des Lettres. Il ne s’agissait pas seulement d’une médaille puisque les vertus de l’amitié, de la fidélité et des convictions soutenaient la cérémonie. Monsieur Alain Gournac, sénateur des Yvelines, était l’auteur de la remise de la décoration et a pu évoquer dans son discours toutes les étapes qui conduisirent à arracher depuis la fin des années soixante-dix la Maison Fournaise à la destruction.

Etaient notamment présents Madame Suzanne Bertauld, historienne de Chatou, membre éminente des Amis de la Maison Fournaise qui participa avec Monsieur Bertauld au sauvetage de la Maison, Madame Anne Galloyer, conservatrice du musée de la Maison Fournaise, Madame Rannaud, épouse du peintre catovien aujourd’hui disparu Pierre Rannaud lui-même auteur d’une œuvre considérable, Monsieur Ghislain Fournier, maire qui avant d’occuper ses fonctions actuelles soutînt les entreprises de restauration du site, Monsieur Pierre Lequiller, député de la circonscription, qui, en son temps, dut intervenir à l’assemblée à la suite du pillage du château de la du Barry à Louveciennes pour obtenir la protection législative du mobilier dans le patrimoine, Monsieur Gardais de l’association Sequana qui de Chatou à Rouen fait revivre avec l’association Sequana le patrimoine nautique des bords de Seine, Madame Danielou, présidente d'Art et Chiffons qui recréé les costumes de la Belle Epoque…

Un autre invité de marque était présent et non des moindres, Monsieur Jean-Claude Menou, historien, conservateur général du patrimoine et ancien directeur de la Direction Régionale des Affaires Culturelles grâce à qui le dossier de la restauration  de la Maison Fournaise put avancer auprès du ministère de la Culture alors occupé par Monsieur Jack Lang, celui-ci ayant spontanément apporté son soutien à cette entreprise comme à de nombreuses autres d'ailleurs dans le domaine du patrimoine. Monsieur Menou a également tenu à évoquer la mémoire de Monsieur Jean-Philippe Lecat (1935-2011), ministre de la Culture de 1978 à 1981, qui appuya ses démarches. 

MCDAVY 2.jpg

Madame Marie-Christine Davy, présidente des Amis de la Maison Fournaise, répondant au discours du sénateur Gournac. 

Outre la notoriété que notre commune a pu retirer de toutes ces actions, on ne peut qu’applaudir à toutes les perspectives de vie qui se fondent sur la mise en valeur du patrimoine, valeur universelle qui donne le caractère de nos paysages, de notre histoire, de notre culture. Renoir qui venait passer des mois à Chatou n’aurait sans doute pas imaginé que sa présence et sa peinture auraient été le fondement d’un art de vivre, de vocations et de la nostalgie d’une époque sur la richesse de laquelle l’on vit encore. On doit à Sacha Guitry la présence d’esprit d’avoir filmé Renoir avant sa disparition.

AG ET AG.jpg

Madame Anne Galloyer, conservatrice du Musée Fournaise, en discussion avec le sénateur Gournac.  Madame Galloyer est l'auteur d'une exposition qui s'ouvre au Musée sur la femme dans la peinture.

Puissent tous les amis de Renoir et des Impressionnistes considérer cette décoration comme la leur. Elle honore ce qui fut et ce qui sera demain le combat des générations futures pour préserver dans un monde grave l’îlot de poésie et de bonheur de vivre transmis par nos plus grands ambassadeurs de l’art français.

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

05/07/2015

INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE CHATOU C'EST PARTI

LETTRE PATRIMOINE 2015038.jpg 

Dans le cadre de la révision du Plan Local d'Urbanisme, l'association Chatou Notre Ville a été missionnée le 16 juin dernier par la municipalité pour répertorier le patrimoine bâti présentant un intérêt culturel pour la ville (architectural, historique...). Nous comptons sur votre accueil pour nous permettre de réaliser dans la période estivale cet inventaire inédit qui s'étend de l'Ancien Régime aux années cinquante. Des notices seront réalisées avec un descriptif architectural et historique.

Pierre Arrivetz / Jean-Fabrice Laudinet (architecte DPLG) 

 

 

CHAPELLE CHATEAU.gif

Le château du fermier général Chapelle à Chatou (vers 1710) - détruit vers 1845 - le marquis d'Argenson (1722-1787), ambassadeur puis Secrétaire d'Etat à la Guerre (1757-1758), en fit également un dessin - bibliothèque de l'Arsenal

CADASTRE 1820.jpg

Le château du fermier général Chapelle se situait le long de la rue de Saint-Germain (actuelle avenue Foch), en haut à gauche sur cet extrait du cadastre de Chatou de 1820 (couvrait le quartier compris entre l'avenue Sarrail et la rue des Ecoles aujourd'hui). L'actuel hôtel de ville est situé de l'autre côté de la voie en retrait à droite plus bas - cadastre de 1820 - archives départementales des Yvelines

 

 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

16/07/2014

BELANGER (1744-1818), L'ARCHITECTE DE L'ELEGANCE

En prenant l’avenue Foch, vous croiserez au bas du boulevard de la République deux pavillons d'entrée donnant sur le château de la Faisanderie, demeure du Second Empire érigée à la place d’un pavillon de chasse construit par François-Joseph Belanger, architecte des Menus-Plaisirs de la cour de Louis XVI.

Né le 12 avril 1744 à Paris, Belanger fut l’auteur de jardins et pavillons très élégants qui firent sa fortune, notamment le parc de Bagatelle qu’il réalisa pour le comte d’Artois dont il était devenu le Premier architecte en 1777. Il fut également l’architecte de Beaumarchais qui lui fit faire son jardin. Quelques aquarelles de sa main en ont conservé témoignage.

BELANGER GALLICA 2.jpg

Aquarelles de Belanger représentant le jardin qu'il avait dessiné pour Beaumarchais porte Saint-Antoine - aquarelles vers 1789 - source : Bibliothèque Nationale de France - Gallica.Fr

BELANGER GALLICA 3 BIS.jpg

 

Emprisonné sous la Révolution, Belanger évita l’exécution grâce à la chute de Robespierre. Libre et réhabilité, il devint commissaire de la commune et put rencontrer en 1795 le fils de Louis XVI à la Prison du Temple. Sur sa permission, il exécuta le portrait de l’enfant. Il donna ainsi sans le savoir la dernière image du malheureux dauphin qui devait mourir quelques jours plus tard.  Belanger fit alors réaliser son buste par le sculpteur Beaumont.

Sous l’Empire, Belanger réalisa une coupole en cuivre pour la Halle aux Blés en 1811, afin de protéger le bâtiment de l’incendie.

En 1814, âgé de 70 ans, François-Joseph Bélanger accueillit avec joie le retour des Bourbons pour la rentrée desquels il exécuta en treize jours une statue équestre en plâtre d’Henri IV sur le Pont-Neuf destinée à remplacer la précédente, détruite sous la Révolution. Le comte d’Artois (futur Charles X), qui n’avait rien oublié après  vingt-cinq ans d’exil, le nomma intendant de ses bâtiments et le fit chevalier de la Légion d’Honneur. Belanger eut peut-être le sentiment d’une injustice réparée. Ses œuvres firent également merveille en Angleterre mais à la suite de destructions, seuls quelques très beaux plans en attestent encore. François-Joseph Belanger s’éteignit le 1er mai 1818.

En France, le château de Maisons-Laffitte, le parc de Bagatelle et les deux pavillons d'entrée du château de la Faisanderie à Chatou portent sa signature. C’est en 1783 qu’il en donna les plans au comte d’Artois, alors propriétaire des garennes du Vésinet qui s’étendaient jusqu’au Pecq.

BELANGER PAVILLON AVANT 1914.jpg

Les pavillons de Belanger avenue de Saint-Germain dans leur état originel avant 1914 - collection de l'auteur

 

Les pavillons ont été sérieusement abîmés au XXème siècle. Celui qui abrita longtemps un restaurant fut défiguré dès les années vingt cependant que son pendant a fait l’objet de travaux masquant à jamais son décor de briques. Relevant les vestiges du patrimoine du XVIIIème siècle dans ses ouvrages sur Chatou, Monsieur Jacques Catinat, maire de la ville de 1971 à 1979, s’enquit d’obtenir leur inscription à l’Inventaire des Monuments Historiques. La décision de l’Etat intervînt en 1977. Leur démolition a été évitée jusqu’ici mais reverra-t-on jamais le dessin de Belanger réapparaître sous le voile des dénaturations successives ?

BELANGER PAVILLON APRES 1920.jpg

Les pavillons de Belanger avenue Foch, après 1920. Le pavillon de droite a été défiguré et les deux pavillons ont perdu leurs oeils de bœuf en toiture - collection de l'auteur

 

30/06/2013

LE QUAI JEAN MERMOZ

 QUAI DE SEINE MERMOZ 2012.jpg

Le Quai Jean Mermoz aujourd'hui : la construction puis l'abandon d'un bâtiment des années soixante en a fait un passage enlaidi sur les bords de Seine plutôt synonyme de dévalorisation pour la ville.

 

Qui connaît le quai Jean Mermoz à Chatou ? voie routière reliant l'avenue des Tilleuls au quai de l'Amiral Mouchez, il fut longtemps le quai des promenades des bords de Seine avant d'être dédié à la circulation. Depuis un an, il est bordé par une allée piétonne donnant sur la Seine réalisée dans le cadre intercommunal, ce qui permet aux habitants de se réapproprier les lieux au moins en partie. Situé au bas de l'avenue d'Eprémesnil, il fut baptisé Quai des Papillons le 7 novembre 1847 par la municipalité de Monsieur Délivré et redevint Chemin de Halage sous le Second Empire.

MERMOZ 3 BIS.jpg

L'ancien Quai des Papillons était une promenade au bas des villas et de leurs jardins en promontoir sur la Seine.

 

Le nom de Mermoz fut donné au quai par délibération du conseil municipal du 28 février 1937 sous le mandat de Jules Ramas "en hommage au grand aviateur disparu avec ses compagnons de bord au cours de l'une de ses nombreuses traversées de l'Atlantique Sud et en souvenir des immenses services rendus à notre pays pour accroître le prestige des ailes françaises dans le monde". Mermoz était mort dans un accident dans l'Atlantique à bord du Latécoère "La Croix-du-Sud" le 7 décembre 1936.

 

MERMOZ 3.jpg

 

C'est en 1927 que Marcel Bouilloux-Lafont, fondateur de la Compagnie Générale  Aéropostale, l'avait envoyé en mission pour relier l'Amérique du Sud à Rio-de-Janeiro. La réussite de la traversée malgré des péripéties inouies fit de Mermoz un héros, celui-ci assurant la liaison avec l'Amérique du Sud pendant presque dix ans, faisant escale à Dakar puis en Amérique du Sud.

Ses aventures avaient traduit le péril permanent. Le journal "Voilà" rapporta en 1934 : "De la peur , Mermoz parle comme d'une servante : "dans le maximum de risque, dés que tout est perdu, elle disparaît. Quand je suis remonté de Natal (Brésil), en 1930, j'avais une fuite d'huile, avec la pression à zéro. Dans ces cas-là, il ne reste jamais qu'un quart d'heure de vol. J'étais en mer - une mer déchaînée, et dans ce quart d'heure, il me fallait trouver un bateau. Je me suis dit : "liquidé ! définitif !". Alors, je sais que je n'ai pas eu peur. C'était fini, rompu avec le monde extèrieur. Je plongeais dans un grand calme, une grande douceur. La mort, à cet instant, n'était plus un accident, mais la fin de la vie, comme le sommeil après le jour. J'ai tout connu : la rupture en l'air, la perte des ailes, je suis resté bloqué dans la Cordillière. Toujours dans ces minutes, j'ai ignoré la peur. Alors, une petite fumée est montée vers moi. J'avais trouvé un bateau dans le secteur avant que ce soit écoulé le quart d'heure sans répit (...)."

Commandeur de la Légion d'Honneur en 1934, Mermoz a représenté dans l'avant-guerre l'archétype du héros populaire, contrastant avec l'état de démission et de catastrophes ambiants. Afin de sauver la ligne aérienne France-Amérique du Sud menacée par l'Allemagne, les Etats-Unis et l'abandon du gouvernement français, il tenta de trouver un porte-voix auprès du mouvement du colonel de la Rocque. Ayant lui-même connu la misère, il enseignait aux déshérités le pilotage. A sa disparition, la France perdit l'un de ses derniers héros d'avant-guerre.

MERMOZ.jpg

En couverture de "Voilà" 21 avril 1934

 

MERMOZ 2.jpg

Mermoz pilota notamment un avion du constructeur Couzinet, "l'Arc-en-Ciel". Le franchissement de la Cordillière des Andes, jugé impossible, donna à Mermoz une renommée mondiale. Dans nombre de pays où il fit escale, un hommage demeure sous forme de stèles, noms de places et de voies. Ici, une arrivée au Brésil.

 

 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

21/04/2013

LA MEMOIRE DE CROISSY FAIT SALLE COMBLE AVEC UNE EXPOSITION SUR LE DESSIN

 

DESSIN 1.jpg

A Croissy, le château Chanorier restauré est devenu symbole de vie culturelle et associative.

 

A Croissy, le vernissage de l’exposition « dessiner au XXIème siècle » , en cours jusqu’au 21 avril 2013, se déroulait vendredi 12 avril 2013 dans le château ouvert au public. L’occasion de contempler l’espace important dédié aux expositions, celui-ci s’étendant sur toute la longueur de la façade du château Chanorier nouvellement restauré.  C’est dans ce cadre prestigieux que plus d’une centaine de personnes était venue voir les œuvres nombreuses - le mot est faible - et diverses de toutes les générations, dont on recommandera ici l’intérêt. La Mémoire de Croissy a ainsi créé l’évènement une fois de plus, attirant grâce aux bons soins de Madame Catherine Ladauge autant les écoliers et leurs parents que les anciens croissillons, fiers de ce retour à la vie de leur patrimoine.

DESSIN 0.jpg

Monsieur Georges Arens, président de la Mémoire de Croissy, et Madame Catherine Ladauge, administratrice et organisatrice de la manifestation, inaugurant l'exposition.

DESSIN 7.jpg

DESSIN 17.jpg

Madame Véronique Defour, maire-adjoint à la Culture, a fait entendre le discours intelligent de sa fonction.

 

Un buffet avait lieu dans la grande verrière, ce bâtiment que nous vous avons présenté il y a peu et dont l’élégance et les proportions sont un atout supplémentaire pour l’organisation des manifestations sur le site. Après une présentation de Monsieur Arens, président de La Mémoire de Croissy, et de Madame Ladauge, administratrice et instigatrice de cette manifestation, un très beau discours de Madame Véronique Defour, maire-adjoint à la Culture, est venu rappeler la création, l’émotion et la « fenêtre sur l’âme » selon les mots du croissillon Pierre Mariette, que représentait l’art de dessiner.

DESSIN 11.jpg

La catovienne Myriam Delahoux a fait honneur à sa patrie d'adoption.

DESSIN 10.jpg

Une oeuvre originale de Florence Cadène, que l'on connaissait à travers la peinture des animaux.

 

DESSIN 5.jpg

DESSIN 4.jpg

Sous la verrière, deux metteurs en scène emblématiques du patrimoine culturel à Croissy, à droite, Monsieur Norbert Fratacci, Chevalier des Arts et des Lettres, ancien président de la Mémoire de Croissy et instigateur du Pavillon d'Histoire Locale de La Mémoire de Croissy ouvert dans les communs du château, et Monsieur Georges Arens, actuel président de la Mémoire de Croissy.

 

Cette première marche vers la reconquête du site a donc été couronnée de succès, l’appropriation des lieux par le public et la satisfaction de marquer l’image culturelle et dynamique de Croissy étant le résultat le plus éminent de cette soirée qui en promet de nouvelles.

 

01/04/2013

A CROISSY, UNE RENAISSANCE EN MARCHE

Notre voisine de Croissy-sur-Seine, moins destructrice, a conservé le joyau de son patrimoine formé par l’ensemble architectural du château Chanorier et de la petite église romane Saint-Martin Saint-Léonard, datant du XIIIème siècle.

CROISSY ST LEONARD 3.jpg

 

La situation de ces édifices en bord de Seine, pour qui ne la connaît pas, offre un dépaysement particulier. Elle plonge le promeneur dans la sensation d’une harmonie tranquille entre le fleuve et les siècles qui l’entourent et lui rappelle sans lassitude le charme d’un miraculé des rénovations urbaines des années soixante. Mais la question de son entretien et de son utilisation culturelle a été posée depuis longtemps. Une maturation faite de divers projets fut nécessaire pour concevoir  un lieu rejaillissant sur la vie de Croissy et son image. Une décision du conseil municipal  a été finalement prise et une perspective est en train de naître dans un chantier considérable qui associe bénévoles et professionnels, élus et associations.

 

  CROISSY PAVILLON 2.jpg

La porte du Pavillon d'Histoire Locale de Croissy. L'association La Mémoire de Croissy cherche à mettre en place une équipe de bénévoles pour relayer et animer l'ouverture au public du Pavillon. Nous nous faisons l'écho de son appel au public.

 

Alors que l’église Saint-Léonard avait commencé à véhiculer les expositions artistiques depuis une vingtaine d’années, les communs du château ont accueilli le Pavillon d’Histoire Locale réalisé par l'association La Mémoire de Croissy en 2009, un musée que se sont appropriés plus de 9000 visiteurs à ce jour.

CROISSY COMMUNS 1.jpg

Les communs du château Chanorier rénovés abritent le Pavillon d'Histoire Locale réalisé par l'association La Mémoire de Croissy.

 

CROISSY RENAISSANCE 6.jpg

Bienvenue au château Chanorier. Construit par Gautier de Beauvais, seigneur de Croissy de 1751 à 1779, il fut habité par le dernier seigneur de Croissy et premier maire de la commune (1779-1806), Jean Chanorier, membre associé de l'Académie des Sciences.

 

Le château lui-même, dont l’intérieur avait été vidé de longue date depuis son rachat en 1936 par la ville et la perspective gâchée par l’annexe des sapeurs-pompiers, peut escompter de sa rénovation en voie d’achèvement  l’éclat qui lui manquait. La municipalité de Monsieur Davin a en effet arrêté, à partir d’une transformation respectueuse du passé, d’y ériger un lieu concentrant la vie sociale et culturelle de la commune et tout permet de penser que ce but sera atteint.

 

CROISSY RENAISSANCE CHATEAU 4.jpg

La façade arrière du château Chanorier s'est vu adjoindre une verrière dans un style inspiré du XIXème siècle présentant le sérieux avantage d'accueillir un salon de thé.

 

Les premières salves de cette perspective seront tirées par l'association La Mémoire de Croissy qui y présentera son exposition « Dessiner au XXIème siècle » du 13 avril au 21 avril 2013, une exposition mise sur pied par Madame Catherine Ladauge  réunissant nombre d’associations et d’artistes de la Boucle représentant la création contemporaine. 

CROISSY EXPO DESSIN.jpg

Le vernissage de l'exposition "Dessiner au XXIème siècle"

aura lieu le vendredi 12 avril 2013 à partir de 18h30.

 

MARIETTE.jpg

Vue du pont et du village de Chatou au XVIIIème siècle par le Croissillon Pierre Mariette, prétexte à l'exposition du 13 avril 2013.

 

Chatou Notre Ville, administrateur de La Mémoire de Croissy, ne pouvait que s’en faire l’écho et applaudir à un engagement général en faveur de la renaissance de ce site unique en Ile-de-France.

 

 

 

En savoir plus :

 

La Mémoire de Croissy 12 Grande Rue 78290 Croissy sur Seine - tél : 01 30 53 49 94 - mail : lamemoiredecroissy@free.fr

 

 

 

 

 

 

 

09/01/2013

LE GRAND V DE LA VILLEGIATURE A CHATOU

 C8.jpg

 

La notoriété de Chatou a pour origine le chemin de fer  et pour apogée la Belle Epoque,  entamée au lendemain de la guerre franco-prussienne et de la Commune, achevée dans les déclarations de guerre de 1914.

Dans cette période de quarante ans naquit un urbanisme de villégiature transformé. Loin des maisonnettes et chalets des premiers temps du chemin de fer, l’urbanisation de la commune se traduisit par l’émigration parisienne des nouvelles fortunes de la société industrielle réveillée par le Second Empire : banquiers,  « négociants » (on ne parlait pas de chefs d'entreprise), ingénieurs, artistes lyriques, veuves joyeuses inoxydables, tous engagés dans la poursuite de constructions  remarquables, villas en pierres de taille parfois agrémentées  de parements de briques, façonnées dans les styles passés affectés par les architectes de la fin du XIXème siècle. Les maisons Mansart du Second Empire furent ainsi éclipsées par des architectures plus spectaculaires, néo-médiévale, néo-Gothique, néo-Renaissance.

 « Néo » mais beaux, leurs plans connurent une fortune particulière dans un lotissement de l’époque  conservé à ce jour à Chatou  par les soins de leurs différents propriétaires : le parc des villas Lambert, représentation à la fois monumentale et décorative d’une société marquée par la culture de la ville à la campagne, dans laquelle la richesse trouvait moins son expression dans les voyages que dans des habitations dont le seul caractère permettait d’affirmer une réussite sociale.

La famille toujours nombreuse du « chef » pouvait y trouver un épanouissement particulier, entourée d’un parc, supportée par une domesticité vivant à l’année, constituée de gouvernantes, cuisiniers et jardiniers. Cette richesse que l’on ne qualifiait pas d’insolente pour traduire une prospérité évidente permit d’apporter une renaissance au paysage urbain en même temps qu’elle fit vivre l’industrie du bâtiment et des métiers d’art, sans compter les multiples commerçants attachés à ces vacanciers de maisons de style.  

C’est ainsi que des nuées de villas constituèrent autant de frondaisons pour la ville que les arbres pieusement conservés des anciens domaines par leurs nouveaux acquéreurs.

Le promoteur du parc des Villas Lambert, Louis-Etienne Lambert, acquit cet ancien territoire du domaine seigneurial nommé "le Bois Bigot" en 1873. L’homme, fils de l’un des architectes du prince de Ligne, donna à son gendre, Alfred Gaultier, né en 1847 à Carrières-Saint-Denis (aujourd’hui Carrières-sur -Seine), les moyens d’afficher ses talents d’architecte en lui confiant notamment les plans du château de la Pièce d’Eau.

VILLA LAMBERT PLAN 1.jpg

Le Recueil d’Architecture a publié ces plans (illustrations). Mais Louis-Etienne Lambert, sans doute raisonné par une lecture familiale attentive et ses propres goûts, jugea la proposition de son gendre, bien que non dénuée de majesté, trop agressive et la repoussa.  Les formes en pointes furent adoucies et arrondies ou supprimées, des parements de briques ajoutés. La construction du château démarra en 1882 et fut bientôt suivie de celle des villas qui se multiplièrent autour.

VILLA LAMBERT PLAN 2.jpg

En 1881, le recensement quinquennal de Chatou ne laisse apparaître aucune mention de la villa Lambert. En 1886 en revanche, la voie de la Villa Lambert est inscrite pour la première fois et recouvre les villas des numéros 1,3,4,5,6,7,11,14,15,16 (la superstition était à l’honneur pour le chiffre 13), soit 10 constructions nouvelles dont les propriétaires présents sont Monsieur Bonnet, 61 ans, ingénieur, au numéro 3, Madame Bezou, 46 ans, au numéro 6, Monsieur Davet de Benery, 40 ans,  négociant de nationalité italienne, au numéro 7, Monsieur Firnaher, 46 ans, négociant de nationalité allemande, au numéro 14, enfin Monsieur Lambert, 65 ans, « propriétaire » au numéro 16.

Leurs commandes sont rentrées dans le patrimoine de la villégiature de l'ouest parisien et continuent encore aujourd'hui à alimenter l'intérêt architectural de notre ville.

PIECE DEAU.gif

Le château de la Pièce d'Eau dans sa version définitive

C4.jpg

La pièce d'eau du château vers 1905, dans son aspect boisé

 

 

Sources : recensements de population - Archives Municipales de Chatou

 

17/11/2007

LA CONSTRUCTION DE L'EGLISE SAINTE-THERESE DE L'ENFANT JESUS

e4cd99d3e71b4a785c066622224cb368.gif
L'Eglise Sainte-Thérèse avant sa rénovation en 2005
Le relief des décors de façades a disparu

 

 

L’Eglise Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus située 36 route de Maisons fut consacrée le dimanche 23 octobre 1932 par Monseigneur Millot, « prélat de sa Sainteté, vicaire général, archidiacre de Versailles », assisté du chanoine Flavigny, vicaire général honoraire, curé doyen de Saint-Germain-en-Laye et de l’abbé Fossard, chanoine du chapitre de la cathédrale de Versailles.

Le curé de Chatou, l’abbé Basler, rendit hommage à ses prédécesseurs qui avaient été à l’origine du projet. Un sermon de Monseigneur Millot s’ensuivit dans une atmosphère très émouvante qui se termina par la bénédiction du Saint-Sacrement puis la consécration de la chapelle. A la fin de la cérémonie, les roses de Sainte-Thérèse furent distribuées aux paroissiens.

Un témoin reporter écrivit : « nous pensions avec gratitude à cet admirable clergé du diocèse de Versailles, qui, avec opiniâtreté et succès, grandit le domaine du Christ, aux dépens d’un matérialisme, qui, malgré sa puissance et son hostilité, n’a pu éteindre complètement, dans le cœur du peuple, « la flamme du souvenir religieux » selon l’expression de Monseigneur Millot. »

L’édifice fut construit à Chatou par l’Entreprise Générale de Grands Travaux sur les plans du cabinet d’architecture O.S. Michelin, 25 rue Vaneau, Paris 7ème. Monsieur Michelin était le directeur de la revue mensuelle d’art catholique  « Autour du Clocher », du nom de la  société qu’il dirigeait, elle-même répertoriée comme « office technique général de construction religieuse », finançant les constructions religieuses aux taux les plus bas.  La revue était quant à elle patronnée par Paul Plument de Bailhac, président du Salon de l’Ecole Française.   
 
  
 

 

 

 

MICHELIN 3.jpg

 

A l’occasion du salon de l’Ecole Française qui se déroula au Grand Palais du 4 janvier au 1er février 1933, le cabinet d'architecture O.S.Michelin présenta un projet d’église de nouveau dédié à Sainte-Thérèse dans un style «d'art moderne de filiation classique» (ci-dessous).

 

7cc2aa3e079070a48e5e8cf21dcc1db1.jpg
 

 

Au lendemain de la grande Exposition Coloniale de Paris de 1931 qui avait connu un succès retentissant (34 millions de visiteurs) et crépusculaire, l’architecte retint naturellement  pour ses plans de Chatou un style appelé à être promu indifféremment dans l’empire colonial français et dans la métropole. L’originalité de la construction est donc à chercher ailleurs.

 

 

STE THERESE PLANS 2.jpg 

 Plans de la nouvelle église Sainte-Thérèse
 
 
 
A la vérité, l’époque, qui ne permettait plus les fastes architecturaux d’avant 1914, consacra un nouveau procédé de construction dont l’église Sainte-Thérèse fut l’un des premiers exemples.  Il s’agit du procédé dit « à panneaux » des Forges et Ateliers de Commentry-Oissel, entreprise située 18 rue Jean Goujon à Paris 8ème.

Ces panneaux étaient constitués par des cadres en profilés, revêtus extérieurement de plaques de ciment amiante compressé, remplis en atelier de béton cellulaire armé. L’ensemble donnait un montage avec un panneau de béton armé dont les angles étaient protégés par des cornières, la face vue habillée d’une plaque de fibrociment de forte épaisseur remplaçant l’enduit et assurant une étanchéité parfaite selon l’ingénieur René Hochstaetter.

La construction de ce type d’édifice ne ressemblait-il pas à du grand « Meccano » ? une plate-forme en maçonnerie était réalisée, une ossature métallique venant des Forges et Ateliers de Commentry-Oissel était montée sur l’assise, les parois étaient ensuite glissées dans l’ossature conçue pour les recevoir et maintenues au moyen de couvre-joints. A moindre coût, une couverture en tuile ou fibrociment - l'église Sainte-Thérèse bénéficia heureusement de l'ardoise - achevait la mise hors d’eau du bâtiment. La face intérieure de cette couverture était doublée d’une paroi d’isolement en plaques spéciales posées spécialement sous la charpente. Enfin, les menuiseries , peinture et vitrerie constituaient la touche finale du chantier.

On relevait la possibilité de démonter le bâtiment pièce par pièce, la seule nouvelle dépense étant dans le cas d'un déplacement une assise nouvelle de maçonnerie.

Il reste une poignée de ces églises en Ile de France. Malgré leur construction bon marché, leur architecture contraste avec la monotonie de nos banlieues.   

bb41bce5d01bf9f1f89b576319c757e4.jpg

 Clichés de l'Eglise Sainte-Thérèse en construction

 

b7bfa34dbad19055b202a037f1cf39c3.jpeg
Carte éditée en hommage à l'abbé Eugène Basler (1871-1934),curé de Chatou de 1927 à 1934. Aumonier volontaire pendant la Grande Guerre, il fut plusieurs fois décoré pour sa bravoure. En janvier 1934, il fut  élevé à la dignité de chanoine titulaire de la cathédrale de Versailles. C'est sous son sacerdoce que fut inaugurée l'église Sainte-Thérèse à proximité des quartiers du boulevard de la République et du Val Fleuri en plein développement.

 

 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg