1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2016

LE SUPERBUS PATHE-MARCONI : UNE NOUVELLE VIE POUR L'AMBASSADEUR

Quarante ans jour pour jour après le décès de l'emblématique président de Pathé-Marconi, Pierre Bourgeois (1949-1959), nous vous proposons cet article de Monsieur Emmanuel Jourquin Bourgeois, son petit-fils :

"Il y a 2 ans déjà, Pierre Arrivetz avait la gentillesse de publier sur le site passionnant de l'Association Chatou Notre Ville, un article sur le Superbus Pathé-Marconi, étendard publicitaire de la Major du disque dans les années 1950. Il n’est pas besoin de rappeler que Pierre, outre son implication dans la conservation du patrimoine industriel de Chatou, est sans doute aucun l’un des meilleurs connaisseurs de l’histoire de Pathé-Marconi, entreprise fondée en décembre 1936.

photo  Pathé inv 1.gif

Cliché pour l'Inventaire Général de l'usine Pathé-Marconi - JM Vial - 1985 

Nos échanges réguliers me confortent à chaque fois dans le fait que le site Art déco de l’avenue Emile Pathé, aujourd’hui détruit au bénéfice de la promotion immobilière, demeure et demeurera dans la mémoire collective, l’un des hauts et des plus beaux lieux de l’industrie musicale française.

1. Superbus 1951.jpg

Dessin provisoire du Superbus Pathé-Marconi signé par Philippe Charbonneaux, 1951 © Coll. EJB 

Du temps de son président Pierre Bourgeois (N1), l’après-guerre vit ainsi l’usine des Industries Musicales et Electriques Pathé-Marconi, produire les 78 tours en gomme-laque, les microsillons 45 et 33 tours en vinyle, puis les disques stéréo des plus grands artistes français et étrangers. En 1957, 54 000 disques étaient produits quotidiennement à Chatou.

 

Catalogue 1956.jpg

Pathé-Marconi - catalogue 1956 - "le répertoire le plus prestigieux du monde" © Coll. Pierre Arrivetz

 

Qui pourrait oublier les noms des prestigieux labels de Pathé-Marconi ? Capitol, Columbia, La Voix de son Maître, Metro-Goldwyn-Mayer, Odéon, Pathé, Parlophone : autant de marques de l’entreprise dont les noms résonnent encore aujourd’hui aux oreilles de chacun, autant de labels rappelant les visages et les voix d’Edith Piaf, de Charles Trenet, Luis Mariano, Tino Rossi, Maurice Chevalier, Bourvil, Yves Montand, les Compagnons de la chanson, Jean Cocteau, Gilbert Bécaud, Frank Sinatra, ou la diva Maria Callas.

Pathé-Marconi, fut également dans les années 1950, l’un des premiers fabricants européens de platines tourne-disques, de matériel radio et de téléviseurs, sous les marques Marconi ou La Voix de son Maître.

 

3. Superbus + 2CV.jpg

De 1953 à 1959, le Superbus Pathé-Marconi accompagne la Caravane du Tour de France. L’imposant véhicule est ici représenté au côté des fourgonnettes Citroën 2CV type AZU modèle 1957, utilisées par l’entreprise pour le transport des téléviseurs La Voix de son Maître, au départ de l’immeuble parisien d’Asnières vers les points de vente des revendeurs de la marque © Coll. EJB 

Cette année 2016 marque un tournant majeur dans l’existence du Superbus bleu, dont rappelons-le, Pierre Bourgeois est à l’origine de la commande en 1950.

Après avoir été conservé pendant 15 ans au musée automobile Charbonneaux à Reims, le Super-Car tel qu’appelé sur les cartons d’inauguration Pathé-Marconi en 1953 et familièrement baptisé « l’Ambassadeur » en interne, vient le vendredi 27 mai 2016, de rejoindre la Cité de l’Automobile de Mulhouse.

9. Superbus Cité du Train Mulhouse 2016.jpg

Le Superbus Pathé-Marconi à la Cité du Train, juin 2016 © Thierry Gachon pour L’Alsace

Trop long pour être abrité sous les hangars du musée automobile, le Superbus du Tour de France fut exposé une semaine dans la cour intérieure de la Cité de l’Auto, avant de rejoindre la Cité du Train pour côtoyer les locomotives anciennes ou les premiers TGV.

En effet, le véhicule de 14,30 mètres et la vingtaine de voitures exceptionnelles offertes par Hervé Charbonneaux (N2), fils du designer Philippe Charbonneaux, enrichissent maintenant les collections du musée national de la Cité de l'Automobile, sous l’œil attentif du conservateur-en-chef Richard Keller.

4. Carton inaug 1953.jpg

Carton d’invitation pour l’inauguration du Super-Car, adressé par P. Bourgeois, président de Pathé-Marconi, à Ph. Charbonneaux, designer du véhicule, oct. 1953 © Coll. EJB 

5. Superbus restau 1990.jpg

Le tracteur Pathé-Marconi avant sa restauration complète à Reims en 1990... Un moteur de marque UNIC est choisi pour remplacer le Panhard hors d’usage© Coll. Charbonneaux 

En plus du Superbus, Pathé-Marconi confia le dessin d’un autre véhicule au brillant designer : une Peugeot 203 break également carrossée par Antem et destinée à annoncer des événements au public pendant le Tour de France.

La Major possédait une douzaine de 203. Seule l’une d’entre elles fut modifiée par Charbonneaux en 1951. La partie arrière du break, complètement revue et apurée, abandonnait les galbes de la voiture de série au profit d’une ligne taillée à la serpe, donnant un aspect futuriste à ce véhicule déjà ancien à l’époque dans la gamme du constructeur.

Le système de sonorisation prit place dans le coffre spécialement aménagé, les haut-parleurs furent intégrés sur le toit dans un carénage représentant un réacteur d’avion.

6. Peugeot 203 Charbonneaux.jpg

Peugeot 203 break avec haut-parleurs sur le toit dans un carénage type réacteur d’avion, carrossée par Jean Antem sur un dessin de Philippe Charbonneaux. La ligne de fuite du hayon arrière est typique des créations de Charbonneaux © Hervé Charbonneaux / Cité de l’Automobile de Mulhouse 

A cette période, un autre véhicule publicitaire unique et pour le moins original défendit les couleurs des Industries Musicales et Electriques Pathé-Marconi : une Chevrolet Bel Air modèle 1957. Celle-ci, propriété d’un dirigeant de la firme qui souhaitait s’en défaire, fut cédée au service publicité Pathé-Marconi. En parfait état de marche, la Sedan américaine confiée à Philippe Charbonneaux hérita de haut-parleurs sur le pavillon, cachés dans deux carénages type avion.

7. Chevrolet Corvette Charbonneaux (3).jpeg

Chevrolet Bel Air 1957, anciennement propriété d’un dirigeant de la firme. La sonorisation sur le toit est intégrée dans un carénage type avion, d’après un dessin de Ph. Charbonneaux © DR

Ainsi, les Chevrolet Bel Air et Peugeot 203 accompagnèrent la Caravane du Tour de France aux côtés du Superbus bleu et ce, jusqu’à la vente de ce dernier au journal Le Provençal en avril 1959.

Enfin, souvenons-nous, qu’une unique et imposante maquette en bois au 1/10e du Super-Car fut commandée par Pathé-Marconi. La reproduction fut exposée à Paris en 1952 au siège de la société du 30 boulevard des Italiens, au Palais de la Radio et du Disque. A ce jour, nul ne sait ce qu’elle est devenue (ci-dessous).

minibus pm.jpg

Malgré la disparition de la marque, Pathé-Marconi conserve une image forte auprès du public. Synonyme de haute technicité, de réussite industrielle, de diffuseur incontournable de la musique enregistrée, les Industries Musicales et Electriques Pathé-Marconi ont toujours inspiré les fabricants de miniatures, répondant à la demande croissante des amateurs et collectionneurs de véhicules publicitaires.

Le Superbus a été en mars 2016, commercialisé par les éditions Hachette en collaboration avec Auto Plus. Le modèle au 1/43e avec son fascicule n° 1, annonce la collection hors série des véhicules publicitaires « les trente glorieuses de la réclame » et est d’ores et déjà considéré comme un objet de collection. La précision des détails et la qualité de la réalisation sont excellentes. L’échelle est parfaitement respectée.

SUPERBUS HACHETTE.jpg

Superbus Pathé-Marconi reproduit par Hachette - don de l'auteur à P.Arrivetz 

SUPERBUS HACHETTE 2.jpg

La miniature fabriquée par IXO, marque du groupe PCT, rencontra un tel succès dès sa sortie qu’elle fut rapidement épuisée. Seconde création Charbonneaux pour Pathé-Marconi, la Peugeot 203 break fut aussi reproduite à la même échelle, cette fois en toute petite série sur base Eligor et un temps distribuée par Momaco.

Trois autres véhicules au moins portant les couleurs de Pathé-Marconi furent reproduits au 1/43e : la camionnette d’intervention 2CV type AZU 1957 sur base Norev, parue avec le fascicule n° 55 de décembre 2005 dans la collection « Citroën 2CV » éditée par Hachette ; la 2CV berline type AZLP 1958 fabriquée par Vitesse, marque historique d’IXO créée par Bernard Peres dans les années 1980 ; la Renault 4CV commerciale 1961 sur base Eligor, disponible sur commande spéciale.

2CV PATHE MARCONI.jpg

2CV Pathé-Marconi AZU reproduite par Hachette - P.Arrivetz

En revanche, ni la Chevrolet Bel Air, ni les fourgons Chenard & Walcker, Peugeot D3 ou Citroën H1 utilisés pour le transport de gros matériel, n’ont été encore reproduits. On peut souhaiter que ces miniatures soient un jour éditées ou rééditées et diffusées largement, perpétuant un peu la mémoire d’une entreprise mythique de l’industrie musicale française.

L’Ambassadeur, c’est sûr, profite aujourd’hui d’une retraite dorée. On peut croire sans hésitation qu’après 30 ans de services divers et sans faille, de la musique au cirque en passant par la presse, ce Superbus, témoin d’une époque de faste, de reconstruction, d’insouciance, fait maintenant l’objet à Mulhouse de tous les soins et attentions qu'il mérite."

 

Emmanuel Jourquin-Bourgeois

 

Remerciements à Sylviane Mouton-Plisson, Branch Manager chez PCT Europe, Hervé Charbonneaux, président de Rallystory, Pierre Arrivetz, président de Chatou Notre Ville et membre du Conseil municipal de Chatou, pour m’avoir ouvert leurs archives, apporté des précisions, marqué leur intérêt.

 

Caractéristiques techniques d’après carte grise du véhicule

Genre : Tracteur

Marque : Panhard et Levassor

Type : K185 transformé

N° de série : 742088

Carrosserie : Tracteur

Puissance : 18 CV

Nombre de places assises : 2

Poids total autorisé en charge : 9 T 400

Poids à vide : 5 T 600

Poids total roulant autorisé : 15 T

Notes

(N1) Pierre Bourgeois (1904-1976) : imprésario et directeur artistique, notamment d’Edith Piaf chez Polydor (1934-1941), directeur puis président de Pathé-Marconi (1946-1959), producteur de musique et de télévision (1960-1972).

(N2) Hervé Charbonneaux (né en août 1950) : ancien expert en automobiles et pilote de rallyes, président-fondateur en 1987 de Rallystory, entreprise spécialisée dans l’organisation de rallyes automobiles.

Repères chronologiques

1936 : 12 décembre. Fondation des « Industries Musicales et Electriques Pathé-Marconi, Compagnie Générale des Machines Parlantes Pathé frères et Compagnie Française du Gramophone réunies », ayant le statut de filiale française associée de la Major britannique Electrical and Musical Industries (EMI).

1950 : Pierre Bourgeois, président de Pathé-Marconi, passe commande d’un véhicule exceptionnel destiné à assurer la promotion de la firme.

1951 : Philippe Charbonneaux (1917-1998), designer français connu pour ses travaux sur Delahaye, General Motors et père de la R16, assisté de Paul Bracq, futur patron du design de Mercedes, BMW puis Peugeot, dessinent le véhicule. Le camion, équipé d’un moteur Panhard IE 45 HL, est construit par le carrossier Jean Antem. La remorque, fabriquée et aménagée par Fruehauf, provient de chez Titan.

1952 : Le Super-Car Panhard & Levassor est livré à Pathé-Marconi. Le camion publicitaire est immatriculé à Paris le 13 mai sous le numéro 2823 BE 75.

1953 : Le vendredi 23 octobre à 17h30, l’Ambassadeur est inauguré par Pierre Bourgeois au restaurant Ledoyen, au Carré des Champs-Elysées.

1953-1959 : Le Panhard bleu accompagne la Caravane du Tour de France. A chaque ville-étape, les artistes Pathé-Marconi dont les Compagnons de la chanson ou Edith Piaf, se produisent sur la scène du camion-remorque. Europe 1, présidé par Louis Merlin, retransmet les extraits de ces spectacles dans ses Musicorama. Contrairement à la légende, il semble que Johnny Hallyday alors chez Vogue, n’ait jamais chanté sur la scène de l’Ambassadeur. De même, une interrogation demeure concernant Dario Moreno qui lui, enregistrait chez Philips.

1955 : Le Superbus Pathé-Marconi remporte le grand prix d'honneur du concours de « la publicité qui roule ».

1959 : Le journal Le Provençal acquiert le véhicule-remorque. La préfecture des Bouches-du-Rhône le ré-immatricule le 21 avril sous le numéro 9610 BG 13. En juin, Pierre Bourgeois quitte la direction de Pathé-Marconi.

1970 : Le cirque Gulliver achète à son tour le Superbus. La remorque repeinte en jaune à l’enseigne du cirque est tirée par un tracteur agricole rouge.

1974 : Philippe Charbonneaux rachète l’ensemble complet tracteur Panhard + remorque Titan au Cirque Gulliver.

1976 : Décès de Pierre Bourgeois.

1990 : Le Superbus rejoint les ateliers d’un carrossier de la Marne pour une restauration complète. A cette occasion, un moteur UNIC remplace le Panhard hors d’usage. Les 12 lettres métalliques et le trait d’union rivetés identifiant le logo de l’entreprise, sont remplacés par un lettrage peint directement sur la carrosserie. Repeint dans sa couleur bleue d’origine, le Superbus rejoint le musée automobile Charbonneaux à Reims. Pathé-Marconi devient EMI France, abandonnant toute référence à son nom historique.

1998 : Décès de Philippe Charbonneaux

2007 : Hervé Charbonneaux hérite la collection automobile de son père. 

2015 : La donation de la collection Charbonneaux à la Cité de l’Automobile de Mulhouse est signée. 

2016 :

3 au 7 février. L’Ambassadeur est exposé au salon Rétromobile de la porte de Versailles. Hervé Charbonneaux y rencontre Patrice Depeauw, transporteur et amoureux de mécanique. Les 2 hommes se mettent d’accord pour une restauration de l’engin. La révision en profondeur est assurée par Patrice et Bertrand, fidèle mécanicien de l’entreprise.

Mars : Hachette en collaboration avec Auto Plus commercialise le Superbus au 1/43e dans la collection véhicules publicitaires « les trente glorieuses de la réclame ».

Mai : Le 27 du mois, le Superbus bleu est transporté sur remorque à destination de Mulhouse.  Il est aujourd’hui conservé à la Cité du Train.

Bibliographie

Du dessin au design : Philippe Charbonneaux, de Hervé Charbonneaux, éditions Avant-Propos, Waterloo, Belgique, 2015. ISBN 978-2390000181 (photos du Superbus p.88 à 91 et 97).

Pub qui roule, de Fabien Sabatès et Dominique Pagneux, éditions Rétroviseur, 1995. ISBN 978-2840780090 (photos du Superbus en couverture et p.76).

Autoretro n° 109, sept. 1989 (photo de la maquette au 1/10e p.46, avec un article sur le designer Philippe Charbonneaux).

A lire aussi

Chatou, une page de gloire dans l’industrie, de Pierre Arrivetz, éditions Chatou Notre Ville, 2012.

Le Superbus Pathé-Marconi, par E. Jourquin-Bourgeois, site de Chatou Notre Ville, déc.2014 http://chatounotreville.hautetfort.com/archive/2014/12/23..."

 

20/07/2016

LE LIVRE DE L'ETE

LIVRE RENAUD129.jpg

LE ROMAN D'UNE VIE EXCEPTIONNELLE

UN LIVRE DENSE ET EMOUVANT

PAR UNE VEDETTE

DE PATHE-MARCONI CHATOU

SITE OFFICIEL DE LINE RENAUD

 

LOCO DU PATRIMOINE 3.jpg

14/01/2016

DANS CHATOU QUI DORT

Dans Chatou qui dort

C'est une ville sans péripéties
Avec des bars et des boulangeries
Y'a pas d'grand canal ni d' pont suspendu
Mais les fins d'semaine ça vit un peu plus
On entend les tondeuses sur les pelouses
Les bergers allemands, les enfants qui jouent
C'est une petite ville endormie
Mais j'ai pas d'regrets de vivre ici
Puisque tu y vis aussi
Dans Chatou qui dort tu brilles en silence
Comme une pépite d'or, j'adore ta présence
Tu es dans les draps, tu veux du café

Alors je t'en fais, dans Chatou qui dort

J' pense à tous ceux qui ont la folie
D' laver les rivières d'Amazonie
J' comprends leur fièvre, leur déraison
J'aurais fait pour te trouver
Le sale boulot qu'ils font
Dans Chatou qui dort tu brilles en silence
Comme une pépite d'or, j'adore ta présence
Tu es dans les draps, tu veux du café
Alors je t'en fais, dans Chatou qui dort
Tu es dans les draps, tu veux du café
Alors je t'en fais, dans Chatou qui dort

Michel Delpech (1946-2016)

08/04/2015

DISCOURS DE M.PIERRE BOURGEOIS PDG DE PATHE-MARCONI, A SA PRISE DE FONCTION

 

BOURGEOIS PIERRE PORTRAIT.jpg

Pierre Bourgeois, président de Pathé-Marconi de 1949 à 1959

 

SUTTON INDUSTRIE Emile Pathé peu avant sa mort.jpg

Emile Pathé, fondateur avec son frère Charles de la Compagnie Générale des Phonographes, Cinémas et Appareils de Précision en 1898, président de la Compagnie Générale des Machines Parlantes de 1919 à 1936, puis de Pathé-Marconi de  1936 à sa mort en 1937

  

Monsieur Pierre Bourgeois est devenu président de Pathé-Marconi de 1949 à 1959. A l'occasion de sa prise de fonction, il rendit un hommage au fondateur de l'industrie phonographique française et des industries de Chatou, dans un discours que son petit-fils, Monsieur Emmanuel Bourgeois, a bien voulu nous communiquer :

Monsieur Emile Pathé est né à Paris le 10 février 1860 et il est décédé à Pau le 3 avril 1937.

Il est un exemple de ce que peut réaliser un homme d'origine modeste, n'ayant reçu qu'une instruction élémentaire, lorsqu'à une belle intelligence se joignent une grande puissance de travail, une volonté ferme, une persévérance que les insuccès et les déboires ne peuvent entamer; une imagination vive toujours en éveil.

Ce n'est qu'en 1894 qu'il trouve la voie qui doit le conduire au succès en s'intéressant avec son frère Charles au Phonographe, conçu théoriquement par Charles Cros et réalisé pratiquement par Thomas Edison.

Dans un modeste local, à Vincennes, avec de très petits moyens, les deux frères arrivèrent à fabriquer des cylindres de cire et à les enregistrer.

A ce moment, le Cinéma faisait son apparition; les deux frères Pathé, avec la même intuition, qui peut paraître toute simple aujourd'hui mais qui était extraordinaire il y a cinquante ans, pressentent comme pour le Phonographe, l'avenir du Cinéma et ils s'y intéressent également. Dès lors, ils se partagent la besogne; Charles s'occupe exclusivement du Cinéma; Emile se voue corps et âme, avec une ardeur qui ne s'est jamais démentie, au Phonographe.

Les deux frères avaient formé entre eux une petite société en 1896. Des capitalistes, vivement frappés des résultats qu'ils avaient obtenus, leur conseillèrent de créer une société plus importante qui mettrait à leur disposition les capitaux leur permettant de poursuivre et de développer leurs travaux. C'est ainsi que prit naissance la Cie des Phonographes, Cinématographes et Appareils de Précision 98, rue de Richelieu, qui devint la Compagnie Générale des Etablissements Pathé-Frère (Phonographe & Cinématographe) 30 Boulevard des Italiens.

Revenons à l'œuvre d'Emile Pathé.

En 1897, pour répondre aux demandes sans cesse accrues des amateurs de Phonographe, il devint nécessaire de créer une usine. Elle fut construite à Chatou où elle occupe actuellement une superficie de 22.400 mètres carrés, + 26.500 m² occupés.

Du point de vue technique, le labeur d'Emile Pathé et de ses collaborateurs fut immense: tout était à  créer et l'on peut se rendre compte des difficultés à vaincre si l'on songe qu'il s'agit de construire par centaines de mille un matériel dont la précision est du centième de millimètre et qui doit être assez robuste et assez simple pour être employé par tout le monde.

Les jours d'Emile Pathé se passent à solutionner les problèmes qui se présentent chaque jour: construction ou fabrication; machines à enregistrer, cylindres en cire ou cires plates, galvanoplastie, matière à disques, presses, machines à reproduire (ce ne sont là que des têtes de chapitre) furent mises au point, perfectionnés d'une manière continue pendant cinquante ans.

L'activité d'Emile Pathé ne se borne pas à ces travaux, en voici quelques autres manifestations - pas toutes. Il donne un essor commercial considérable à la société; des succursales sont installées dans de nombreux pays portant très haut la renommée des produits français. Il s'occupe du nouveau droit qui se crée, par suite du développement du disque entre les auteurs, les éditeurs et l'industrie, question complexe, difficile, toujours en voie d'évolution en 1949.

Il est le premier à penser aux services que peut rendre la machine parlante aux écoles, à la propagation et à l'étude des langues vivantes, à la science pure, à la philologie: le Musée de la Parole de l'Université de Paris lui a d'ailleurs rendu justice en donnant le nom d'Emile Pathé à l'une de ses salles.

Le nom du Phonographe Pathé, du Pathéphone, grandit de plus en plus; les plus hautes récompenses lui sont décernées aux Expositions Françaises et Etrangères. Monsieur Emile Pathé est fait Chevalier de la Légion d'Honneur, puis Officier.

En 1919, le Phonographe se sépare complètement du Cinéma et ses activités se développèrent sous la raison sociale Compagnie Générale des Machines Parlantes Pathé-Frères, siège social: 30 Boulevard des Italiens.

En 1936, elle a absorbé la Compagnie Française du Gramophone (La Voix de son Maître, Columbia) et sa raison sociale est devenue Les Industries Musicales et Electriques Pathé-Marconi. Monsieur Emile Pathé en a été le Président du Conseil  d'Administration jusqu'à son dernier jour.

Ceci n'est que le bref résumé de toute une vie de travail et d'honneur. Tous ceux qui ont eu le privilège de vivre près de Monsieur Emile Pathé n'oublieront jamais la sûreté de son commerce, la délicatesse de son amitié, sa grande bonté.

Pierre Bourgeois

Président-directeur général

 

SUTTON INDUSTRIE POCHETTE DISQUE USINE.jpg

Une pochette de disque 78 tours des années trente - collection Pierre Arrivetz

 

 Pour en savoir plus :

CHATOU INDUSTRIE.jpg

 

 

En commande à chatounotreville@orange.fr ou directement par carte bleue dans la colonne de gauche du blog : "Editions historiques - commander"

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

15/03/2015

RAIMU, UNE GRANDE VOIX PRESSEE A CHATOU

RAIMU JEUNE.jpg

Raimu encore jeune acteur du cinéma muet

 

La voix de Raimu (1883-1946) a traversé le cinéma et le temps. L’artiste, de son vrai nom Jules Mauraire, avait commencé sa carrière avant 1914, engagé par Mayol, conseillé par Lucien Guitry. Pendant la Première guerre, il avait été recruté par Georges Feydeau (1862-1921) pour la reprise de « Monsieur Chasse » au Théâtre de la Renaissance en 1915 puis enrôlé par Sacha Guitry pour créer sa pièce « Faisons un rêve » au Théâtre des Bouffes Parisiens le 3 octobre 1916, pièce que Guitry transforma plus tard en film (1936).

Sacha Guitry qualifiait Raimu d’ « admirable acteur instinctif. Instinctif à tel point qu’il pouvait faire n’importe quoi et que, même, il pouvait jouer n’importe comment. » Guitry, qui n’aimait pas l’injustice, déclara au sujet de la « parcimonie » supposée du comédien, qu’il pouvait témoigner d’une lettre en sa faveur sur le projet d’un film qu’il lui avait soumis et pour lequel  il lui avait demandé ses conditions par téléphone.

Raimu, en voyage à Londres, avait répondu par écrit : « Mon cher Sacha. Voilà. Pas d’appointements pour ce film. J’ai une femme charmante que j’aime beaucoup. Un souvenir pour elle. Pour moi, ma place sur l’affiche comme convenu. Et mes remerciements. Raimu. » « Vous devez bien penser combien j’aime à détruire les légendes absurdes » conclut Guitry à Cinémonde qui l’interviewait.  

RAIMU GUITRY.jpg

Sacha Guitry, scénariste, Robert Florey, réalisateur et Raimu dans son premier rôle parlant à l'écran dans le film "Le Noir et le Blanc" (1930).

De 1914 à 1946, Raimu avait joué dans une cinquantaine de pièces de théâtre et presque autant de films dont  il assurait immanquablement le succès. Avec Sacha Guitry producteur et réalisateur, il avait représenté cinq pièces et tourné deux films « Faisons un rêve » en 1936 et « Les Perles de la Couronne » en 1937.Mais le rôle qui marqua les générations fut certainement la série des films dont Marcel Pagnol fut l’auteur ou le dialoguiste, « Marius » (1931), « Fanny » (1932), « César » (1936).

La voix de Raimu rentra alors non seulement dans l’œuvre de Marcel Pagnol mais dans le cœur des français. C’est sans doute la raison pour laquelle Pathé-Marconi tira de ces films des disques sous le label Columbia en 78 tours (Columbia –BF - étiquette marron) puis en 33 tours (Columbia étiquette crème). Ceux-ci furent tous pressés aux usines de Chatou avant puis après la deuxième guerre mondiale. Quelques exemplaires ont été légués aux Archives de la ville de Chatou par l’auteur de ces lignes le 12 février 2013.

MARIUS DISQUE.jpg

Disque 78 tours Columbia - BF 4 "La partie de cartes" 

du film "Marius" (1931) pressé aux usines de Chatou

PATHE FACADE.gif

Aspect de l'usine Pathé-Marconi désaffectée en 1998 - construite en 1929-1930 sur les plans des plus célèbres architectes de l'Art Deco de Londres, Wallis, Gilbert et Partners, elle fut rasée en novembre 2004 pour la réalisation d'une ZAC

RAIMU ENTERREMENT.jpg

L'enterrement de Raimu à l'église Saint-Philippe du Roule en 1946 - plus de 4.000 personnes y assistèrent. Raimu mourut à l'hôpital de Neuilly le 20 septembre 1946 à la suite d'une anesthésie qu'il ne supporta pas.

A la mort de Raimu, Marcel Pagnol rendit un hommage à son acteur fétiche. Nous l'avons reproduit dans notre coffret audio « Les Voix de l’Après-Guerre 1946-1947 ». Ainsi les voix du grand acteur et celle du célèbre auteur ont aujourd’hui leur place dans le Panthéon des œuvres de Chatou où une magnifique industrie du son avait permis d’irriguer la culture du XXème siècle.  

COFFRET 1946-1947.jpg 

Sources :

Cinémonde 1er octobre 1946 / 19 novembre 1946

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

20/01/2015

PIERRE BOURGEOIS, PRESIDENT DE PATHE-MARCONI (1949-1959), UN FIDELE DE CITROEN

BOURGEOIS 15.jpg

Citröen 15 SIX-H 1954 - Automobilia Hors Série n°10 - la Citroën 15 fut produite de 1938 à 1954, sa petite sœur la "11" de 1934 à 1957.

 
Dès la fin des années 30, Pierre Bourgeois fut fidèle à Citroën et possesseur d'au moins 2 Traction Avant 15CV, dites 15-Six.
 
La présentation de la célèbre DS au Salon de Paris le 6 octobre 1955 révolutionna le marché de l'automobile, en proposant un véhicule à la ligne fluide né sous le crayon de Flaminio Bertoni. Équipée d'une direction à assistance hydraulique, d'une suspension hydropneumatique et d'un aménagement intérieur avant-gardiste, la DS motorisée par le 1,9L hérité de la Traction Avant rencontra, dès sa sortie, un engouement populaire sans précédent.
 
Pour son président, Pathé-Marconi fit l'acquisition d'une DS 19 teinte champagne AC 134 (AC pour André Citroën), toit aubergine AC 406, équipée de sièges Jersey bleu royal. Privilège de l'époque, Pierre Bourgeois en prit livraison aux usines Citroën du 117 quai de Javel avant même sa commercialisation officielle en décembre.
 
Ma famille me rappelait récemment que la DS champagne provoquait des attroupements dans les rues de Paris et qu'à chaque arrêt, de nombreux passants encadraient la voiture, assaillant de questions mon grand-père sur la suspension, les performances ou le confort. Il faut dire que l'auto n'était pas encore en vente au public et qu'elle fut sans doute la première à circuler dans les rues de Paris.

DS 19 1955 modèle 56 couleur champagne, toit aubergine

DS 19 1955 modèle 56 couleur champagne, toit aubergine © DR
 
Ainsi, tous les deux ans environ, se succédèrent plusieurs DS dans le garage de Pathé-Marconi, conduites par le même chauffeur mis à disposition par la maison de disques. Invariablement, les voitures arboraient désormais une peinture noire AC 200 et des sièges en Jersey gris éléphant.
 
L'amitié qui liait Pierre Bourgeois au président de la République René Coty est notoire. René Coty fit remettre une cocarde Présidence de la République à son ami afin de faciliter l'entrée de la DS noire dans la cour de l’Élysée. Il s'agit là d'un autre temps et on ne saurait bien sûr comparer les usages de la quatrième République avec ceux d'aujourd'hui.
 
Les deux hommes conversaient musique et choses de ce monde dans le salon-bibliothèque attenant aux appartements privés du palais. Dans l'angle, trônait un téléviseur La Voix de son maître, puis le long d'un mur, un meuble radio-disque en palissandre et touches d'ivoire offert par Pierre Bourgeois à René Coty.

Réception Élisabeth II d'Angleterre au château de Versailles mardi 9 avril 1957. Déjeuner dans la Galerie des Glaces organisé par le président René Coty. Arrivée du véhicule Citroën DS de M. Pierre Bourgeois

Réception Élisabeth II d'Angleterre au château de Versailles mardi 9 avril 1957. Déjeuner dans la Galerie des Glaces organisé par le président René Coty. Arrivée du véhicule Citroën DS de M. Pierre Bourgeois © DR - Collection E. Bourgeois

PBOURGEOIS RENE COTY.jpg 

M. Pierre Bourgeois, président de Pathé-Marconi (en costume clair), fait remettre un coffret de disques classiques à son ami le président M. René Coty. L'industrie de Chatou fut dans la fréquentation des chefs d'Etat.

Perron du Palais de l’Élysée. Juin 1958 © Michel Brodsky - Collection E. Bourgeois

 

L'été, prenant la route des vacances en direction du sud bordelais, Pierre Bourgeois emmenait DS et famille, conduisant au beau milieu de la route bien à cheval sur la ligne centrale ; il faut dire qu'il n'y avait personne, pas de ceintures de sécurité rendues obligatoires en 1973 seulement, pas de contrôles de vitesse. La performance des véhicules était au contraire un gage de bonne santé de l'économie française pendant les Trente Glorieuses et le 1er choc pétrolier n'arriva qu'en 1973 sous la mandature de Georges Pompidou.
 

DS 19 noire 1959 modèle 60

DS 19 noire 1959 modèle 60 © DR

 
Il est difficile de connaître le nombre exact de DS noires qui l'une après l'autre transporta les enfants d'école en goûter, les parents de réception en diner, la famille d'été en bord de mer. 5 ? 10 ? Une chose est certaine : à partir de 1955, aucun autre véhicule ne perturba la saga Citroën DS.
 
 
DS 21 Pallas bleu camargue modèle 73

DS 21 Pallas bleu camargue modèle 73 © DR

 
A sa retraite en 1972, Pierre Bourgeois acheta une DS 21 Pallas équipée du moteur 2,1L et de la classique boite de vitesses semi-automatique. Flambant neuve, la voiture était bleu Camargue couleur AC635, garnie de sièges en Jersey bleu.
 
J'étais tout petit, je la revois encore.

 
Emmanuel Bourgeois, petit-fils de Pierre Bourgeois
 
 
Pour en savoir plus sur Pierre Bourgeois et sa relation avec les usines de Chatou
 

CHATOU INDUSTRIE.jpg

Ce livre est assorti d'un disque audio contenant un reportage inédit aux usines de Chatou vers 1952-1953

 
 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

24/12/2014

LE SUPERBUS PATHE-MARCONI (1952-1962)

Monsieur Emmanuel Jourquin-Bourgeois est le petit-fils de Pierre Bourgeois (1904-1976), président emblématique de Pathé-Marconi de 1949 à 1959, dans la période la plus prospère de la firme. Après son témoignage dans la rédaction du livre de l'association "Chatou, une page de gloire dans l'industrie", Monsieur Jourquin-Bourgeois nous donne cet article sur le "superbus Pathé-Marconi" qui assura la promotion de la société après-guerre.

SUPERBUS.jpg

Cliché collection Emmanuel Jourquin-Bourgeois

 

"Parmi les véhicules publicitaires français, le superbus Pathé-Marconi reste l'un des plus célèbres et surtout l'un des plus spectaculaires.

Après-guerre, les firmes françaises souhaitent promouvoir leurs marques sur des véhicules publicitaires à leur effigie. Il en est ainsi de Pathé-Marconi, alors première entreprise européenne de l'industrie phonographique avec des labels prestigieux comme Capitol, Columbia, Pathé, Parlophone ou la Voix de Son Maître et leader de la fabrication de matériel radio.

Nommé président de la société française associée d'EMI en 1949, Pierre Bourgeois donne son accord pour la commande d'un véhicule exceptionnel.

 

BOURGEOIS PIERRE PORTRAIT.jpg

Pierre Bourgeois - cliché collection Emmanuel Jourquin-Bourgeois

 

Catalogue 1956.jpg

Pathé-Marconi, catalogue 1956, "Le répertoire le plus prestigieux du monde" - collection Pierre Arrivetz in "Chatou, une page de gloire dans l'industrie" (éditions Association Chatou Notre Ville)

 

Le cahier des charges précise que celui-ci doit disposer de toutes les dernières technologies et comporter une scène destinée aux artistes. Sa réalisation est confiée au carrossier Jean Antem, d'après un dessin du designer automobile Philippe Charbonneaux. Paul Bracq, futur patron du design de BMW ou Peugeot, aujourd'hui connu pour ses ateliers de restauration de Mercedes anciennes, participe à l'étude.

SUPERBUS 2.jpg

Cliché collection Emmanuel Jourquin-Bourgeois

 

Après 2 ans de conception, le superbus est livré à la major française en 1952 et remporte le grand prix d'honneur du concours de "la publicité qui roule" en 1955. Long de 14,30m et large de 2,50m, le camion utilise un tracteur Panhard IE 45 HL accouplé à une remorque Titan. L'attelage comporte une table de mixage avec 125 boutons et manettes et 10 amplificateurs permettant l'émission et l'enregistrement, une salle d'exposition du matériel Pathé-Marconi, et un salon panoramique à l'étage avec bar et banquettes.

L'auvent supérieur s'ouvre et se transforme en scène accueillant un orchestre. A l'arrière du véhicule et caché de l'extérieur, un mini ascenseur permet aux chanteurs d'accéder au toit pour se produire devant le public.

Les Compagnons de la Chanson inaugurent la scène du superbus bleu. Ainsi leur participation au Tour de France leur vaut d’assurer à chaque ville étape à 21h45, un spectacle dont Europe 1 présidé par Louis Merlin, retransmet des extraits dans le cadre d’un Musicorama. Edith Piaf et Dario Moreno se produiront également sur la scène du camion publicitaire. Dès lors et pendant plusieurs années, le Panhard Pathé-Marconi accompagne la caravane du Tour de France, peinant par ses dimensions à circuler dans certains cols.

Conservé pendant 10 ans par Pathé-Marconi, le véhicule est revendu au journal Le Provençal, puis cédé à son tour au cirque Gulliver qui utilise la remorque repeinte en jaune, tirée par un tracteur agricole. Retrouvé à la casse, le camion Panhard d'origine est sauvé in-extremis par la famille Charbonneaux. L'ensemble complet intègre les ateliers de restauration familiaux.

SUPERBUS 3.jpg

Le superbus Pathé-Marconi sauvé par la famille Charbonneaux, joyau de la collection du musée automobile de Reims depuis 1985 - cliché collection Emmanuel Jourquin-Bourgeois.

 

Entièrement rénové et repeint dans sa couleur bleue, le superbus Pathé-Marconi est aujourd'hui l'une des pièces uniques les plus précieuses du musée de l'automobile de Reims inauguré en 1985."

                                                      Emmanuel Bourgeois

29/05/2014

CHATOU, LA VOIX ET L'IMAGE

 

MANDEL MEDAILLON.jpg

Le médaillon de Georges Mandel du sculpteur François Cogné offert par la Société des Amis de Georges Clemenceau et posé à l'initiative de l'association Chatou Notre Ville le 5 juin 2008 sur sa maison natale à Chatou 10 avenue du Général Sarrail.

 

L’œuvre de Georges Mandel, né à Chatou 10 avenue du Chemin de Fer (avenue du Général Sarrail depuis 1931) le 5 juin 1885, finira-t-elle jamais d’alimenter les pages de ce blog ? ministre des P.T.T. de 1934 à 1936, Georges Mandel se distingua en transformant une institution empoussiérée et paralysée en  un service de pointe dont l’aura n'a jamais été retrouvée auprès du public depuis la fin de la guerre mondiale.

MANDEL RADIO MICRO.jpg

L’un des grands évènements dont le ministre fut l’habile promoteur fut sans aucun doute la réalisation  de la première émission de télévision française le 26 avril 1935. Au programme, une présentation de la compagnie de Molière en Italie par Béatrice Bretty. Sociétaire de la Comédie Française de 1914 à 1959, Béatrice Bretty devint la compagne de Georges Mandel, et par cette audition qui dut bien la surprendre, la première speakerine de l’histoire de la télévision.

BRETTY TV.jpg

Derrière la vitre du studio d'enregistrement au ministère des P.T.T. rue de Grenelle, Béatrice Bretty apparaît pour la première émission de télévision le 26 avril 1935 - Le Miroir du Monde 4 mai 1935 - collection de l'auteur

 

HOMMAGE BLUM BRETTY.jpg

Une image plus douloureuse, la commémoration à Fontainebleau de l'assassinat de Georges Mandel en 1947. Léon Blum président du Conseil embrasse sa compagne Béatrice Bretty. Georges Mandel avait été assassiné par la Milice le 7 juillet 1944.

 

Le nom de la comédienne du Français ne fut pas seulement associé au natif de Chatou Georges Mandel. Jusqu’en 1956, Béatrice Bretty fit partie des artistes enregistrées par la firme Pathé-Marconi dont les disques étaient pressés boulevard de la République à Chatou.

Pathé-Marconi édita en effet deux disques pour la Comédie Française avec Béatrice Bretty sous le label Pathé (33 tours DTX 168 à 170 et DTX 201 à 203 à étiquette verte) :  la 795ème représentation  du « Bourgeois Gentilhomme » dont la musique de Lulli fut orchestrée par André Jolivet enregistrée  le soir du dimanche 22 mai 1955. Maurice Escande, Jean Piat, Michel Galabru, Hélène Perdrière étaient alors de la distribution. Puis dans « Ruy Blas » de Victor Hugo, Béatrice Bretty servit la pièce entourée notamment de Pierre Dux, Robert Manuel, Georges Descrières, Gisèle Casadessus et Denise Gence.  

 

MANDEL BRETTY COMEDIE FRANCAISE.jpg

Extrait du catalogue "Dernières nouveautés microsillons classique et variétés, La Voix de Son Maître,  Columbia, Pathé, Capitol, M.G.M. n°3 Pathé-Marconi" (1957) - collection de l'auteur 

CATALOGUE EXTRAIT 1957.jpg

La collection des disques de la Comédie Française valut à Pathé-Marconi de recueillir de régulières récompenses telles que le Grand Prix de l’Académie du Disque Français ou le Prix du Président de la République. A l’heure où la télévision n’était qu’un enfant et le théâtre réservé à un public restreint, les disques de la Comédie Française produits à Chatou pouvaient entrer chez les particuliers et dans les écoles. Les voix qu’ils diffusaient contribuèrent à faire découvrir le théâtre. Seule une industrie puissamment armée pour répondre aux modes musicales du moment pouvait se permettre d’éditer des productions plus marginales à caractère éducatif comme celle de la Comédie Française. La conservation de la voix des sociétaires qui ne franchirent jamais les portes du cinéma y trouva son compte.

 

SUTTON INDUSTRIE FACADE PATHE.jpg

Aspect en 1998 de la façade de l'usine Pathé-Marconi érigée entre 1929 et 1931 rue Emile Pathé, berceau du microsillon en 1951 - le style Art Deco et le symbole d'un siècle d'industrie phonographique n'empêchèrent pas sa destruction en 2004 à la demande de la municipalité.

 

Derrière l’évocation de Georges Mandel et de Pathé-Marconi, le patrimoine de Chatou n'a-t-il pas gagné la postérité du son et des images au XXème siècle ?

 

Bibliographie :

"Chatou, une page de gloire dans l'industrie" (2012), édition Chatou Notre Ville

 

CHATOU INDUSTRIE.jpg

 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

19/04/2014

DE WALT DISNEY A PATHE-MARCONI

 

 ALICE 2.jpg

En 1951, le dessin de l'un des techniciens

des studios Disney sous le regard du fondateur

Cinémonde 14 juillet 1951 - collection Pierre Arrivetz

 

Walt Disney (1901-1966) a ouvert les portes de l’imagination au cinéma d'animation. De la fondation de ses studios dans un modeste garage en 1923 à sa mort, il a réussi à créer pour le monde entier un univers où le rêve, la drôlerie, la tristesse et l’aventure ont emmené les spectateurs dans un décor merveilleux, mêlant la vie de personnages excentriques à celle d’animaux plein de caractère, donnant à l’humanité le ton de l’innocence qui lui manquait.

ALICE 5.jpg

Un aspect du dessin animé "Alice au Pays des Merveilles"

Cinémonde 14 juillet 1951 - collection Pierre Arrivetz

 

Pour en arriver là, Walt Disney  a livré bataille contre des situations où la conservation de son œuvre, de ses collaborateurs, de son entreprise, a été cent fois compromise par l’investissement financier que représentait  la réalisation de ses projets. La reconnaissance unanime du public a été heureusement la réponse aux difficultés.

La sortie des longs métrages du créateur de Mickey Mouse se faisait en décembre, parce que la production Walt Disney incarnait le Noël des enfants.

ALICE 3.jpg

La "multiplane" en 1951, machine servant à animer,

truquer et photographier les dessins animés, au centre, Walt Disney

Cinémonde 14 juillet 1951 - collection Pierre Arrivetz

 

ALICE 8.jpg

 

Ce fut le cas en 1951 d’Alice aux Pays des Merveilles, ayant nécessité le dessin de 500 techniciens de la firme, la simulation grandeur nature des scènes afin de reproduire les expressions des personnages, associant trente comédiens qui seront ainsi la toile de fond d’une œuvre ayant justifié la préparation de 500.000 dessins pour aboutir à une sélection de 108.000.

numérisation0004.jpg

Conférence des scénaristes de Walt Disney

au sujet du film "Alice au Pays des Merveilles" en 1951

Cinémonde 14 juillet 1951 - collection Pierre Arrivetz

 

Le relief des longs-métrages était constitué du génie d’une équipe et ne s’est jamais départi de fonds musicaux portant le charme de l’ensemble. Alice au Pays des Merveilles fut ainsi pourvu de cinq chansons : « Avec le chapelier fou », « Chez la reine de cœur », « Le jardin d’Alice », « Le pays des merveilles », « The unbirthday song ».

La firme Pathé-Marconi dont la production était installée boulevard de la République à Chatou leur donna une traduction française en disques 78 tours *, éditant sous le label La Voix de Son Maître « Avec le chapelier fou » , « Chez la reine de cœur » « Le jardin d’Alice », « Le pays des merveilles », chantés par Marie Claire Marty (SG 338 et 339 étiquette verte), voix française d'Alice dans le film, et  « The unbirthday song » par le chœur des « Melodeons » dans les disques Metro-Goldwyn-Mayer (MGM 4101 étiquette jaune).

 

CATALOGUE PATHE MARCONI 1956.jpg

Catalogue général Pathé-Marconi 1956

collection Pierre Arrivetz

 

Au cœur de la culture musicale, la production Pathé-Marconi, forte de ses nombreuses marques, ne négligea aucun public et c’est à juste titre qu’elle présenta dans les années cinquante son catalogue sous le slogan « Le répertoire le plus prestigieux du monde ». Le président de la firme (1949-1959), Pierre Bourgeois, le directeur artistique (1951-1958) , Pierre Hiegel, et les trois mille employés de Chatou, en furent les artisans mémorables.

SUTTON INDUSTRIE REPORTAGE 8.jpg

Dans les usines Pathé-Marconi dans les années cinquante,

la salle des presses

Livre "Chatou, une page de gloire dans l'industrie"

 

* autres films de Walt Disney dont les voix et les musiques ont été pressées chez Pathé-Marconi à Chatou :

- Peter Pan (1953) - disque 78 tours La Voix de Son Maître (SP 3 à 5 étiquette jaune), avec les voix du doublage français Mathé Altéry, Claude Dupuy, Pierre Hiégel, Chœurs et orchestre direction Jacques Metehen 

- Cendrillon (1950) - disque 78 tours Capitol (845 étiquette violette)  de la chanson "A dream is a wish your heart makes"  et "The old piano roll blues" par The Jubalaires

 

VICTOIRE CINEMA 1948.jpg

Aux "Victoires du Cinéma Français 1948" remises au ministère de l'Industrie, de gauche à droite, les lauréats : Monsieur Bellfort représentant Alfred Hitchcock pour son film "Les Enchaînés", Walt Disney, Jennifer Jones, Jean-Pierre Mauclaire, directeur de Cinémonde, Robert Lacoste et François Mitterrand, respectivement ministres du Commerce et de l'Industrie, et de l'Information, Louis Jouvet, Michèle Morgan, Jean Cocteau pour son film "Les Parents Terribles" , Jean Delannoy pour "Aux Yeux du Souvenir" et l'acteur Louis Jourdan représentant Grégory Peck. Laurence Olivier fut également récompensé et représenté pour son film "Hamlet" -  Cinémonde 4 juillet 1949 - collection Pierre Arrivetz

 

 

 LOCO DU PATRIMOINE.jpg

 

15/04/2014

GEORGES GERSHWIN (1898-1937): UNE PILE DE DISQUES A CHATOU

GERSCHWIN 1.jpg

Collection Pierre Arrivetz - photograph courtesy The Culver Service, New-York

 

Qui n’a jamais entendu un air de Georges Gershwin ? sa « Rhapsody in blue » imprime une mélodie au mouvement, au fracas, passant de l’irruption à la mélancolie, nous projetant immanquablement dans l’univers grouillant de la grande cité américaine de l’entre-deux-guerres. Le compositeur, qui fit ses premières armes en 1924  participa à l’essor de la musique de jazz au lendemain de la Première Guerre Mondiale, présent sous différentes formes : applaudir les orchestrations Nouvelle Orléans, danser avec le charleston, écouter une symphonie de Gershwin, furent le commun du continent nord-américain dans les années vingt. Dans les années trente, une créativité sans faille s’ensuivit de compositeurs hollywoodiens, largement mise en scène par les grands orchestres de jazz et les comédies musicales.     

La musique de Gershwin connut un succès immédiat aux Etats-Unis. En France, la culture musicale américaine était entrée sur les champs de bataille grâce aux orchestres des soldats noirs habités par le rythme. Elle fut intronisée à Chatou boulevard de la République dans les usines de la Compagnie Générale des Machines Parlantes d’Emile Pathé, d’abord par la vente des appareils à disques permettant l’audition de ces nouveaux succès puis par la production et l’édition d’orchestres.

PATHE CATALOGUE 1924.jpg

Collection Pierre Arrivetz

 

En 1924, le catalogue comptait ainsi plusieurs pages de disques de jazz. Georges Gershwin n’y apparaissait encore que comme l’auteur de deux premiers « tubes » : « Do it again » par le Mitchell’s Jazz-Kings (réf 6577 étiquette marron), et « Swanee » par Mistinguett et l’orchestre de Maurice Yvain (réf 6513 étiquette marron). Nous étions encore dans une production de disques à saphir, française, propre à Pathé. Six ans plus tard, la fusion faite avec la Columbia Graphophone Company ouvrit de nouvelles pages dans le catalogue Pathé à Gershwin. Celui-ci avait également produit entre-temps ses chefs d’œuvre dont les enregistrements en Amérique furent reproduits boulevard de la République : « Rhapsody in Blue » par Lud Gluskin et son jazz (réf 5466), par Willard Robison et son orchestre (réf 6182 N), « S’Wonderful » par Sam Lanin and his orchestra (réf X 6223) , « Do-do-do » from “O Kay” chanté par Annette Hanshaw (réf  X 6200 N), « My one and only », “What am I gonna do” par Sam Lanin et son orchestre (X 6227 N). La fusion entraîna également l’importation de l’édition phonographique des grands labels anglais : le catalogue Columbia de 1932édita sous la férule de l’industrie de Chatou Paul Whiteman et son orchestre, premier interprète aux Etats-Unis de la « Rhapsody in Blue » en 1924 ainsi que Roy Bargy au piano pour le “Concerto en fa” de Georges Gerschwin (3 disques étiquette noire 9665-9667). L’originalité ne manquait pas puisque la “Rhapsody in Blue” fut également produite dans une interprétation pour orgue de Quentin Maclean (DFX 70).

 

PAUL WHITEMAN 2.jpg

Paul Whiteman, son orchestre et les girls du film "Chercheuses d'Or" de 1929 - collection Pierre Arrivetz

 

 

La Compagnie Française du Gramophone, filiale de Columbia, détentrice du fameux symbole musical, le chien Nipper, sous le label « La Voix de Son Maître », fit parallèlement fabriquer à la même époque à Chatou, de Georges Gershwin, “Funny face” par Victor Arden, Phil Ohman et leur orchestre, “Lady be good” par “Paul Whiteman” (réf K 2755 et K 2952), “O Kay” par l’orchestre « The Revellers » (réf L 661 étiquette verte ou grenat), la “Rhapsody in Blue” par Paul Whiteman (réf  L 634 étiquette verte ou grenat), “Short story” par  Samuel Dushkin (réf P 794 étiquette noire), “Tip toes” par l’ Orchestre Savoy Havana (réf K 5123, étiquette verte ou grenat), par “The Revellers” (réf L 661 étiquette verte ou grenat), par “Paul Whiteman” (réf K 3328 étiquette verte ou grenat) et enfin “Treasure girl” par Victor Arden, Phil Ohman et leur orchestre (réf K 5672). Cette production était peut-être encore limitée à un auditoire parisien  avide de distractions et n’additionnait que des orchestrations en conséquence.

 

PATHE FACADE.gif

Photo de 1998 de la façade de type Art Deco de l'usine abandonnée de la Société Générale de Disques construite rue Emile Pathé de 1929 à 1931. Pathé-Marconi, créé en 1936 sur la réunion des grandes marques, y concentra sa production de disques pour une distribution mondiale. Cliché Pierre Arrivetz

 

Vinrent les lendemains de la Seconde Guerre Mondiale qui donnèrent la gloire aux soldats américains et la culture du rêve dans un continent exsangue.

La musique de Georges Gershwin était toujours présente dans le catalogue Pathé-Marconi mais un caractère classique et symphonique fut enfin introduit dans la production. En 1950, le créateur Paul Whiteman était maintenu au catalogue pour la « Rhapsody in Blue » version 1924 mais un interprète majeur de Gershwin, présent également comme acteur dans les comédies musicales, fit son apparition : Oscar Levant, pianiste virtuose accompagné par l’orchestre de Philadelphie sous la direction d’Eugène Ormandy, édité en 78 tours sous le label Columbia (GFX 128 et 129) cependant qu’ « Un Américain à Paris » était produit sous la baguette d’André Cluytens, chef de l’orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire sous la même étiquette (GFX 132 et 133).

 

Catalogue 1956.jpg

Collection Pierre Arrivetz

 

 

Dans le catalogue Pathé-Marconi de 1956 où le 78 tours subsistait, Oscar Levant récidiva mais cette fois-ci accompagné de l’orchestre de New-York dirigé par André Kostelanetz (FCX 118). « Porgy and Bess » apparut enregistré par l’orchestre symphonique de musique légère de Georges Melachrino (7 GF 170). Enfin, la Métro-Goldwyn-Mayer, devenue l’une des enseignes de la production de Pathé-Marconi à Chatou, confiait en 1951 à son chef fétiche, David Rose, l’interprétation des musiques du film « Un américain à Paris » (réf MGM 4100).

GERSCHWIN 2.jpg

Collection Pierre Arrivetz

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg