1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2009

L'URBANISATION DE CHATOU 1920-1940

Au sortir de la Première Guerre, Chatou continuait de vendre ses charmes de cité de villégiature. La clientèle avait changé, les moyens et les besoins aussi. Finies les grandes villas de maître de la Belle Epoque en pierre de taille, décor de briques et toiture Mansart. La "démocratisation" de l'habitation individuelle, apparue vers 1880, trouva un nouveau souffle dans le pavillon de banlieue, devenu un luxe aujourd'hui. Les architectes se tournèrent vers des matèriaux plus économiques, la pierre meulière et le béton, tout en cherchant à maintenir un style décoratif en façade illustré par l'emploi de céramiques, pans de bois, balustrades en fer forgé. Parmi les lotissements, le Parc de Chatou fut en enfin créé aprés deux tentatives avortées à la veille des guerres de 1870 et 1914 et une société civile, la société Pharos, constituée en 1925 pour la gestion de ses voies. 

 

CHAMPAGNES 1.jpg
Pavillon 1936 rue des Champagnes par l'architecte Gustave Marandon
CHAMPAGNE 2.jpg
MOROSOLLLI.jpg
Pavillon 1932 rue de la Faisanderie par l'architecte A.Morosolli 
AFFICHE CHATOU.jpg
Rare affiche du lotissement du Parc de Chatou en 1913
Collection Wilbert avec nos remerciements
SITE VILLA avenue Adrien Moisant 20 (1925) 2.gif
Aspect du péristyle florentin de la villa 1920
du 20 avenue Adrien Moisant dans le Parc de Chatou
CLOS 2.jpg
Quelques-uns des pavillons "bon marché" édifiés entre 1928 et 1932 rue Clos du Verger avec les aides publiques prévues par la loi Loucheur de 1928
CLOS 5.jpg
CLOS 1.jpg

27/04/2008

LE PREMIER BARRAGE DE CHATOU

1662842855.2.gif
Une vue du barrage en construction sur la Seine
 le 24 octobre 1931

 

"L'Intransigeant" du 16 juillet 1932 :

"La construction du grand barrage de Chatou, destiné à remplacer le vétuste barrage de Bezons, a été commencée il y a environ cinq ans. Le nouveau barrage vient d'être mis en service par le service de la Navigation mardi dernier.

Il est constitué par trois double vannes Stoney d'une largeur de 30,50 m, d'une hauteur de trois mètres et d'un poids de 100 tonnes chacune.

Les vannes supérieures y sont manoeuvrées par des treuils électriques et les vannes inférieures qui ne sont levées qu'en temps de crûe sont mues  par des vérins hydrauliques d'une force de  300 tonnes.

En cas d'avarie grave, deux "batardeaux" d'un poids total de 280 tonnes peuvent être placés à l'aide d'un pont roulant en aval et en amont et permettent de mettre  le "radier" complètement à sec.

Ce barrage moderne retient l'eau de Suresnes à Bougival.

La hauteur d'eau normale est de 23,22 m en amont et 19,95 m en aval (ces chiffres sont donnés par rapport au niveau de la mer).

En temps de crûe, les vannes étant relevées, la navigation peut utiliser le bras où est construit le barrage ("la Rivière Neuve"). La construction du barrage de Chatou et la suppression du barrage de Bezons constituent  la première partie du plan de protection de Paris contre les inondations."

 

SITE Barrage actuel.jpeg
Vue arrière du barrage prise du chemin de halage en 2005
Son remplacement est prévu