Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2012

CHERCHEUSES D'OR A CHATOU

CHERCHEUSES D'OR 0.jpg

Scène du film "Chercheuses d'Or" (1933) - "Pour Vous" 17 août 1933

 

Au plus fort de la Grande Dépression, l’industrie cinématographique hollywoodienne dut se surpasser pour apporter la distraction dans les  têtes de citadins assombris. A la Warner Bros, ce fut l’œuvre de Jack Warner et de Darryl Zanuck qui donnèrent tous crédits à des comédies musicales d’un genre unique : celles de Busby Berkeley, Mervyn LeRoy et Lloyd Bacon, un feu d’artifice des années trente. Dans leurs films, le scénario et les dialogues ne comptèrent pas. Leur indigence même s’afficha comme une affaire entendue tant les mises en scène grandioses furent une source de fascination.

CHERCHEUSES D'OR 3.jpg

Scène du film "Chercheuses d'Or" (1933) - "Pour Vous" 17 août 1933

 

L’organisation de leurs chorégraphies spectaculaires sans succession connue se basait sur un recrutement infernal. Pour le film « Chercheuses d’Or » réalisé en 1933 - on appelait « Chercheuses d’or » les jeunes filles intéressées par les hommes fortunés - Busby Berkeley auditionna 2000 girls pour n’en retenir "que" 200. Le ballet incessant de ces jeunes femmes venues de toutes les régions d’Amérique engendra des perturbations continuelles sur les plateaux des films « traditionnels », les acteurs voisins ne tenant plus en place. La synchronisation obtenue par des répétitions sans pitié et sans répit signa cependant le courage et l’abnégation au service de la mise en scène, octroyant en contrepartie l’aisance et le succès à des jeunes femmes convaincantes et prometteuses, d’un professionnalisme exemplaire.

CHERCHEUSES D'OR 4.jpg

Des "Girls" de "Chercheuses d'Or" au secours du moral des américains - "Pour Vous" 17 août 1933

 

Cette série de comédies musicales devait également symboliser un fait marquant de l’industrie du disque : tout spectateur sortant de ces spectacles aux décors inimaginables ne manquerait pas de ressasser les chansons et les airs qu’il avait entendus et lorsque l’opportunité se présenterait, d’en acheter le disque.

Ce fut le cas en Angleterre et en France, où la production des comédies musicales américaines fut l’apanage de Columbia, l’un des labels produits aux usines de Chatou à partir de 1931. Columbia ne fit malheureusement pas presser les orchestrations originales des films. Conformément à son origine anglaise, la société en confia l’exécution à un chef londonien. C’est ainsi par exemple que « Chercheuses d’Or » (« Gold Diggers of 1933 ») fut édité dans un enregistrement exécuté sous la baguette d’un artiste célèbre en contrat la firme, Henry Hall et son orchestre de la BBC *.

CHERCHEUSES D'OR CATALOGUE 1.jpg

Catalogue 1936 des disques Columbia produits à l'usine de Chatou : "Cargaison de rêves" - Collection de l'auteur

 

Le disque 78 tours DFX 149 d’étiquette bleu marine fut présenté au catalogue et pressé dans la nouvelle usine de la rue Brunier-Bourbon. Celle-ci avait été édifiée comme on le sait aujourd’hui sur les plans de style Art Déco des architectes Wallis, Gilbert et Partners pour le compte du trust Pathé – La Voix de Son Maître – Columbia. 

Usine Pathé1929 1.gif

Usine de la Société Générale de Disques. Construite en 1929-1930 sur le terrain de la Compagnie des Machines Parlantes d'Emile Pathé, elle fut le centre de production en Europe des disques Pathé, Columbia, La Voix de Son Maître. Cliché ADGP - Jean-Marc Vialle - tous droits réservés (1985).

 

LA CH.jpg

 

"La chanson d'une nuit", tirée du film français du même nom de Pierre Colombier et Anatole Litvak (1932) par le BBC Dance Orchestra sous la direction d'Henry Hall - disque Columbia 78 tours "fabriqué en France". Collection de l'auteur.

 

 

 

Grâce à l’arrivée du cinéma parlant, de nouvelles compositions musicales prenaient place, drainant dans le public l’image de celle ou celui qui chantait, celle d’un décor ou d’un paysage, d’une scène enchantée par une mélodie ou un refrain.

Dans le brouillard d’un monde vacillant, le cinéma versait son tribut à l’industrie phonographique de Chatou.

 

 

 

* l'auteur a entamé le legs d'une collection de disques aux archives de la ville de Chatou comprenant notamment des 78 tours d'Henry Hall et son orchestre de la BBC fabriqués à Chatou

 

 

Pour en savoir plus sur les industries Pathé à Chatou :  

« Chatou, une page de gloire dans l’industrie » (Chatou Notre Ville - 2012)

« Mémoire en Images, Chatou » (Alan Sutton - 2003)

Écrire un commentaire