1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2012

1928 : DERNIERES HEURES DU C.N.C. A CHATOU

Le Cercle Nautique de Chatou (CNC), fondé en 1902, fut une enseigne permanente dans le monde de la voile jusqu’à sa disparition lors de la deuxième guerre mondiale. Son activité offrit au Chatou des « Roaring-Twenties » une animation qui s'est reconstituée aujourd’hui sous une autre forme, et ce, grâce au savoir-faire de l’association Sequana. 

Le Cercle émigra à Meulan en 1929, non sans avoir fait  de Chatou dans les années qui précèdent un lieu de compétition sportive, chose qu’il nous est difficile de concevoir aujourd’hui tant la vitesse du vent est faible sur la Seine.

Des témoignages pittoresques furent recueillis dans plusieurs revues dont la prestigieuse « L’Illustration ». Mais citons ici le compte-rendu instructif d’une régate à Chatou le 6 mai 1928 dans le journal "Le Yacht" :

« Dimanche dernier s’est disputé le Prix de la Société des Régates de Ouistreham. Il nous a été rarement donné de pouvoir contempler un départ de 22 monotypes dans le bassin de Chatou. La ligne de départ, qui n’a pas cent mètres de large, était littéralement couverte de voiliers et il fallut l’habileté déployée par les barreurs du club pour que les départs ne se transforment pas en un terrible cafouillage.

Un courant violent gêna la régate et le vent, à la descente, rendit la course un peu fastidieuse. Les débuts du nouveau bateau de Monsieur Edmond Martin, construction Giquel, furent particulièrement réussis : Extra-Dry II remporta facilement la victoire et nous sommes heureux de féliciter ici et propriétaire et constructeur. Belles courses de Kin-Kin et Trotinette.

Monsieur Kisby, un des plus anciens membres du CNC, présidait la course.

Malheureusement, de nombreux coureurs abandonnèrent après le premier tour, ne se sentant pas le courage d’entamer un second tour contre vents et courant.

Résultats :

1.       Extra-Dry II, à M. Edmond Martin

2.       Etourneau, à M.P.Harlé

3.       Kin-Kin, à M. Hemjic

4.       Trotinette, à M.Trotain

5.       Fox-Trot II, à M. Loys des Fillières

6.       Lézard, à M. Hadengue

7.       White-Cat II, à M.M. Lechat et Martin

8.       Avolo, à M. Messager

9.       Couin-Couin, à M.Lambert

10.     Flemme, à M. Maquerou

11.      Lambda, à M. Robert Martin

 

Ont abandonné : Goëland, barré par M. J.Hadengue, Porc-Epic à M.Thierry, Crapoussin, à M. Rimoux Salen, Pouet-Pouet, à M.Hug, n°46 à M. Lebrun, La Belote, à M. Rémon (décorateur-ébéniste ayant vécu à Chatou, longuement évoqué sur notre blog), n°62 à M. Bachet, Chardon, à M. Humbert, Pépette, à M. Prat, Ber-Pié, à M. Longe-Pié.

Le puissant cruiser auxiliaire Kiwi, de M. Guenot, et le canot automobile du C.N.C., le Spirit-of-Chatou, escortaient les coureurs.

Dimanche prochain se courra la Coupe Lucien Lelong (4ème année), réservée aux Dames. Le premier prix consiste en une robe sortant des ateliers bien connus Lucien Lelong, et le second en un chapeau offert par Monsieur Lebrun. Nul doute que toutes les yachtwomen du C.N.C. ne s’inscrivent dans cette compétition."

 

16/04/2012

1912 : IL Y A CENT ANS, LE NAUFRAGE DU "TITANIC" CEDAIT LA PLACE AU LANCEMENT DU "FRANCE"

 TITANIC 3.gif

Gravure du supplément du Petit Journal -28 avril 1912

 

 TITANIC PRIERE.jpg

La prière sur les lieux du naufrage du "Titanic" à bord du "Mackay-Bennet" affrété la White Star Line. L'expédition permit de repêcher une centaine de nouveaux cadavres. Gravure du supplément du Petit Journal - 5 mai 1912  

 

 

L'année 1912 sonna comme le glas de la Belle Epoque. En dépit des affaires européennes où un semblant de détente paraissait annoncer un avenir sans nuage, le monde n'eut d'yeux que pour la catastrophe maritime qui emporta le 15 avril 1912 le gratin du monde des affaires, ou plutôt des milliers de pauvres gens sous les sentences présomptueuses des promoteurs du plus grand navire de son temps, le "Titanic" de la White Star Line. L'aventure humaine n'apparaissait plus sans danger ni sans limite.  

Cinq jours après le naufrage, la Compagnie Générale Transatlantique, encore sous capitaux entièrement privés,  avait entendu répliquer dans un domaine accaparé par le monde anglo-saxon par une audace :  le lancement du paquebot "France" (illustration ci-dessous).

 

 FRANCE 1912 32.jpg

 

Non un défi par sa taille, modeste pour ses concurrents avec ses 220 mètres en longueur. Mais imposant ses quatre cheminées (de 34 mètres de haut) que l'on ne retrouva sur aucun autre paquebot français, il se situa en première place pour la richesse du décor intèrieur,  alliée aux impérissables ressources de la gastronomie française et à la cordialité du service.

L'identité française n'était plus reléguée, elle était instruite sur les flots et portée par les artistes dont les noms cités aux  salons des Beaux-Arts rencontraient là une évidente célébrité.

Le style dominant, le style "Grand Siècle", valut au navire d'être surnommé le "Versailles des Mers", au gré de la réputation que lui accordait ses 2000 passagers lors de chaque traversée vers l'Amérique. Des décorateurs se surpassèrent pour y installer le confort de la "grandeur française".

 

FRANCE 41.jpg

 

Le style "louisquatorzien" égrenait les plus grandes salles du pont des premières classes.  

Le salon mixte de musique décoré par les ateliers Rémon dont le futur Catovien Georges Rémon était l'un des maîtres d'oeuvre, menait à une enfilade de pièces, salon mauresque, café-fumoir, café-terrasse, dont la réalisation fut confiée à ces mêmes ateliers.

FRANCE 1912 2.jpg

Salon mixte de musique décoré par les ateliers Rémon et fils à bord de "France" 1912

 

Plus vaste encore que le grand salon, ce salon mixte de musique permettait à des passagers assis dans des fauteuils de style Régence placés au milieu de colonnes en marbre rose de deviser sous d'authentiques toiles de maîtres, en l'occurrence des "marines" de Lacroix de Marseille de 1774. L'ensemble était éclairé par une immense verrière.

 

FRANCE 1912 3 SALON MAURESQUE.jpg

 

Quant au salon mauresque créé par Rémon, celui-ci tranchait volontairement avec le style ambiant. Il bénéficia de la présence d'un serveur algérien en habit traditionnel, accentuant l'évasion des passagers. Cet exotisme soudain devait tout à l'existence de l'empire colonial français dont l'Afrique du Nord était le meilleur symbole, lui-même à la source de l'orientalisme qui s'était développé depuis le milieu du XIXème siècle dans la peinture et l'architecture.

L'arrivée de la Grande Guerre deux ans plus tard marqua la transformation du paquebot pour le transport de troupes. La Compagnie Générale Transatlantique paya le prix de la réquisition : 29 de ses navires furent coulés dont deux paquebots, "La Provence" et "Le Carthage", cependant que "France" échappa par le tir de son unique canon à l'attaque d'un sous-marin allemand. 

La mise à la retraite du "France" n'intervint qu'après la mise en chantier du "Normandie" en 1932.

 

FR1NCE 1924.jpg

Une image indissociable de la France. En 1924, à bord du "France" 1912, le président du Club des Cent, Louis Forest, remet au chef Jean Leer une médaille et un "diplôme de bonne cuisine".

Entre les deux avec une moustache, John Dal Piaz, président de la Compagnie Générale Transatlantique de 1920 à 1928, qui lança " l'Ile-de-France " en 1927, fut le promoteur d'une grande hôtellerie en Afrique du Nord et du premier billet "train-paquebot-hôtel-auto" (un monument lui fut dédié à Casablanca en 1931 après sa mort).

"L'Illustration" écrivit au sujet des cuisines : "l'espace est si grand que l'on n'arrive pas à démontrer du premier coup d'oeil  l'armée de la bonne chère qui compte 25 cuisiniers, 8 pâtissiers, 8 boulangers, 6 bouchers. Au dessert, le grand chef, un Breton, Monsieur Jean-Yves-Marie Leer, s'avança, presque timide et un peu ému pour recevoir, des mains de Monsieur Forest, la plaquette d'argent qui consacre trente-cinq ans de loyaux services et de cuisine supèrieure à bord de la Transatlantique."

Le menu avait été le suivant : " Cantaloup frappé au Porto et grappe fruit frappé au Xérès, Filets de sole à la Marocaine, Suprême de volaille à la Transatlantique, Asperges sauce Chantilly, Cailles de France à la Montmorency, Salade mimosa, Fromages, Fraises voilées à l'Algérienne, Mignardises, Corbeilles de fruits ". Le reporter précisa : "les Fraises à l'Algérienne sont un perfectionnement heureux des Fraises Melba : à la glace à la vanille sur laquelle reposent les fruits, on ajoute une couche de crème Chantilly "...

 

 

Sources :

"Arts Décoratifs à bord des Paquebots Français 1880 - 1960" - 1992 - éditions Fonmare par Louis-René Vian

"A la page" - 28 avril 1931

 

 

BULLETIN MARITIME COUV.jpg 
Pour en savoir plus, le bulletin historique de l'association 2010 (62 pages), en vente au prix de 15 euros pour les non-adhérents.Pour tout renseignement : piarri@orange.fr
 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

Locomotive SNCF 241 P compound fabriquée aux usines Schneider du Creusot de 1948 à 1952, emblème de l'association.

 

06/05/2011

GEORGES REMON (1889-1963), DECORATEUR DE GRANDS PAQUEBOTS


7183403d8f9d6dc4cf843c598047ffcc.gif

Georges Rémon, dit « Géo » Rémon, décorateur, s’installa à Chatou avec sa famille dans une villa du  61 avenue Foch (aujourd’hui disparue) dans les années 1932-36 et y mourut en 1963.Il était l’héritier d’une famille d’artistes. Son père, Pierre-Henri Rémon, professeur à l’école des Arts Décoratifs, était le fondateur d’un atelier de décorateurs à Paris qui s’orienta à partir de 1908 vers la décoration des grands paquebots (source : « L’Illustration - numéro spécial Normandie »). Pierre-Henri Rémon fit connaître Chatou à sa famille en l’emmenant en villégiature villa Lambert avant la première guerre. Reprenant l’entreprise familiale dés 1919 après avoir servi dans le régiment de transmission Edouard VII pendant la Grande Guerre, Georges œuvra avec son frère Jérôme sur des commandes prestigieuses. La marque de l’atelier fut ainsi présente sur les paquebots de la Transat, « France » (1912), « Paris » (1921), « Ile de France » (1926), « Normandie » (1935). Il fut également un collaborateur éminent des revues d'art et de jardins, jardins auxquels il consacra un ouvrage "les jardins de l'Antiquité à nos jours" (1943) et fut en autres le décorateur des Grands Magasins du Louvre (actuel Salon des Antiquaires) pour la fête de la Victoire en 1919.

 

"FRANCE" (1912) 

FRANCE 1912.jpg

 France 1912 - Lancé une semaine après le naufrage du Titanic, il fut le seul paquebot français à quatre cheminées.

FRANCE SALON MIXTE.jpg
Le salon mixte des premières classes, par les ateliers Rémon
 
 
Intèrieurs du paquebot France (désarmé en 1934) réalisés par les ateliers Rémon : salon mixte des premières classes (ci-dessus), café-terrasse, fumoir, salon mauresque (illustrations ci-dessous). Le navire fut surnommé "le Versailles des Mers" en raison du style "Grand Siècle" retenu pour sa décoration.
FRANCE CAFE TERRASSE.jpg
Le café-terrasse, par les ateliers Rémon
collection Pierre Arrivetz 

FRANCE FUMOIR.jpg

Le fumoir des premières classes, par les ateliers Rémon.
Collection Pierre Arrivetz 
 
REMON SALON MAURESQUE.jpg
La galerie des Arts sur France 1912 et à gauche le salon mauresque décoré par les ateliers Rémon
numérisation0008.jpg
FRANCE SALON MAURESQUE 10.jpg
Le salon mauresque, décoré par les ateliers Rémon
FRANCE 1912 2.jpg
Le France 1912 et ses quatre cheminées de 34 mètres de hauteur transportaient 2000 passagers
REMON 1.jpg
L'affiche de la conférence de l'association du 8 décembre 1995 avec la proue du paquebot France (1912). La conférence avait été faite par Jean-Paul Herbert, directeur des archives de la Compagnie Générale Maritime et Louis-René Vian, spécialiste des Arts Décoratifs des grands paquebots.
 
 "PARIS" (1921)
NORMANDIE 4.jpg
PARIS 3.jpg
Paquebot "Paris" - collection Pierre Arrivetz
TRANSAT AFFICHE.jpg
Affiche de la "Transat" pour "Paris" dans les années Trente. La Statue de la Liberté apparaît sur un nuage de fumée tricolore. L'affiche est signée Albert Sébille.

 

 

 

Le paquebot "Paris", en partie décoré par les ateliers Rémon. Il disparut dans un incendie suspect au Havre le 18 avril 1939. On soupçonna un attentat manqué visant vraisemblablement "Normandie" accosté derrière lui.

PARIS SAM.jpeg
Ci-dessus et dessous, la salle à manger des premières classes du paquebot "Paris", par les ateliers Rémon. Le modern style d'avant 1914 fut retenu pour ce paquebot lancé par la Transat en 1921.
PARIS SAM.jpg
 
 
 
"ILE DE FRANCE" (1927)
ILE DE FRANCE.jpg
SITE REMON ILE 2.jpg
 
L'Ile-de-France inauguré en 1927 et qui eut une carrière exceptionnelle jusqu'en 1958.
 
La cabine SENLIS (ci-dessous) fut réalisée par les ateliers Rémon. Lors de son inauguration, Georges Rémon était assis à la table de Paul Poiret, lui aussi décorateur du navire et créateur du pavillon du Cercle Nautique de Chatou.
 
SITE REMON ILE.jpg
 
 
"NORMANDIE" (1935)
NORMANDIE 3.jpg
"Normandie", le plus beau paquebot du monde, 
à la conquête du ruban bleu.
SITE REMON CABINE NOR.jpg
Les ateliers Rémon réalisèrent l’appartement du commandant (salon du commandant ci-dessus) et 48 cabines de première classe sur « Normandie ». Pour l'appartement du commandant, ils en confièrent en partie l'exécution aux ateliers Majorelle.
numérisation0006.jpg

On fit appel également à la famille Rémon pour le réaménagement des paquebots pris par l’Angleterre et les Etats-Unis comme dommages de guerre à l’Allemagne en 1919, devenus des unités de la Cunard et de la United States Line sous le nom de "Berengaria" (1910-1938) et "Leviathan"(1913-1938) ainsi que pour la décoration intèrieure de l'"Aquitania" en 1913 (Cunard).

AQUITANIA.jpg
L'"Aquitania" de la Cunard fut pour partie décoré par les ateliers Rémon. Ce paquebot à quatre cheminées fut parmi ceux qui eurent la plus grande longévité de l'histoire maritime. Mis en service en mai 1914, il offrait les splendeurs d'un palace. Il navigua pour l'armée britannique lors des deux guerres mondiales et ne fut désarmé qu'en 1950. Il valut probablement au jeune Georges Rémon d'être affecté pendant la Première Guerre au régiment de transmission Edouard VII.

 

SITE REMON LIVRE.jpg

Un ouvrage de Georges Rémon sur les jardins paru en 1943. Georges Rémon était directeur de l'Ecole des Arts Appliqués de la Ville de Paris et Chevalier de la Légion d'Honneur.

 

 

L'association a réalisé deux conférences salle Jean Françaix sur ce sujet qui a toujours recueilli beaucoup de succés, l'une en 1995 avec Jean-Paul Herbert, directeur des archives de la Compagnie Générale Maritime et Louis-René Vian, spécialiste des grands paquebots français et auteur d'un ouvrage sur la décoration intérieure des navires "Arts Décoratifs à bord des Paquebots Français" (non réédité depuis son décès),  l'autre en 1997 consacrée à Normandie par Louis-René Vian.

 

Rémon villa chatou.jpg
Dans le jardin du 61 avenue Foch, l'épouse de Georges Rémon et ses deux enfants Annette et Philippe. Il ne reste pas d'illustration de la villa qui a été détruite avec d'autres en 1972 pour la construction de l'immeuble en accordéon que nous connaissons. La villa fut le théâtre de réceptions avec des membres de la cour d'Angleterre à la fin des années 30, les ateliers Rémon intervenant également sur des paquebots britanniques. La propriété fut démantelée à la demande la municipalité pour l'extension du groupe scolaire Paul Bert malgré le refus de la famille Rémon : la première expropriation eut lieu par ordonnance du Tribunal Civil de la Seine le 22 mars 1948 pour 2860 m² comprenant 1.710,03 m² de jardin potager, 32 m² de serre et 1.117,97 m² de tennis. Restaient 3525,30 m² qui furent expropriés  vers la fin des années cinquante puis la démolition complète de la villa pour un projet de promotion immobilière.

 

REMON SITE.gif
Georges Rémon (1889-1963) peu avant sa mort avec Jean-François Henry, maire de Chatou (1959-1971). Georges Rémon était un membre actif de l'Office du Tourisme de Chatou. 
 
 
Acte de décès de Georges Rémon
 
"Le 25 février 1963, dix heure trente minutes, est décédé en son domicile 61 avenue Foch Jean Georges Rémon Chevalier de la Légion d'Honneur né à Paris 8ème arrondissement le 23 mars 1889, architecte ingénieur, fils de Jean Pierre Henri Rémon et de Marguerite Riester, époux décédés, époux de Jeanne Marie Thérèse Gaillard. Dressé le 26 février 1963, quatorze heures, sur la déclaration de Maurice Henri Rochet, cinquante trois ans, employé domicilié en notre commune 18 avenue Foch qui lecture faite et invité à lire l'acte a signé avec nous, Jean-François Henry, maire de Chatou, officier de l'état-civil."
 
 

PHREMON.jpg

Ci-dessus, Pierre Henri Rémon, fondateur de l'atelier de décoration Rémon, père de Georges Rémon, mort en 1930. Le bureau Pierre Henri Rémon et fils était situé 16 rue d'Artois à Paris 8ème et ses ateliers 54 rue Bayen et 3 rue Vernier.

 
Des centaines de planches d'aménagement intérieur et de mobilier de style de Georges Rémon à la veille de la guerre de 1914 sont conservées à la Bibliothèque Forney et au Musée des Arts Décoratifs. 
REMON VESTIBULE.jpg
Décoration style Louis XV, par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
REMON SALON.jpg
Salon style Louis XV, par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
SALON REMON L16.jpg
Bibliothèque style Louis XVI, par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
REMON CHAMBRE LOUIS XIII.jpg
Chambre style Louis XIII, par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
CHAMBRE REMON L16.jpg
Chambre style Constituante, par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
CHAMBRE REMON EMPIRE.jpg
 Chambre style Empire, par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
REMON SALON REGENCE.jpg
Salon style Régence, par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
REMON SALLE DO.gif
Salle d'eau par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
REMON LOUIS XIV.jpg
Panneau décoratif style Louis XIV par George Rémon, avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
 
REMON STYLE DIRECTOIRE.jpg
Décoration style Directoire, par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
REMON STYLE L14.jpg
Salle à manger style Louis XIV, par Georges Rémon - avant 1914
collection Pierre Arrivetz
REMON STYLE L15.jpg
Décoration style Louis XVI, par Georges Rémon - avant 1914 - collection Pierre Arrivetz
 

BULLETIN MARITIME COUV.jpg

 

Pour en savoir plus, le bulletin historique de l'association 2010 (62 pages), en vente au prix de 15 euros pour les non-adhérents.

Pour tout renseignement : piarri@orange.fr

 

 

 

 

13/01/2010

LE CERCLE NAUTIQUE DE CHATOU

numérisation0006.jpg
En couverture du "Miroir des Sports" le 20 juin 1933:
 
"Dimanche en Seine à Meulan...le mauvais temps, les grains, les rafales de vent et la houle sur le fleuve n'ont pas empêché les régates à la voile de se dérouler, ni cette jeune sportive du Cercle Nautique de Chatou de s'adonner à son sport favori."
CNC.jpg
Le club-house du Cercle Nautique de Chatou aux Mureaux en 1933, le Cercle ayant acquis une véritable célébrité dans la pèriode d'entre-deux-guerres. Le journaliste commente : "les voiliers de 6 mètres filent par vent arrière gonflant la voile appelée spinnacker. Ne croirait-on pas voir des jonques chinoises dans la houle d'un port d'Extrême-Orient ?"
INTERIEUR PENICHE.jpg
La salle à manger d'une péniche aménagée en maison flottante par un sociétaire du Cercle Nautique de Chatou à Meulan.
 

 

François Coppée (1842-1908) fut le premier à évoquer l’existence d’un club de voile à Chatou : dans son recueil de poésies « Promenades et intérieurs » de 1872, il dédia un poème  « À mes jeunes camarades, aux équipiers du Club nautique de Chatou » :

Jadis, la Seine était verte et pure à Saint-Ouen,
Et, dans cette banlieue aujourd’hui sale et rêche,
J’ai canoté, j’ai même essayé de la pêche.
Le lieu semblait alors champêtre. Que c’est loin !

On dînait là. Le beurre, au cabaret du coin,
Était rance, et le vin fait de bois de campêche.
Mais les charmants retours, sur l’eau, dans la nuit fraîche,
Quand, sur les prés fauchés, flottait l’odeur du foin !

Oh ! quels vieux souvenirs et comme le temps marche !
Pourtant je vois encor le couchant, sous une arche,
Refléter ses rubis dans les flots miroitants.

Amis, embarquez-moi sur vos bateaux à voiles,
Par un beau soir, à l’heure où naissent les étoiles,
Afin que je revive un peu de mes vingt ans.

 

Quelle fut son évolution en cette fin du XIXème siècle ? nous n’en savons rien. En revanche, nous savons que le Cercle Nautique de Chatou fut créé en 1902 et que l'un de ses adhérents, Paul Poiret, lui créa son pavillon. Les fondateurs, les frères Monnot, qui vécurent 15 rue Camille Périer puis 7 avenue d’Eprémesnil, le marquèrent de leur empreinte en créant « les monotypes » de Chatou.

 

1de98e81f7e69d4520c2b85416d6828f.gif
La flottille de Chatou vers 1905 aux abords des garages à bateaux d'Alphonse Fournaise
be14a659231288beae7c40ec10d9ced4.gif

Paul Poiret (1879-1944) en 1931 - Le dessinateur du drapeau du Cercle Nautique de Chatou en 1902 fut non seulement le couturier qui libéra la femme, mais aussi un illustrateur, décorateur, peintre, parfumeur.  Il écrivit ses Mémoires "En habillant l'Epoque" en 1930.

 

Dans l’entre-deux-guerres, les démonstrations du Cercle Nautique de Chatou alimentèrent les actualités du cinéma muet : c’est ainsi que Gaumont filma les régates du club à deux reprises en 1923, l’une à Herblay, l’autre à Chatou et une troisième fois à Rueil en 1925 (Gaumont-Pathé Archives : réf. 2321GJ 00005, 2315GJ 00004, 2519GJ 00005).

En 1929, le C.N.C. émigra à Meulan.

SITE CNC 4.gif
Cercle Nautique de Chatou à Meulan
SITE CNC 3.gif
Inauguration du Cercle Nautique de Chatou à Meulan le 16 juin 1929
SITE CNC 6.gif
 La flotte du Cercle Nautique de Chatou au mouillage à Meulan

 

Le Cercle y conserva et élargit son audience, comme en attesta l’édition du 6 octobre 1934 de l’Illustration dans laquelle le journaliste Gabriel Hanot décrypta l’univers du yachting en plein essor :

« c’est que la plupart des sociétés, il y en a 113 en France, ont adopté un bateau qui leur semblait le mieux répondre aux conditions locales de climat, d’atmosphère, de vent, de météorologie, d’état et de profondeur de l’eau. La flotte de Paris, concentrée à Meulan et battant pavillon du Cercle Nautique de Chatou, dont le président d’honneur, Monsieur Armand Esders, est un véritable mécène du yachting, ou du Cercle de la Voile de Paris, utilise des « stars à bulb », « des chats à quille et des monotypes de Chatou à dérive, bateaux plats appelés irrévérencieusement « punaises » (…)

Des clubs comme le Cercle Nautique de Chatou, qui a gardé le nom de sa résidence d’origine, et le Cercle de la Voile de Paris, comptent  de 500 à 600 membres chacun ; leurs sociétaires respectifs possèdent de 60 à 70 bateaux et il n’est pas rare de voir, par les beaux dimanches, prés d’une centaine de voiles blanches se détachant sur les hautes et vertes frondaisons qui bordent la Seine à Meulan.

La cotisation annuelle est de 300 francs environ ; elle donne droit au mouillage, aux installations et au club house ; mais les yachts, sauf certains bateaux d’entraînement, appartiennent aux membres du club. Que coûte un yacht du type de Chatou ? 7500 francs, barre en main (…)

Il y a des régates féminines qui opposent les équipes du C.N.C à celles du C.V.P. ou de Dives, et nos sportives, à la barre de leur bateau, seront bientôt de première force dans les épreuves internationales.(...)"

SITE CNC1.gif

Aquarelles de J.Simont illustrant en 1934 le ponton du Cercle Nautique de Chatou lors des régates et ses membres en pleine discussion

SITE CNC 2.gif
CNC 1936.jpg
 
 
Nouvelle série de monotypes "Ailes" du Cercle Nautique de Chatou attendant d'être mis à l'eau en 1936. "Depuis quelques années, on construit en France de petits voiliers de course : stars, chats, plongeons, canards, canetons etc... "Le Cercle Nautique de Chatou, dont l'inlassable activité et l'intelligente initiative s'exercent dans toutes les branches du yachting à voile, met à disposition de ses membres d'élégants monotypes dénommés "Ailes" pour 5000 francs, barre en main. A ce prix, on a la joie de croiser des journées entières et de sentir les ailes de l'oiseau frémir à la moindre risée du vent. A condition que l'accord soit parfait, naturellement : prendre la barre d'un voilier, c'est contracter un mariage où le divorce n'est pas de mise ; s'il y a antagonisme entre l'homme et le bateau, celui-ci fait un trou dans l'eau et celui-là se retire dans son auto" R.Lest (L'Illustration - 9 mai 1936).