1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2013

LES AMIS DE LA MAISON FOURNAISE FONT SALLE COMBLE

 AMF 2013.jpg

Madame Davy, présidente-fondatrice des Amis de la Maison Fournaise

L’Assemblée générale des Amis de la Maison Fournaise à laquelle notre association participait samedi 9 février 2013 salle Jean Françaix a montré que plus de trente ans d’existence n’ont en rien altéré l’activisme des dirigeants de l’association qui voient loin et entretiennent un souci de mise en valeur particulièrement flatteur pour Chatou. Sans se douter du résultat mais persuadées que cette année un grand crû s’annonçait, 200 personnes s’étaient donné rendez-vous pour y assister.

Le bilan de l’année passée faisait état de 540 inscriptions pour des sorties, visites, expositions et voyages culturels, manifestations costumées de l’association  Art et Chiffons, et en perspective un livre commémorant l’association pour ses trente ans, visites d’expositions sur l’art,  projets d’importation de tableaux impressionnistes etc…L’équipe formée par Madame Marie-Christine Davy, présidente, Monsieur Marty, trésorier, Monsieur Sarron, organisateur des sorties, Madame Daniélou, présidente de l’association Art et Chiffons, et Madame Malcorpi qui coordonne l'ensemble des activités, a montré une fois encore qu’elle tenait résolument les comptes, son public et les perspectives du souvenir de l’impressionnisme à Chatou.

La gazette des Amis de la Maison Fournaise prend elle aussi un nouvel essor grâce à l'implication de Monsieur Jean-Claude Gélineau et donne de la couleur et du style à un sujet qui n'en manque pas.

 

AMF GAZETTE 2013.jpg

Gazette n°8 des Amis de la Maison Fournaise

 

Le clou de l’assemblée a été la conférence sur les débuts du canotage entre 1800 et 1860 par Monsieur Frédéric Delaive, chercheur associé au CNRS et docteur en histoire contemporaine à l'université Panthéon-Sorbonne, champion de France d'aviron, auteur en 2003 d'une thèse intitulée Canotage et canotiers de la Seine, genèse du premier loisir moderne à Paris et dans ses environs (1800-1860), apportant un nouvel éclairage dans l'histoire du nautisme.

Un exposé rempli d’intelligence et de clarté soutenu par une très belle iconographie a emmené les auditeurs des premières évocations des embarcations en France au XVème siècle, aux circulations économiques et royales sur la Seine sous l’Ancien Régime, aux interdits bravés par des officiers de l’Empire sanctionnés pour avoir navigué à voile à Paris en 1804 sans autorisation jusqu’à ce qu’une date s’impose, la première ordonnance royale prise par Louis-Philippe autorisant la navigation de plaisance sur la Seine en 1840.

AMF 2013 1.jpg

Après avoir surmonté les caricatures persévérantes de Daumier sur ces bourgeois évaporés qui s’évadaient à la voile ou à la rame au gré des bouteilles de vin et d’une bagatelle sans répit, le canotage finit par abandonner son image délétère vers 1850. Cette réputation qui lui colla à la peau tînt selon l’auteur à la fracture que créait ce type de loisirs avec le labeur souvent ingrat exempt de repos dominical dont la plupart des Français étaient titulaires.

Devenu industrie à l’aune des sept constructeurs qui ornaient Paris en 1845, le canotage devint un sport encouragé par des régates patronnées par le prince de Joinville puis par la création d’une Société des Régates soutenue par Napoléon III en 1853. Le canotage et la Seine purent symboliser la représentation de Paris pour le prestigieux journal L’Illustration, qui en fit son en-tête. 

 

AMF L ILLUSTRATION 2013.jpg

En-tête de l'Illustration en 1872 - collection de l'auteur - crédit tous droits réservés www.lillustration.com 

 

Dans les années 1860, Manet et Courbet placèrent en arrière-fond de leurs tableaux des embarcations, représentant encore la fuite des amours jugées scandaleuses. Le rapprochement avec les us et coutumes anglais devait inspirer à la fin du XIXème siècle la construction de quelques clubs-house assez décoratifs interdits aux femmes mais surtout la construction de hangars à bateau et de flottilles aux côtés des guinguettes sur la Seine dont Chatou conserva longtemps un exemple grâce à l’entreprise Fournaise.

Un grand buffet solda cette instruction passionnante qui justifia des applaudissements nourris en direction du conférencier. En quelques heures, Les Amis de la Maison Fournaise ont remporté un succès d’audience et un succès d’estime incontestables.

 

* rappelons que l'une des personnalités ayant vécu à Chatou est Jean Séphériadés, champion de France (1942-1946) puis champion d'Europe d'aviron (1947) - voir nos rubriques "Personnalités, Chatou dans l'industrie maritime"

02/02/2013

LE 9 FEVRIER 2013 A 17H30 CONFERENCE SUR L'HISTOIRE DU CANOTAGE PAR LES AMIS DE LA MAISON FOURNAISE

Conférence Le Canotage0bis.jpg

Conférence Le Canotage1.jpg

le SAMEDI 9 FEVRIER 2013 A 17h30

SALLE JEAN FRANCAIX SOUS LE CINEMA

PLACE MAURICE BERTEAUX 

 

Nous recommandons cette

conférence organisée par

les Amis de la Maison Fournaise

 

LOCO DU PATRIMOINE.jpg

 

 

21/10/2012

A RUEIL, CONFERENCE COMBLE SUR LE TRAMWAY PARIS-SAINT-GERMAIN

 RUEIL HOTEL DE VILLE 1.jpg

L'ancien hôtel de ville de Rueil-Malmaison

 

A Rueil se tenait aujourd'hui dimanche à 15h30 une conférence de Monsieur Marc André Dubout, navigateur de Sequana et historien des chemins de fer, dans l'ancien hôtel de ville, concernant le tramway Paris-Saint-Germain.

Organisée par la Société Historique de Rueil-Malmaison à l'initiative de Monsieur Latou, président, et de Madame Latou, administrateur, également administratrice de la Mémoire de Croissy, cette conférence a retenu l'attention de cent personnes venues en partie de communes voisines.

L'assistance n'a pas démenti le vif intérêt  qui existe depuis toujours en France pour les moyens de locomotion. De son côté, Monsieur Dubout a réalisé un travail très fouillé qu'il a restitué avec aisance, esprit de synthèse et conviction. On ne peut s'empêcher de retenir le formidable élan du progrés technique qui accompagna la seconde moitié du XIXème siècle pour lui permettre d'entrer dans la Belle Epoque.

RUEIL CONF 1.jpg

Monsieur Marc André Dubout, conférencier, et Madame Bernadette Latou, administratrice de la Société Historique de Rueil-Malmaison.

 

Les véhicules les plus divers, les projets les plus variés, les circuits les plus improbables, présidèrent à la réalisation, parfois à l'abandon ou à la superposition de projets de tramways avancés par diverses compagnies privées, projets eux-mêmes encouragés par la Compagnie de l'Ouest, dont le réseau irriguait la banlieue et accueillait les voyageurs du tramway. La vision des cartes postales anciennes du tramway, réunies par l'auteur pour toutes les lignes, a contribué au charme de ce voyage dans le temps.

 

RUEIL TRAMWAY CHATOU.jpg

Une carte postale affranchie le 11 février 1908 et reproduite dans le livre "Mémoire en Images Chatou" (éditions Alan Sutton), évocation de l'ancien Chatou. La locomotive pourrait être une Blanc-Misseron selon les indications de Monsieur Dubout. 

 

Chatou, dont le premier tramway à vapeur entra en service le 1er mars 1904 en direction de Rueil et Le Pecq fut parmi les derniers tronçons installés. Au contraire de Rueil qui bénéficia du premier tramway hippomobile de la banlieue en 1855. Etaient présents des membres de l'association Chatou Notre Ville dont Pierre Arrivetz et Alain Paillet, ce dernier pionnier de l'idée d'un tramway au nord de Chatou traversant la Seine en direction de Paris. RUEIL CONF 2.jpg

Alain Paillet aux côtés d'un panneau réalisé pour la conférence par Monsieur Dubois (ci-dessous), membre de la Société Historique de Rueil-Malmaison. 

RUEIL CONF 4.jpg 

Cette conférence très instructive avait lieu dans un édifice historique de Rueil, l'ancien hôtel de ville inauguré en 1869 sous Napoléon III, dont l'apparence de château des songes tourné vers le ciel vient encore suggérer que la conquête industrielle fut pour la France une source d'aisance et de prestige, un acte de foi pour les générations futures. 

RUEIL HOTEL DE VILLE 2.jpg

 

19/03/2012

LES AMIS DE LA MAISON FOURNAISE CONTINUERONT A INVITER RENOIR

 IMAGES AMF 2.jpg

Samedi 4 février 2012, les Amis de la Maison Fournaise emmenés par leur présidente Madame Marie-Christine Davy ont présenté lors de leur assemblée générale annuelle salle Jean Françaix l'activité qui a marqué une fois encore la vie patrimoniale et artistique dont l'association est aujourd'hui un symbole. On a tendance à croire que tout a été dit et que tout a été fait. C'est faux. Les 30 ans de l'association ont été fêtés le 7 novembre 2011 de manière éclatante, à la mesure de l'investissement personnel déployé par les membres de l'association en faveur de la restauration de la Maison Fournaise (1990) dont la dépense a été supportée en partie par nos amis bienfaiteurs des Etats-Unis. 

A l'initiative de l'association, Madame Mary Morton, Conservateur en chef du Département des Peintures Françaises de la National Gallery of Art de Washington, musée abritant notamment "Les Canotiers à Chatou" (1879), a franchi l'Atlantique pour donner une conférence sur "Renoir et le rococo" le 7 novembre 2011  dans un local prêté gracieusement par ERDF dans l'Ile des Impressionnistes. 

Dans un voyage à Madrid, les Amis de la Maison Fournaise ont pu se rendre à l'exposition du Prado également consacrée à Renoir. Parmi 35 oeuvres de l'artiste, on y retrouvait "le Père Fournaise" (1875) et "Le Pont de Chatou" (1875) prêtés par le Sterling and Francine Clark Art Institute.

Lors des Journées du Patrimoine en septembre 2011, un concours de peinture a été lancé par l'association. Madame Pedoussaut du Vésinet a remporté le premier prix Pierre Rannaud pour ses toiles du Pont de Chatou.

Lors de l'assemblée du 4 février 2012, c'est un film pour l'histoire qui a été diffusé : les travaux de réhabilitation de la Maison Fournaise et de ses fresques sous l'égide de Monsieur Jean-Guy Bertauld pour l'association et les directives de Monsieur Lablaude pour la Conservation des Monuments Historiques. Grand moment d'émotion en voyant cette opération si peu banale dans une ville comme Chatou, en voyant réapparaître les fresques sous le papier peint arraché, dans un chantier où tout ou presque était à refaire. Un chantier digne d'une oeuvre impressionniste : de l'obscure et pourtant si glorieuse Maison Fournaise à l'abandon a surgi un bâtiment embelli, comprenant un Musée et un restaurant qui ont réanimé l'endroit et perpétué le souvenir des artistes venus y chercher l'inspiration providentielle.

Des réunions amicales sont organisées au restaurant Les Rives de La Courtille par l'association pour échanger sur les différents sujets qui occupent son objet social,  entretenir les relations entre adhérents, trouver des adhésions nouvelles et des bonnes volontés. Le trésorier, Monsieur Marty, maintient une gestion flatteuse et l'organisateur des visites en métropole et à l'étranger, Monsieur Sarron, parvient à mobiliser les adhérents pour un tourisme culturel régulier. Enfin, l'association Art et Chiffons conduite par Madame Danielou permet de confectionner des costumes d'époque qui trouvent au sein des Amis de la Maison Fournaise des occasions de mettre en scène l'habit des Canotiers et de leurs cavalières.

La conférence qui a clôturé l'assemblée générale, par Monsieur Augustin de Butler, auteur de nouvelles recherches, a permis d'établir le passage de Renoir à Londres en 1882, dans un contexte où de nouvelles interrogations se font jour. Le récit de lettres de Renoir nous a fait saisir quelques instants de la vie de cet artiste si connu et encore difficile à cerner. La qualité de l'intervenant a conclu la soirée comme précédemment par le caractère prometteur du dynamisme imprimé dans l'histoire de nos bords de Seine par les Amis de la Maison Fournaise. *

 

Association des Amis de la Maison Fournaise, 1 avenue Ernest Bousson, 78400 Chatou, tél 01 30 71 09 14 / 06 85 11 85 59 - amisfournaise@gmail.com

 

* L'association Chatou Notre Ville  était représentée par Pierre Arrivetz, également membre de la commission culturelle, Suzanne Blache, secrétaire-adjointe de l'association et Muriel Amiot, adhérente

 

08/11/2011

LE CENTENAIRE DE LA MORT DE MAURICE BERTEAUX AUX JOURNEES DU PATRIMOINE

AFFICHE3.jpg

JP_2011_4 bis.jpg

 

La conférence des Journées Européennes du Patrimoine a permis de réunir salle Jean Françaix un peu plus de cent personnes autour du Centenaire de Maurice Berteaux, preuve de l’importance d’une publicité massive avant chaque manifestation. Parmi les participants, l’on avait le plaisir d’accueillir Messieurs Alain Hamet et Lucien Ruchet président et trésorier général de l’Amicale des 27 Résistants, FFI et Fusillés de Chatou, Jean-Claude Issenschmitt, président du Souvenir Français Chatou-Montesson, Suzanne et Jean-Guy Bertauld, fondateurs et dirigeants des Amis de la Maison Fournaise, Messieurs Jean-Louis Boulègue et Jean-Pierre Ratel, conseillers municipaux.

JP_2011_2.JPG

Les cent chaises commandées à l'aveugle pour la conférence ont été finalement occupées

 

Monsieur Ghislain Fournier, maire et conseiller général de Chatou, grâce à qui la salle avait pu nous être prêtée, nous a fait également l’honneur de sa présence, alors qu’aucun maire n’avait participé à l’une de nos conférences sur les personnalités de Chatou depuis quatorze ans. Le maire avait tenu à rassurer les Catoviens sur la continuité de l’hommage à Maurice Berteaux malgré les travaux de rénovation de la place. Il avait à cette fin adressé il y a plusieurs jours à l’association une maquette du projet du futur monument qui sera réalisé aux abords de l’avenue d’Aligre en 2012, projet qui bien entendu a été diffusé à la fin de la conférence et pour lequel nous exprimons notre plus vive satisfaction.

 

La manifestation a permis la projection de plus de 70 illustrations et de faire apparaître un approfondissement des recherches sur Maurice Berteaux, de nouveaux pans de son action ayant été mis à jour notamment grâce aux recherches aux Archives de l’Assemblée Nationale, dans la revue des Annales Politiques et Littéraires et dans la Revue du Génie Militaire, tout en tentant de la rapporter à certaines données du contexte général de l’époque souvent méconnues.

 

 

JP_2011_1 bis.gif

  

Le souvenir de Maurice Berteaux, homme politique de premier plan aux portes de la présidence du Conseil en 1911, a souffert de l’arrivée de la Première Guerre Mondiale, dont le brasier a jeté les cendres de l’oubli sur nombre d’aspects de la Belle Epoque.

 

 

Journee_du_Prince.jpg

En couverture du journal "Le Matin", Maurice Berteaux ministre de la Guerre accueillant en 1905 le prince Ferdinand de Bulgarie, petit-fils de Louis-Philippe, lors d'une visite à Paris. La Bulgarie était encore sous la coupe de l'Empire Ottoman. 

 

 

Nos remerciements vont à Suzanne Blache, aux familles Nordin, Muller et Arrivetz, Philippe Storm, Catherine Bastien qui ont contribué à la réussite de cette conférence ainsi qu'à François Nicol, notre trésorier, qui s'est chargé d'être le maître des cérémonies. Nous avons eu le plaisir de rencontrer l'une de nos fondatrices, Martine Poyer, qui bien que vivant actuellement au Mesnil-le-Roi, avait tenu à faire le déplacement. 

 

JP_2011_5 bis.gif

Un buffet offert par l'association attendait les participants  

 

L'édition en fin d'année d'une revue sur Maurice Berteaux par l'association, la réalisation du nouveau monument sur la place qui porte son nom par la municipalité, le projet de faire entrer Maurice Berteaux au Musée de l’Air sur la suggestion de l’un de nos adhérents de l’avenue Paul Doumer, ont donné à nos associations de défense de la mémoire des personnalités de Chatou et de ses combattants une nouvelle raison de se réunir et de permettre une commémoration digne de l’homme qui donna tant à Chatou et au pays.

 

Statue_Maurice_Berteaux_Chatou.jpg

Le nouveau monument dédié à Maurice Berteaux projeté par la municipalité après concertation en commission culturelle. La plaque en bronze de l'ancien monument associant le sacrifice des Poilus à l'oeuvre de l'ancien ministre de la Guerre sera remise.

 

 

CONF ISSY.jpg

 

Une image de la conférence donnée le 12 mai 2011 au Musée Français de la Carte à Jouer et Galerie d'Histoire de la Ville à Issy-les-Moulineaux pour le centenaire de la mort de Maurice Berteaux par Pierre Arrivetz pour l'association.
 
 
EN PREPARATION POUR LA FIN DE L'ANNEE :
UN LIVRE SUR MAURICE BERTEAUX

 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 
 
Locomotive SNCF 241 P compound fabriquée aux usines Schneider du Creusot de 1948 à 1952, emblème de l'association.
 
 

 

 

L'association a interdit tout financement public dans ses statuts. Seuls vos dons et vos cotisations peuvent lui permettre de remplir sa mission. N'hésitez pas à lui adresser votre soutien.

 

 

 

 

 

13/11/2010

SAMEDI 18 SEPTEMBRE 2010, LES PERSONNALITES DU XXEME SIECLE ONT ETE MISES SOUS LES FEUX DE LA RAMPE

AFFICHE1small_B[1].jpg

Affiche de la conférence - réalisation Patrick Arrivetz

 

 

CONF GDS HOMMES 2.jpg

 

Ils sont nos héros des Journées du Patrimoine 2010 : de droite à gauche, nos trois conférenciers José Sourillan, ancien directeur du service documentation de RTL, Anne Galloyer, conservatrice du musée Fournaise, Georges Poisson, conservateur général du patrimoine, ont fait face à une salle de plus de 200 personnes qui semblait déborder à la découverte d'une histoire du XXème siècle, racontée, chantée, filmée.

La conférence a duré 2h15, quantité d'informations, d'anecdotes, d'archives sonores et filmées ont été diffusées, élargissant notamment le spectre du patrimoine artistique de Chatou dans la première moitié du XXème siècle.Etaient présents dans la salle pour soutenir cette initiative, Franklin Picard, président-fondateur de l'Institut des Archives Sonores (réalisateur notamment d'un disque d'archives exceptionnelles sur le Titanic avec José Sourillan), Gérard Roig, président-fondateur de la revue Phonoscopies sur l'histoire du disque, Marie-Christine Davy, présidente des Amis de la Maison Fournaise, Alain Hamet, président de l'association des 27 Martyrs et Fusillés de Chatou (à l'extrême-gauche sur notre photo), Jean-Claude Issenschmitt, président de la section locale du Souvenir Français, Jean-Pierre Ratel, conseiller municipal.

Etaient évoqués pour Chatou les comédiens Jean Marais, Pierre Trabaud, Lucien Dalsace, Falconetti, le ministre Georges Mandel, le pionnier du cinéma et collaborateur de Charles Pathé Ferdinand Zecca, le compositeur Jean Françaix (auteur notamment des musiques de films de Sacha Guitry),  les peintres André Derain et Maurice de Vlaminck, la voix peu connue de ce dernier étant diffusée ainsi qu'Auguste Renoir qui revint à Chatou peu avant sa mort et dont Sacha Guitry avait eu l'intelligence de garder un film en 1915.  Nous remercions José Sourillan, Georges Poisson, Anne Galloyer pour leur magnifique prestation mariant l’humour, la découverte et l’émotion. Ils ont apporté réjouissance et récompense de tous les efforts consentis pour l’occasion. Cette conférence, qui s’inscrivait dans la mise en valeur du XXème siècle poursuivie par l’association depuis son combat pour la sauvegarde de l’usine Art Déco Pathé-Marconi de 1998 à 2004, a permis notamment de représenter Chatou dans l’histoire du cinéma.

 

 

CONF 1 2010.jpg

José Sourillan, ancien directeur du service documentation de RTL

Georges Poisson

 Georges Poisson, conservateur général du patrimoine

CONF 1.jpg

 Anne Galloyer, conservateur du Musée Fournaise

 

L'annonce de la soirée était l’enfance de Jean Marais à Chatou 101 avenue de Saint-Germain de 1923 à 1931, indiquée de manière floue dans son livre et confirmée avec précision dans le recensement de population de 1926. L'acteur aux 85 films rejoint donc au premier rang les célébrités de Chatou.

 

JEAN MARAIS.jpg

 

JEAN MARAIS 2.jpg

Jean Marais jeune - "Histoires de ma vie" - 1975

 

******************** A LIRE ************************

 

Pour tuer la morosité sans ordonnance

LIVRE G.POISSON.jpg

le dernier livre de Georges Poisson,

à lire sous tous les prétextes

*****

La Maison Fournaise comme vous ne l'avez jamais lue

LIVRE MAISON FOURNAISE.jpg

Le livre d'Anne Galloyer, une source documentaire irremplaçable

 

Contact : piarri@orange.fr

 

L'association a interdit tout financement public dans ses statuts. Seuls vos dons et vos cotisations peuvent lui permettre de remplir sa mission.

  

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

Locomotive SNCF 241 P compound fabriquée aux usines Schneider du Creusot de 1948 à 1952, emblème de l'association

 

 

 

25/09/2008

DIMANCHE 21 SEPTEMBRE 2008 : CONFERENCE HOMMAGE A PIERRE TRABAUD

TRABAUD affiche.jpg

 

TRABAUD communication3.jpg

A l'extrême-droite sur la photo, Pierre Trabaud recevant une récompense au festival du film de Berlin en 1955, un "Ours d'Or". Il n'est pas nécessaire d'énumérer les artistes qui l'entourent - Cliché collection Nicole Trabaud, tous droits réservés

 

TRABAUD FILM.jpg

Pierre Trabaud et Bernard Blier dans "Sans laisser d'adresse" (1950) de Jean-Paul Le Chanois, une comédie dramatique qui fait revivre le Paris des années cinquante dans une ambiance de solidarité humaine. Danièle Delorme y épouse le rôle-titre. Le film obtint "l'Ours d'Or" à  Berlin en 1951.

 

 

Le dimanche 21 septembre 2008 salle Jean Françaix, les Catoviens ont découvert pour les Journées du Patrimoine l'acteur Pierre Trabaud né à Chatou le 7 avril 1922 rue du Val Fleuri à travers une conférence de José Sourillan, ancien directeur des archives de RTL, auteur de documentaires pour la télévision et de Philippe d'Hugues, journaliste, historien du cinéma auteur de l'ouvrage "Le cinéma français sous l'Occupation". Assistèrent à la conférence pour lui rendre un hommage émouvant un plateau exceptionnel d'artistes emmenés par Nicole Trabaud : Françoise Arnoul ("French Cancan" avec Jean Gabin), Paule Emmanuel (doublure des films de Walt Disney), Philippe Mareuil (acteur de films policiers), Roger Carel et Popeck.

 

TRABAUD CONF 1.jpg 

 

TRABAUD CONF 22 GOOD.jpg

 L'hommage de Popeck

TRABAUD CONF 14.jpg
Roger Carel conte l'histoire de son chien "Astérix" qui fut également celui de  Pierre Trabaud
TRABAUD CONF 24.jpg
Philippe Mareuil s'adresse à la salle (ci-dessous, le portrait de l'acteur qui tourna une cinquantaine de films des années 50 à 70).
mareuil_philippe.jpg
TRABAUD Paule emmanuel.jpg
A gauche, Paule Emmanuel, qui doubla notamment les voix de Moneypenny dans les James Bond de 1962 à 1985 et des films de Walt Disney ("La Belle et le Clochard", "Alice au Pays des Merveilles", "La Belle au Bois Dormant"). Pierre Trabaud était la voix de Daffy Duck, Joe Dalton, Astérix et Popeye.

TRABAUD CONF 27.jpg

José Sourillan, ancien directeur des archives de RTL, orfèvre de cette conférence, et Nicole Trabaud, dont la documentation et les relations ont permis à Chatou d'honorer la mémoire du comédien.

 

TRABAUD CONF 4.jpg

José Sourillan à la table du conférencier, on aperçoit au premier plan à droite l'ordinateur portable de Patrick Muller, jeune Catovien de très grand talent qui a mené par dizaines d'heures toute l'opération de mise en forme de la projection sur un programme informatique et qui était là pour assurer la projection en symbiose avec les conférenciers (ci-dessous).

 

TRABAUD CONF 6.jpg
TRABAUD CONF 8.jpg
Philippe d'Hugues, journaliste, critique et historien du cinéma (auteur du livre "Le cinéma français sous l'Occupation"), évoque le film réalisé par Pierre Trabaud, "le voleur de feuilles", dans lequel il retrouve une inspiration proche de Chaplin et de Tati

 

TRABAUD CONF 16.jpg
TRABAUD CONF 13.jpg
Françoise Arnoul, actrice mythique du cinéma français des années 50-60 ("French Cancan" avec Jean Gabin...) dont le charme et la voix sont restés intacts.
TRABAUD CONF 25 le témoignage de comédiens.jpg
Les comédiens qui eurent Pierre Trabaud pour professeur vinrent témoigner de sa gentillesse et de sa droiture
TRABAUD CONF 2.jpg
Parmi une assistance attentive et passionnée, on reconnaît au second rang Claude Ghezi, président du Club de la Boucle qui, comme Jean-Claude Issenschmitt, président du Souvenir Français Chatou-Montesson, s'était déplacé. L'association remercie Monsieur Fournier, Maire de Chatou, grâce à qui la salle fut prêtée à l'association pour la conférence.  
TRABAUD CONF 10.jpg
TRABAUD CONF 7.jpg
De superbes affiches décoraient le mur de la mezzanine où fut disposé un excellent buffet de la maison Prager 96 route de Maisons à Chatou
TRABAUD CONF 31.jpg

 Ci-dessous, Pierre Trabaud au théâtre dans "Madame Sans-Gêne" dans le rôle de Napoléon (1971)

TRABAUD communication2jpeg.jpg 

 

L'association a interdit tout financement public dans ses statuts. Seuls vos dons et vos cotisations peuvent lui permettre de remplir sa mission.

  

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

 

Locomotive SNCF 241 P compound fabriquée aux usines Schneider du Creusot de 1948 à 1952, emblème de l'association