1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2010

SAMEDI 18 SEPTEMBRE 2010, LES PERSONNALITES DU XXEME SIECLE ONT ETE MISES SOUS LES FEUX DE LA RAMPE

AFFICHE1small_B[1].jpg

Affiche de la conférence - réalisation Patrick Arrivetz

 

 

CONF GDS HOMMES 2.jpg

 

Ils sont nos héros des Journées du Patrimoine 2010 : de droite à gauche, nos trois conférenciers José Sourillan, ancien directeur du service documentation de RTL, Anne Galloyer, conservatrice du musée Fournaise, Georges Poisson, conservateur général du patrimoine, ont fait face à une salle de plus de 200 personnes qui semblait déborder à la découverte d'une histoire du XXème siècle, racontée, chantée, filmée.

La conférence a duré 2h15, quantité d'informations, d'anecdotes, d'archives sonores et filmées ont été diffusées, élargissant notamment le spectre du patrimoine artistique de Chatou dans la première moitié du XXème siècle.Etaient présents dans la salle pour soutenir cette initiative, Franklin Picard, président-fondateur de l'Institut des Archives Sonores (réalisateur notamment d'un disque d'archives exceptionnelles sur le Titanic avec José Sourillan), Gérard Roig, président-fondateur de la revue Phonoscopies sur l'histoire du disque, Marie-Christine Davy, présidente des Amis de la Maison Fournaise, Alain Hamet, président de l'association des 27 Martyrs et Fusillés de Chatou (à l'extrême-gauche sur notre photo), Jean-Claude Issenschmitt, président de la section locale du Souvenir Français, Jean-Pierre Ratel, conseiller municipal.

Etaient évoqués pour Chatou les comédiens Jean Marais, Pierre Trabaud, Lucien Dalsace, Falconetti, le ministre Georges Mandel, le pionnier du cinéma et collaborateur de Charles Pathé Ferdinand Zecca, le compositeur Jean Françaix (auteur notamment des musiques de films de Sacha Guitry),  les peintres André Derain et Maurice de Vlaminck, la voix peu connue de ce dernier étant diffusée ainsi qu'Auguste Renoir qui revint à Chatou peu avant sa mort et dont Sacha Guitry avait eu l'intelligence de garder un film en 1915.  Nous remercions José Sourillan, Georges Poisson, Anne Galloyer pour leur magnifique prestation mariant l’humour, la découverte et l’émotion. Ils ont apporté réjouissance et récompense de tous les efforts consentis pour l’occasion. Cette conférence, qui s’inscrivait dans la mise en valeur du XXème siècle poursuivie par l’association depuis son combat pour la sauvegarde de l’usine Art Déco Pathé-Marconi de 1998 à 2004, a permis notamment de représenter Chatou dans l’histoire du cinéma.

 

 

CONF 1 2010.jpg

José Sourillan, ancien directeur du service documentation de RTL

Georges Poisson

 Georges Poisson, conservateur général du patrimoine

CONF 1.jpg

 Anne Galloyer, conservateur du Musée Fournaise

 

L'annonce de la soirée était l’enfance de Jean Marais à Chatou 101 avenue de Saint-Germain de 1923 à 1931, indiquée de manière floue dans son livre et confirmée avec précision dans le recensement de population de 1926. L'acteur aux 85 films rejoint donc au premier rang les célébrités de Chatou.

 

JEAN MARAIS.jpg

 

JEAN MARAIS 2.jpg

Jean Marais jeune - "Histoires de ma vie" - 1975

 

******************** A LIRE ************************

 

Pour tuer la morosité sans ordonnance

LIVRE G.POISSON.jpg

le dernier livre de Georges Poisson,

à lire sous tous les prétextes

*****

La Maison Fournaise comme vous ne l'avez jamais lue

LIVRE MAISON FOURNAISE.jpg

Le livre d'Anne Galloyer, une source documentaire irremplaçable

 

Contact : piarri@orange.fr

 

L'association a interdit tout financement public dans ses statuts. Seuls vos dons et vos cotisations peuvent lui permettre de remplir sa mission.

  

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

Locomotive SNCF 241 P compound fabriquée aux usines Schneider du Creusot de 1948 à 1952, emblème de l'association

 

 

 

25/09/2008

DIMANCHE 21 SEPTEMBRE 2008 : CONFERENCE HOMMAGE A PIERRE TRABAUD

TRABAUD affiche.jpg

 

TRABAUD communication3.jpg

A l'extrême-droite sur la photo, Pierre Trabaud recevant une récompense au festival du film de Berlin en 1955, un "Ours d'Or". Il n'est pas nécessaire d'énumérer les artistes qui l'entourent - Cliché collection Nicole Trabaud, tous droits réservés

 

TRABAUD FILM.jpg

Pierre Trabaud et Bernard Blier dans "Sans laisser d'adresse" (1950) de Jean-Paul Le Chanois, une comédie dramatique qui fait revivre le Paris des années cinquante dans une ambiance de solidarité humaine. Danièle Delorme y épouse le rôle-titre. Le film obtint "l'Ours d'Or" à  Berlin en 1951.

 

 

Le dimanche 21 septembre 2008 salle Jean Françaix, les Catoviens ont découvert pour les Journées du Patrimoine l'acteur Pierre Trabaud né à Chatou le 7 avril 1922 rue du Val Fleuri à travers une conférence de José Sourillan, ancien directeur des archives de RTL, auteur de documentaires pour la télévision et de Philippe d'Hugues, journaliste, historien du cinéma auteur de l'ouvrage "Le cinéma français sous l'Occupation". Assistèrent à la conférence pour lui rendre un hommage émouvant un plateau exceptionnel d'artistes emmenés par Nicole Trabaud : Françoise Arnoul ("French Cancan" avec Jean Gabin), Paule Emmanuel (doublure des films de Walt Disney), Philippe Mareuil (acteur de films policiers), Roger Carel et Popeck.

 

TRABAUD CONF 1.jpg 

 

TRABAUD CONF 22 GOOD.jpg

 L'hommage de Popeck

TRABAUD CONF 14.jpg
Roger Carel conte l'histoire de son chien "Astérix" qui fut également celui de  Pierre Trabaud
TRABAUD CONF 24.jpg
Philippe Mareuil s'adresse à la salle (ci-dessous, le portrait de l'acteur qui tourna une cinquantaine de films des années 50 à 70).
mareuil_philippe.jpg
TRABAUD Paule emmanuel.jpg
A gauche, Paule Emmanuel, qui doubla notamment les voix de Moneypenny dans les James Bond de 1962 à 1985 et des films de Walt Disney ("La Belle et le Clochard", "Alice au Pays des Merveilles", "La Belle au Bois Dormant"). Pierre Trabaud était la voix de Daffy Duck, Joe Dalton, Astérix et Popeye.

TRABAUD CONF 27.jpg

José Sourillan, ancien directeur des archives de RTL, orfèvre de cette conférence, et Nicole Trabaud, dont la documentation et les relations ont permis à Chatou d'honorer la mémoire du comédien.

 

TRABAUD CONF 4.jpg

José Sourillan à la table du conférencier, on aperçoit au premier plan à droite l'ordinateur portable de Patrick Muller, jeune Catovien de très grand talent qui a mené par dizaines d'heures toute l'opération de mise en forme de la projection sur un programme informatique et qui était là pour assurer la projection en symbiose avec les conférenciers (ci-dessous).

 

TRABAUD CONF 6.jpg
TRABAUD CONF 8.jpg
Philippe d'Hugues, journaliste, critique et historien du cinéma (auteur du livre "Le cinéma français sous l'Occupation"), évoque le film réalisé par Pierre Trabaud, "le voleur de feuilles", dans lequel il retrouve une inspiration proche de Chaplin et de Tati

 

TRABAUD CONF 16.jpg
TRABAUD CONF 13.jpg
Françoise Arnoul, actrice mythique du cinéma français des années 50-60 ("French Cancan" avec Jean Gabin...) dont le charme et la voix sont restés intacts.
TRABAUD CONF 25 le témoignage de comédiens.jpg
Les comédiens qui eurent Pierre Trabaud pour professeur vinrent témoigner de sa gentillesse et de sa droiture
TRABAUD CONF 2.jpg
Parmi une assistance attentive et passionnée, on reconnaît au second rang Claude Ghezi, président du Club de la Boucle qui, comme Jean-Claude Issenschmitt, président du Souvenir Français Chatou-Montesson, s'était déplacé. L'association remercie Monsieur Fournier, Maire de Chatou, grâce à qui la salle fut prêtée à l'association pour la conférence.  
TRABAUD CONF 10.jpg
TRABAUD CONF 7.jpg
De superbes affiches décoraient le mur de la mezzanine où fut disposé un excellent buffet de la maison Prager 96 route de Maisons à Chatou
TRABAUD CONF 31.jpg

 Ci-dessous, Pierre Trabaud au théâtre dans "Madame Sans-Gêne" dans le rôle de Napoléon (1971)

TRABAUD communication2jpeg.jpg 

 

L'association a interdit tout financement public dans ses statuts. Seuls vos dons et vos cotisations peuvent lui permettre de remplir sa mission.

  

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

 

Locomotive SNCF 241 P compound fabriquée aux usines Schneider du Creusot de 1948 à 1952, emblème de l'association