1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2013

PARTICIPATION DE CHATOU NOTRE VILLE A L'ASSEMBLEE GENERALE 2013 DE L'AMICALE DES ANCIENS RESISTANTS ET F.F.I. ET FAMILLES DE FUSILLES DE LA RESISTANCE DE LA 6EME REGION ILE-de-FRANCE A CHATOU.

AGO 27 MARTYRS 2013 CARTE.jpg
Une très belle carte dont l'association a l'honneur d'être titulaire au titre de son soutien à la conservation du souvenir des évènements tragiques de Chatou 

 

Le dimanche 27 janvier 2013, à la salle des Champs-Roger à Chatou, Chatou Notre Ville, représentée par son Président, Pierre Arrivetz, a participé à l'Assemblée Générale de l'Amicale des Anciens Résistants et F.F.I.et Familles de Fusillés de la Résistance de la 6ème Région Ile-de-France de Chatou, dont Chatou Notre Ville est membre adhérent et Pierre Arrivetz, porte-drapeau suppléant et également adhérent à titre personnel. *
 
Les rapports moral et financier de 2012 ont été adoptés à l'unanimité.
AGO 27 MARTYRS 2013 2.jpg
 
Le Bureau sortant a été réélu à l'unanimité, avec, à sa tête, les Président d'Honneur, Monsieur René Prévost (ci-dessus au centre) et, Président, Monsieur Alain Hamet (ci-dessus à droite).
 
L'Amicale a pris la résolution, pour 2013, de continuer à participer aux diverses manifestations patriotiques de Chatou et des alentours, et en particulier de commémorer le souvenir des 27 Martyrs massacrés et fusillés le 25 août 1944 à Chatou. *
 

AGO 27 MARTYRS 2013 1.jpg

Messieurs Alain Gournac, Sénateur-Maire du Pecq-sur-Seine, Jean-François Bel, Vice-Président du Conseil Général des Yvelines et Maire de Montesson et Christian Faur, Maire Adjoint de Chatou délégué aux Anciens Combattants, représentant Monsieur Ghislain Fournier, Vice Président du Conseil Général des Yvelines et Maire de Chatou, étaient présents.    

Monsieur Gournac, comme chaque année et quelque soit l'actualité, était venu apporter son soutien, conforme, comme il l'a rappelé, à un engagement très jeune dans l'idée de la Résistance et du soutien au Général de Gaulle, engagement qu'il a poursuivi à travers une carrière politique importante dont l'une des traductions est sa présence depuis plusieurs années à la Commission des Affaires Etrangères, de la Défense et des Forces Armées du Sénat.  
 
L'Assemblée a été cloturée par le traditionnel pot de l'amitié.
 
Un déjeuner auquel chacun était libre de souscrire était organisé au restaurant "Le Royal" rue des Cormiers pour donner rendez-vous aux adhérents et sympathisants. Y participaient notamment Messieurs Arnaud Muller, vice-président de l'association et informaticien et José Sourillan, ancien directeur du service documentation de RTL, tous deux auteurs du coffret "Les Voix de la Guerre 1939-1945" produit et édité par l'association et dans lequel est traitée par la voix de Monsieur Hamet l'affaire des 27 Martyrs. On notait la présence de Monsieur André Le Lan, ancien combattant de l'Indochine, Catovien et vice-président du Comité de la Boucle de Seine de La Légion d'Honneur (ci-dessous à gauche), enregistré par l'association pour son futur coffret "Les Voix de l'Après-Guerre 1946-1957".
 

AGO 27 MARTYRS 2013 8.jpg

AGO 27 MARTYRS 2013 3.jpg

Monsieur Lucien Ruchet, trésorier de l'Amicale, apportait sa bonne humeur aux côtés de la maîtresse des lieux, confirmée dans l'excellence de ses menus.

AGO 27 MARTYRS 2013 5.jpg

 

Une visite informelle après le déjeuner au cimetière des Landes de Pierre Arrivetz et Lucien Ruchet, descendant de l'un des martyrs, Monsieur Jean Mauchaussat, a permis de constater que les noms des 27 Martyrs étaient devenus à peu près illisibles sur leurs tombes. L'Association s'engage à écrire à la Ville pour lui demander d'intervenir.

 

* Amicale des Anciens Resistants et FFI - 4 Route de Montesson 78420 Carrières-sur-Seine, contact : Monsieur Alain Hamet, alainhamet@orange.fr.

* l'affaire des 27 Martyrs de Chatou fait partie des deux grands massacres allemands en Ile-de-France de l'année 1944 avec celui de Tournan-en-Brie en Seine-et-Marne (cf liste des massacres allemands en Ile-de-France - wikipedia)

 

 

21/10/2012

CEREMONIE DU 25 AOUT 2012 DE L'ASSASSINAT DES 27 RESISTANTS DE CHATOU

Le 25 août 2012 avait lieu la cérémonie commémorative du massacre des 27 résistants de Chatou. La période des vacances a réduit considérablement la participation non seulement des élus mais des Catoviens, et ce d’autant plus que l'annonce de la date n’est plus publiée. Une journée au-delà des vacances scolaires en septembre a en effet été arrêtée par la municipalité pour commémorer la Libération et les évènements qui y sont liés.

La date du 25 août est cependant la date anniversaire de la boucherie perpétrée en 1944 par un détachement S.S. rappelé sur dénonciations locales contre 27 résistants réunis au château de la Pièce d’Eau.

Conscients que ce drame ne doit pas finir dans l’oubli, qu’il demeure le plus important massacre commis en Ile-de-France au moment même où Paris était libéré, les membres de l’Amicale des Fusillés, Résistants et FFI conduits par Monsieur  Alain Hamet, son président,  ont jusqu’à présent obtenu le maintien d’une cérémonie à Chatou et sous l’Arc de Triomphe.

FUSILLES 25 AOUT 2012.jpg

Pierre Arrivetz, porte-drapeau suppléant de l'Amicale des 27 Martyrs, membre de l'U.N.C. et du Souvenir Français à titre historique pour l'association Chatou Notre Ville, guidé par Jean-Pierre Ratel, ancien combattant et élu local fidèle aux manifestations de Chatou, à sa gauche. Les clichés ont été pris par Madame Ratel. 

FUSILLES 2012 2 BIS.jpg

Un groupe d’une vingtaine de participants formé autour d’Alain Hamet, descendant du commandant Torset assassiné, et emmenant quelques élus municipaux, Messieurs  Jean-Pierre Ratel, Jean-Louis Boulègue, Patrice Lechevalier et Pierre Arrivetz, a donc pris position sous les couleurs du drapeau français pour la sonnerie aux morts. Moment toujours émouvant, il fut servi par une chaleur suffisamment pesante pour que le manque d’eau se fasse sentir dans l’enceinte de l’hôtel de ville où les anciens combattants durent être ravitaillés en eau minérale par l’auteur de ces lignes.

Il y eut comme d’habitude une grande dignité dans le déroulement des opérations encadrées par les descendants des fusillés, Messieurs Alain Hamet, Jean-Pierre Ratel, ainsi que Jean-Louis Boulègue remplaçant exceptionnellement Monsieur Christian Faur, délégué aux Anciens Combattants, lui-même atteint par un deuil familial. La Marseillaise et le Chant des Partisans ont pu retentir en l'honneur des victimes, ce qui n’est qu’un devoir envers la mémoire de ces hommes, jeunes et moins jeunes, qui payèrent de leur vie leur goût de la liberté et de l’indépendance de la Patrie pour l’esprit de délation de quelques-uns, dont les noms frappés d’infamie ont été à peu prés effacés de la mémoire collective.   

 

27 MARTYRS.gif

Les 27 Martyrs de Chatou dont les noms sont associés aux vers de Victor Hugo :

"Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie

Ont droit qu'à leurs cercueils la foule vienne et prie". 

 

 

N.B. : la connaissance de l’évènement des 27 Martyrs, qui donna lieu à l’un des rares procès abouti de la Libération (évoqué notamment dans les actualités cinématographiques Pathé de 1946) a conduit l’association Chatou Notre Ville à éditer son histoire à travers des témoignages inédits dans le coffret audio « Les Voix de la Guerre 1939-1945 » décrit dans ce blog.

10/07/2012

CHATOU SOUS LA BOTTE ALLEMANDE 1940-1942

Située en zone occupée, Chatou dut accueillir une Kommandantur provisoire 20 avenue des Tilleuls en juin 1940. Celle-ci déménagea au 18 boulevard des Etats-Unis au Vésinet en novembre de la même année. Cette situation perdura jusqu'au 27 août 1942, date à laquelle une Kommandantur fut de nouveau instituée à Chatou, cette fois-ci au 26 rue des Ecoles. 

Dés le début de l'Occupation, un agent de liaison entre la municipalité et la Kommandantur avait été désigné, Monsieur Emile Fieg, "rendu responsable des relations avec les employés de la mairie concernant le ravitaillement de la population civile" avec le titre de "commissaire de sûreté."

En août 1942, les troupes allemandes firent main basse sur l’école des filles du groupe scolaire Jules Ferry rue Léon Barbier. L’école continuant pour les élèves, la classe de filles fut transférée pour moitié au groupe Paul Bert et pour l’autre dans des propriétés réquisitionnées route de Carrières. Quant à la maternelle Jules Ferry, elle fut provisoirement jointe à la maternelle Paul Bert. En avril 1943, l’Inspecteur d’Académie ordonna que l’école des garçons du groupe Jules Ferry soit évacuée « en raison de sa proximité des usines Pathé » (bombardements)…

2ce628c9d9e1478f157d73dc81078b8b.gif
L'école Jules Ferry sortie de terre en 1933 sous les auspices du maire Léon Barbier avec au premier plan le bâtiment des garçons. L'école abrita les troupes allemandes à partir d'août 1942.
 

Dans un ordre du 24 septembre 1940, il fut précisé au maire de Chatou que le Grand Café de la Gare (occupé aujourd'hui par une blanchisserie) obtenait de rester ouvert "jusqu'à une heure du matin pour les soldats allemands seulement." Le cinéma "L'Olympia" fut lui aussi réservé  aux soldats allemands, les mardi, jeudi et dimanche.

Un autre ordre de la Kommandantur du 26 septembre 1940 fut adressé à la mairie de Chatou : la commune devait fournir aux troupes allemandes  300 tonnes de coke, 200 tonnes de charbon et 220 mètres cubes de bois à compter d'octobre 1940, le sixième de cette commande devant être fourni immédiatement.

Le 24 octobre 1940, la Kommandantur avisa les mairies de Chatou, Croissy, Le Vésinet, Montesson, Carrières que selon une ordonnance du 27 septembre 1940 pour les territoires occupés, "chaque juif" devait se présenter aux sous-préfets avant le 20 octobre 1940. Avant cette date, les commerces juifs devaient être "signalés en langue allemande et française". "On avisera pour les mesures contre les juifs, citoyens des Etats-Unis."

Un inventaire du parc automobile de la commune fut également réalisé par l'occupant le 15 mars 1941 : on dénombrait environ 460 véhicules, de 4 CV à 23 CV dont 1 Voisin de 17 Cv, 3 Ford de 21 Cv, 3 Hotchkiss de 17 Cv, 1 Mercedes de 20 Cv, 1 Rolls-Royce de 17 Cv, 1 Delage de 23 Cv, 1 Buick de 22 Cv, 1 Renault de 21 Cv, 1 Chenard-Walcker de 21 Cv, 2 Matford de 21 Cv, 1 Renault de 23 Cv, 1 Chevrolet de 18 Cv, 1 Delahaye de 18  Cv, 1 Peugeot de 22 Cv, autant de signes extèrieurs de richesse de la bourgeoisie d'affaires venue s'installer à Chatou ou  de véhicules utilitaires d'entrepreneurs industrieux de la ville.

Avant la guerre, Chatou abritait 556  voitures et 68  camions (pour une population de plus de 11.000 habitants).

La Kommandantur ayant exigé le 9 octobre 1940 la liste des pillages identifiés comme ayant été commis par des civils français, une liste de 10 actes de pillage lui fut envoyée le 17 octobre recensant notamment des vols au tabac du 24 rue du Pont, au magasin Félix Potin 1 rue du docteur Rochefort, au magasin des 5 et 7 rue du docteur Rochefort, à une épicerie du 81 route de Carrières, une coopérative 68 route des Landes...

On note également que la Kommandantur se plaignait d'actes de sabotage continuels sur ses véhicules stationnés à Chatou, Croissy, Le Vésinet. Le 15 octobre 1940, elle exigea le couvre-feu à 21 heures pour tous les habitants, la création de postes sans appartenance à la police dans chaque commune responsables des nouveaux actes de sabotage  et dont les agents seraient reconnaissables à leur brassard "estampillé par la Kommandantur".

Le 17 décembre 1940, la Kommandantur du Vésinet interdit d'envoyer les paquets de Noël en zone libre.

Enfin, l'état des cultures à Chatou dut être également inventorié. Le 19 février 1941, celui-ci se dressait comme suit: 40 ares de terres en friche, 260 hectares de terres cultivées dont 90 hectares de jardins, 20 hectares de pâturage, 25 hectares de terrains irrigués.

Le 17 avril 1941, il fut interdit de jouer et chanter la Marseillaise.

Le 24 juillet 1941, lors d'une réunion des maires de la Boucle organisée par l'occupant, le "Kreiskommandant" indiqua que les aviateurs anglais laissant tomber des tracts et des plaquettes incendiaires, les tracts devaient être remis au maire qui devait les communiquer à la Kommandantur. Toute personne en possession d'un tract serait punie. 

(Source : archives municipales)

29/03/2012

ROB ROY (1909-1992), UN CATOVIEN ENTRE LE DESSIN ET L'HISTOIRE

 ROB ROY DESSIN.jpg

dessin de Rob Roy

 

Chatou compte dans son patrimoine culturel des artistes mondialement connus. Parmi ses artistes moins connus, certains ont su tremper avec originalité leur pinceau dans le siècle écoulé.

Rob Roy, Catovien qui résida 28 rue Charles Despeaux de 1936 à sa mort en 1992, fut de ceux-là.

Il fut un illustrateur sans relâche, le dessinateur de notre histoire automobile et traversa notamment la seconde guerre mondiale armé de son courage et de sa passion.

Son fils, Monsieur Hubert de la Rivière, qui porte haut les couleurs de l’œuvre de son père Robert de la Rivière alias Rob Roy, a permis l’édition et l’exposition d’une partie de son œuvre à travers la France. Il nous autorise aujourd’hui à diffuser un extrait de cette gamme colorée qui ne fut pas seulement le fait d’un artiste mais celui d’un patriote engagé dont chaque dessin décrivit un évènement vécu dans les douleurs ou les euphories de son temps.

Ainsi, l’évasion en Bugatti de Robert Benoist, en juin 1940, décrite dans le très bel ouvrage « Bugatti, le regard de Rob Roy » par Pierre Fouquet-Hatevilain  (1994 – éditions d’art J.P.Barthélémy) :

« Robert Benoist, grand patriote, as de l’aviation pendant la Première Guerre Mondiale, deviendra pilote de voiture et champion du monde en 1927 sur Delage.

Ettore Bugatti et Jean décidèrent dès 1929 de s’adjoindre ce pilote de grande classe et de lui confier la direction du service des ventes du magasin de l’avenue Montaigne à Paris. En 1934, il entre dans l’équipe officielle Bugatti et signe de nombreuses victoires.

Lors de la déclaration de guerre, le 3 septembre 1939, il est mobilisé en tant qu’officier dans l’Armée de l’Air et attaché à l’état-major du général Domino au Bourget. En juin 1940, l’exode jette sur les routes des millions de civils et militaires qui fuient vers le Sud-Ouest sous la pression de l’invasion allemande.Le gouvernement français suit le mouvement et s’installe d’abord à Candé, près de Tours, tandis que le ministère de l’Air prend ses quartiers à Rilly, près de Blois.

Le 14 juin, Robert Benoist quitte in extremis Le Bourget avec sa Bugatti 57 SC à compresseur personnelle.

Peu après Poitiers, il est fait prisonnier par les Allemands et se retrouve sous haute surveillance.

Incluse dans une colonne de blindés, sa voiture fait l’objet de la convoitise d’un officier allemand. Le soir, au bivouac, le plein d’essence est effectué pour repartir le lendemain.

Robert Benoist en tenue militaire ne songe qu’à une chose : s’évader mais sans abandonner sa Bugatti.

Le lendemain, dans la matinée, alors que le convoi poursuit sa route, Robert Benoist prend un chemin de traverse et fonce « à pleins tubes », faussant compagnie à la panzer division qui ne peut rattraper ni atteindre de ses tirs le champion du monde.

Très vite, Robert Benoist entrera dans la Résistance, et après avoir fait plusieurs fois faux bond à l’ennemi, sera capturé, déporté et assassiné par les nazis, le 12 septembre 1944 à Büchenwald. »

 

BUGATTI.jpg

L'une des quarante Bugatti 57 S et SC vendues de 1936 à 1937, fleuron de la production française. C'est à bord d'un modèle comme celui-ci que Robert Benoist, directeur des ventes de Bugatti, champion du monde automobile 1927, put s'échapper d'une colonne allemande de blindés et rejoindre la Résistance. Le dessin de Rob Roy est venu rappeler l'étonnante histoire de ce patriote au destin tragique. Illustration : Automobilia - Salon 1937

 

 

Dans le cadre de la semaine du dessin 

du 26 mars  au 1er avril  2012 

 Le musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris –Musée Jean Moulin et l’Association des Amis de Rob Roy

sont heureux de vous présenter une série de dessins originaux de Robert de la Riviere dit Rob Roy (1909-1992):

 

Les Américains à  Paris

 

ROB ROY 1944.jpg

Dessins parus dans le  “Parisian Weekly  Information’’  à la libération de Paris et en 1945.Rob Roy y réalisa une série de dessins qui illustraient   la vie quotidienne des Américains à Paris et leur relation avec les Parisiens.Des scènes vivantes, avec beaucoup d’humour en ces temps  ou tout devenait  plus agréable après quatre années d’occupation allemande.

 Musée du Maréchal de Hauteclocque et de la Libération de Paris Musée Jean Moulin

23 allée de la 2ème DB - 75015 Paris
Jardin Atlantique (couvrant la gare Montparnasse)

 

Ouverture du mardi 26 mars 2012

au dimanche 1er avril 2012

de 10h à 18h00

 

 Pour en savoir plus : www.art-robroy.com

 

 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

 

Locomotive SNCF 241 P compound fabriquée aux usines Schneider du Creusot de 1948 à 1952, emblème de l'association.

 

 

 

 

05/02/2012

L'AFFAIRE DES 27 MARTYRS DE CHATOU LE 25 AOUT 1944

Le tribut de Chatou aux heures sombres de l'histoire a atteint son apogée dans les guerres du XXème siècle. La moins conventionnelle, la deuxième guerre mondiale, nous apporta son fardeau de meurtres sur fond de règlements de comptes.

 

Depuis la percée d’Avranches du 31 juillet 1944 permettant l’avance de la 2ème D.B. du général Leclerc, les multiples opérations menées par la Résistance à Chatou sous la direction du commandant Torset avaient abouti à l’évacuation de l’armée allemande, puis le jeudi 17 août 1944 à la reprise de possession du château de la Pièce d’Eau, enfin à celle de la mairie le lundi 21 août.

Après avoir pris leurs quartiers au château de la Pièce d’Eau, les résistants F.F.I. de Chatou installèrent sous bonne garde dans le garage de la propriété une quarantaine de prisonniers [23 Allemands, dont deux grièvement blessés, ainsi qu’une vingtaine de miliciens et de femmes] mais ils furent très vite dénoncés par des collaborateurs auprès des Allemands fugitifs. Le mercredi 23 août 1944, Raymond Acquart en embuscade à quelques mètres de la rue Esther-Lacroix fut abattu par une colonne allemande remontant la rue Camille Périer.

Le jeudi 24 août 1944, Paris acclamait la 2ème D.B. du général Leclerc tandis que les Allemands qui se trouvaient encore à l’ouest de la capitale prenaient la précaution de miner les ponts, dont celui de Chatou. Aussitôt informés, les résistants de Chatou décidèrent d’accueillir au château de la Pièce d’Eau des civils domiciliés près du pont afin de les protéger de sa destruction annoncée. Le vendredi 25 août 1944, un détachement allemand d’arrière-garde de S.S., armé de grenades et de mitraillettes, prit violemment d’assaut le château de la Pièce d’Eau, ce qui amèna le commandant Torset à devoir désarmer la soixantaine de résistants qui s’y trouvaient.

Les Allemands insistèrent alors pour savoir où se trouvaient leurs prisonniers. Voulant éviter un massacre de civils, le commandant Torset conduisit les Allemands à la maison de la Villa Lambert où les prisonniers du garage avaient été mis à l’abri par leurs gardiens, mélangés aux civils réfugiés. C’est là, à la Villa Lambert, qu’Auguste Torset fut abattu, et que se firent brutalement arrêter ses camarades désignés comme des "terroristes" par certains prisonniers de langue allemande.

Après avoir fait évacuer les deux blessés allemands, puis obligé les trois plus jeunes résistants à creuser une fosse devant le château, les Allemands aidés des prisonniers délateurs prirent le temps de fouiller la propriété, d’y trouver du champagne, de le boire et d’utiliser les bouteilles vides et des tessons comme matraques, assommant, fusillant et mutilant sauvagement les "terroristes" qui leur avaient été désignés, avant de les ensevelir les uns sur les autres, morts ou vifs. On ne dut le départ des Allemands et de leurs comparses vers 21 h 30 qu'à l’arrivée imminente de détachements alliés. Le samedi 26 août 1944, l’armée Leclerc entra à Chatou tandis qu’au château de la Pièce commençaient les exhumations du charnier miné par les Allemands, puis l’identification des Martyrs.

 "Le Soir" rapporta :

 "La grande porte du garage du château de Chatou porte encore les traces de la tuerie du 25 août. Voyez le sang qui a giclé jusqu'en haut de la porte et les trous faits par les balles de mitrailleuses. Autour de cet emplacement, nous avons retrouvé des doigts. La fosse est à trois mètres de là. Vingt-sept corps sont entassés dans un trou d'un mètre de profondeur. C'est le plus jeune, un gosse de 16 ans, employé de la gare, qui était chargé de transporter ses camarades dans leur sépulture. Arrivé au vingt-sixième, lui comme les autres y passa. "J'ai retrouvé mon fils dans cette fosse, il avait 23 ans. Le pauvre enfant était nu, un bras cassé, les yeux arrachés, des doigts en moins. Ils ont été enterrés vivants. On les a retrouvés la bouche pleine de terre, les mains crispées dans le sol. Des drapeaux français, lacérés, déchirés, étaient enterrés avec eux."(...) Mais le cynisme des assassins ne s'était pas arrêté là. Après le massacre du parc du château, ils sablèrent le champagne. Sur la fosse, ils avaient déposé des mines, afin que personne ne puisse approcher." 

"Le Soir" - Archives municipales de Chatou

 

 27 MARTYRS.gif

 

Les 27 fusillés de Chatou : lieutenant Torset, lieutenant Lecaron, Martial Fleury, Robert Alexis, Roger Lemoine, Raymond Acquart, Georges Blaizot, André Couespel, Henri Fisseux, Louis Gaudillet, Joseph Grand, Pierre Jallu, Eugène Jeffrault, Lucien Jeffrault, Victor Kurtz, Adrien Laurent, Pierre Le Bihan, Eugène Le Tyrant, Yves Louis, Jean Mauchaussat, Gabriel Morel, Jacques Mouchard, Robert Noë, Henri Painchaud, Robert Rateau, Henri Richaume, Jean Ramain.

 

SITE 27 MARTYRS 8.gif

 

 

 

SITE 27 MARTYRS 2.gif

Ci-dessus, l'hommage du 28 août 1944 aux 27 Martyrs au château de la Pièce d'Eau puis au cimetière de Chatou rue des Landes où toute la ville semble s'être donné rendez-vous en présence de soldats des armées Leclerc et Eisenhower. Le 22 octobre 1944, l'avenue de la Pièce d'Eau reçut le nom d'avenue des 27 Martyrs.

 

Le 17 mai 1946, la Cour de Justice de Versailles, juridiction d'exception, rendit son verdict sur le crime commis contre les 27  Résistants de Chatou. Ceux-ci avaient en effet été assassinés sur une délation qui avait fait revenir les Allemands à Chatou. Le président de la Cour, Pihier, avait été l’un des magistrats instructeurs de l’affaire Prince en 1934.

 

Les accusés reconnurent les faits. Graff et la veuve Toupnot furent condamnés à mort, Buchard et Apostolides furent condamnés à 15 et 8 ans de travaux forcés, la femme de Graff fut condamnée à 5 ans de réclusion, Haffray à un an de prison. Tous les condamnés furent désignés à l’Indignité Nationale.

 

 

Jugement_des_6_Coupables.jpg

Une image des accusés dans le box et de leurs défenseurs -  collection et recherches Annick Couespel

 

 

L'EDITORIAL DE FRANCOIS MAURIAC DANS LE FIGARO DU 18 MAI 1946

 

Mauriac.jpg

 

« Dans cette affaire sinistre de Chatou que l’on juge à Versailles, je détourne mon attention des traîtres sur les victimes. Je pense à ce chef résistant qui se dénonça lui-même à l’ennemi revenu, espérant que sa mort sauverait celle de ses camarades et qu’il paierait pour tous (le commandant Torset qui habitait 66 route de Montesson à Chatou).

A peine osons-nous aujourd’hui parler de la Résistance, comme si entre ces héros et nous s’accumulaient trop de réputations menteuses, trop de fausses gloires, comme si nous n’arrivions plus à discerner ceux d’entre eux qui se démasquèrent, le moment venu, à l’heure du plus grand péril.

Ils ont existé pourtant, et beaucoup parmi ceux qui ont vécu étaient dignes de parler en leur nom. Que s’est-il donc passé ? toutes les impostures, tous les crimes, toutes les usurpations de certains ouvriers de la dernière heure ne suffiraient pas à expliquer ce discrédit. Sans chercher les responsables d’un côté plutôt que de l’autre, reconnaissons simplement que l’esprit de la Résistance  a été contaminé par la politique. Dans un homme, pourtant, il subsiste à l’état pur. Le pèlerinage du général de Gaulle à la tombe de Clemenceau, nous avons toujours su qu’il ne dissimulait aucune pensée.

 

C’était le geste d’un chef dont toute la politique, depuis qu’il s’est éloigné du pouvoir, tient dans la conscience qu’il a d’incarner cet esprit auquel tant de Français sont devenus infidèles et que la surenchère des partis a disqualifiée. Aucune autre ambition en lui que de rester fidèle pour nous tous : il demeure au milieu de nous, et il n’est pas nécessaire que sa voix s’élève pour que nous nous souvenions de quel esprit nous sommes.

 

Son pouvoir véritable ne dépend pas de la place qu’il occupe. Les Français dont la faute essentielle, dont l’unique faute fut de désespérer de la France à l’heure de son plus grand abaissement, et par des propos partout répandus, d’accabler leur mère humiliée, sont jugés, qu’ils le veuillent ou non, par ce Chef solitaire, assis à l’écart et qui n’est plus rien dans l’Etat.

 

Mais c’est de lui que la lumière émane : s’il occupait de nouveau la première place, il n’en recevrait aucun surcroît. Pas plus ses adversaires que lui-même, personne ne peut faire qu’il n’incarne toujours, partout où il se trouve, la même fidélité…et aussi le même désintéressement : je me souviens, au moment de la délivrance, comme notre Secrétaire Perpétuel l’avait fait pressentir pour qu’il acceptât de siéger à l’Académie, il fit répondre qu’il ne voulait recevoir aucune récompense de la patrie avant d’avoir accompli sa mission : il ne croyait pas qu’il eût encore fait assez.

 

Tant qu’il sera là, les victimes des collaborateurs de Chatou et tous ceux qui ont combattu le même combat auront au milieu de nous un répondant : grâce à lui, nous conserverons leur mémoire, et nous serons forcés de réveiller les souvenirs chez ceux qui oublient , et dont c’est l’intérêt d’oublier…

 

A l’heure des ténèbres, eux qui n’ont pas été fidèles, ils auront beau feindre de l’avoir été, cet homme les rappellera par sa seule présence au sentiment de leur misère, de cette misère qui nous est commune, bien sûr, et à laquelle, comme le rappelait le général de Gaulle lui-même au lendemain de la Libération, nous avons presque tous plus ou moins participé.

 

Il ne dépend de personne que chacune de nos vies n’ait pris, durant ces quatre années où la marée allemande nous a recouverts, comme une coloration qu’elle ne perdra plus.

 

Ces quatre années continuent de nous juger, ou plutôt, elles nous ont déjà jugés : elles ont fait remonter du  plus secret des coeurs , elles ont fait apparaître en pleine lumière ce qui était caché, le meilleur, le médiocre et le pire. Nous nous débattons en vain : nous avons tous au front désormais une marque, un signe, une note que le destin nous a donnée, qu’aucune complaisance n’effacera et que nous emporterons dans la mort."

 

Le sacrifice des 27 Martyrs est commémoré chaque année au château de la Pièce d’Eau.

 

C’est celui de la jeunesse de la France défendant la liberté et l’indépendance séculaires d’une grande et vieille nation.

 

A propos des 27 Martyrs : 

"Les Voix de la Guerre 1939 - 1945", coffret de deux cd audio mêlant voix historiques et témoignages réalisé par l'association Chatou Notre Ville avec la collection José Sourillan et en partenariat avec l'Association des Résistants, FFI et Fusillés de Chatou - coffret disponible par commande à l'association (voir notre article sur la présentation du coffret à Chatou le 10 décembre 2011)

Reportage "Aux héros de Chatou"  réalisé par Pathé pour son Journal d'actualités cinématographiques du 4 septembre 1946 conservé par Gaumont-Pathé Archives, société chargée de la restauration et de la commercialisation des actualités cinématographiques.

"Histoire de Chatou" de Paul Bisson de Barthélémy (1950)

 "Le feu et la foi"

Amicale des Anciens de la Résistance et F.F.I. et Familles de Fusillés de la Résistance - 6ème région Ile-de-France - 4 route de Montesson 78420 Carrières-sur-Seine - Tél. : 09 60 11 65 23 - E-mail : alainhamet@orange.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01/12/2011

UN GRAND MILITAIRE ET RESISTANT, LE CATOVIEN LOUIS LE CLEAC'H (1914-2008)

mercier-p006.jpg

 

 
 

 Aux côtés du général Juin en Indochine

source : www.norrac.com/livre-en%20ligne/livre-paulcc/mercier.php

   

Le souvenir de Monsieur Louis Le Cléac’h, qui demeura avec sa famille de 1958 à 2003 4 rue Lantoine à Chatou, ne peut être occulté dans le drame de la deuxième guerre mondiale.

Son parcours fut en effet celui d’un combattant et donna l'exemple d'un militaire de carrière engagé dans la Résistance. Né le 14 juin 1914 à Brest, il devint enfant de troupe à 10 ans, entra à l’Ecole Militaire des Andelys en 1927 puis en sortit en 1930 pour rejoindre l’Ecole Militaire Préparatoire d’Autun. Muté à Epinal , il y reçut ses premiers galons de caporal-chef (17.11.1932) puis de sergent (17.06.1933).

Admis à l’Ecole Militaire d’Infanterie et des Chars de Combat à Saint-Maixent de 1937 à 1939, il y devint sous-lieutenant le 1er octobre 1938.

Le 6 avril 1939, le sous-lieutenant Louis Le Cléac'h fut affecté au 159ème régiment d’Infanterie Alpine à Embrun puis promu lieutenant le 25 juin 1940, trois jours après l’Armistice. Refusant la capitulation, il entra dans la Résistance et fut d'abord chargé de liaison avec le Vercors. Officier de renseignements en 1943 à Grenoble à l’O.R.A., il prit le commandement du maquis de Rosporden le 6 juin 1944 sous le nom de code de « capitaine Mercier » et libéra la ville. 

Nommé capitaine le 1er août 1944, il participa aux libérations de Concarneau puis de Lorient en octobre 1944 en prenant le commandement du 1er bataillon du 118ème régiment d’infanterie.

Le 20 septembre 1944 , il fut fait Chevalier de la Légion d’Honneur avec attribution de la Croix de Guerre avec Palme, cité à l'Ordre du Corps d'Armée par le général Koenig et décoré de la Croix de Guerre avec Etoile Vermeille.

Affecté à l’Ecole Militaire Préparatoire d’Autun, il prit le commandement du Centre de Perfectionnement d’Infanterie le 15 septembre 1945 puis reçut la Médaille de la Résistance le 3 août 1946. De 1947 à 1951, il commanda la première compagnie d’Infanterie à Rottweil en Allemagne.

Envoyé en Indochine le 20 avril 1951 comme commandant du 4ème bataillon du 3ème régiment de la Légion Etrangère au Tonkin, il fut cité à l’ordre de la Division, reçut la Croix de Guerre des TOE (théâtre des opérations extèrieures) avec Etoile d’Argent et fut nommé Chevalier de l’Ordre National du Vietnam.

De retour en France en 1954, il reçut le commandement de la place de Saint-Brieuc et fut élevé au grade de Chef de Bataillon.

Le 12 mars 1956, il fut envoyé en Algérie dans les Aurès à la tête de la 13ème Demi Brigade de la Légion Etrangère.

Il fut nommé Officier de la Légion d’Honneur le 14 août suivant avec citation à l’Ordre du Corps d’Armée et attribution de la Croix de la Valeur Militaire avec Etoile Vermeille le 1er août 1957.

Affecté à Oran le 18 juin 1958, il reçut la Croix du Combattant Volontaire 1939/1945 le 25 juin 1958. Il revint à Paris l’année suivante où il fut affecté au Service de la Sécurité de la Défense Nationale et des Armées puis entra dans le Corps de Réserve de l’Armée en 1961.

 

Promu lieutenant-colonel le 1er octobre 1968, il fut décoré de l’Ordre National du Mérite le 4 décembre 1978 et se vit attribuer l'une des plus hautes distinctions militaires, celle de Commandeur de l’Ordre de la Légion d’Honneur le 4 mai 1993. 

Monsieur Le Cléac'h est mort le 13 juin 2008. Nous saluons dans le militaire de carrière un héros discret qui défendit toute sa vie le drapeau de la France avec un courage et  un dévouement exceptionnels.

 

 

 

29/07/2011

LE VIVIER DES COLONIES, BASTION DE LA RESISTANCE FRANCAISE

 MANDEL COLONIES.jpg

Le 26 septembre 1938, Georges Mandel, ministre des Colonies né à Chatou le 5 juin 1885 (ci-dessus), nomma Louis Bonvin, ancien résident général du Gabon, gouverneur des Etablissements Français de l’Inde (Pondichéry, Chandernagor, Yanaon, Karikal, Mahé). Le 26 juin 1940, refusant l’Armistice, Louis Bonvin rallia le général de Gaulle en ces termes : « Sachez que nous ne regretterons jamais notre geste d'aujourd'hui et que le jour où nous reviendrons en France, nous y rentrerons la tête haute. » Le gouverneur des Etablissements Français de l’Inde ne cessa d’apporter son aide aux Alliés durant toute la guerre, en particulier au général Koenig en Lybie, bravant l’impuissance de Vichy. Le général de Gaulle le fit Compagnon de la Libération. Louis Bonvin reçut également des mains du vice-roi des Indes la distinction de chevalier commandeur de l’Empire Britannique .

Georges Mandel put avoir la main heureuse dans ses nominations, les gouverneurs Catroux, de l'Indochine, et Eboué, du Tchad, ralliant également dés 1940 la France Libre.

Mais le ralliement au Maréchal Pétain contre toute attente de l'Amiral Darlan, initialement partisan de continuer la guerre en Méditerrannée avec la flotte et d'écraser l'Italie,  fit échouer un môle de résistance en Afrique du Nord.

La marine n'étant plus en mesure d'assurer un rôle combattant, le général Nogués, résident général au Maroc, désireux de continuer la lutte le 17 juin 1940, ainsi qu'il le télégraphia au gouvernement, abandonna à son tour toute velléité de poursuivre dans cette voie. 

Alors que la guerre venait d'être déclarée, Georges Mandel fit publier un article sur les souverains de l’Outre-Mer engagés dans la bataille aux côtés de la France intitulé "L'Empire dans la Guerre".

On y exposait : "En temps de guerre, les colonies peuvent assurer les besoins français dans les proportions ci-dessous : riz, cacao, banane, maïs, sucre de canne, thé, oléagineux, nickel, caoutchouc, chrome : 100 %, viande : 80%, agrumes : 70%, café : 40%, manganèse: 30%. En outre, le Maroc peut extraire assez de pétrole pour satisfaire sa consommation. L'AOF et l'AEF assez de carburants végétaux pour couvrir les besoins de l'Afrique Noire.

L'anthracite tonkinois peut fournir, par distillation, le carburant nécessaire aux transports terrestres et fluviaux de l'Indochine.

Le Maroc livre les métaux rares, comme le cobalt et le molybdène, indispensables à la fabrication des aciers spéciaux, et tous les phosphates nécessaires à son agriculture.

Notons pour mémoire l'or, dont les colonies produisent pour 10 millions de francs, le plomb dont la Tunisie extrait 30.000 tonnes par an, la laine et le coton qui forment un appoint non négligeable en un constant accroissement (...)

Certaines colonies, d'une importance économique secondaire, telles Djibouti, Saint-Pierre-et-Miquelon (rallié à la France Libre en décembre 1941), ont une grande valeur stratégique. Elles assurent aux flottes franco-anglaises des bases de ravitaillement grâce auxquelles, la maîtrise des mers nous étant garantie, nous pouvons approvisionner ce qui nous manque, directement sur les lieux de production (...)".

Depuis 1919, la France régnait sur un empire à son apogée de 110 millions d'habitants, le second du monde, et Georges Mandel, chargé de l'administrer de 1938 à mai 1940, y avait vu naturellement une ressource dans la défense nationale. 

Quant aux souverains rangés derrière la France et dont l'illustration alimentait la propagande, ils ne pouvaient peser sur le cours de la guerre et représentaient plutôt une image pacifique propre au tempérament de leur peuple. Au demeurant, alors que chaque dominion anglais déclarait la guerre à l'Allemagne, la France le fit par la voie gouvernementale unique de la métropole.

MANDEL LAOS.jpg

 Le roi du Laos en 1939, Sisawang Yong

 

 

MANDEL CAMBODGE.jpg

 Le roi du Cambodge en 1939, Sisowath Moniwong

MANDEL TUNIS.jpg

 Le bey de Tunis en 1939, Ahmed II

MANDEL MAROC.jpg

Le sultan du Maroc en 1939, Sidi Mohamed (futur roi Mohammed V)

MANDEL ANNAM.jpg

L'empereur d'Annam en 1939, le jeune Bao Daï

MANDEL AFR NOIRE.jpg

Le grand marabout, chef de l'Islam en Afrique Noire en 1939, Seidou Momontal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

10/05/2010

CEREMONIE DU 8 MAI 2010

Le 8 mai est jour de fête pour la liberté de la France et du monde. Il commémore également le sacrifice de tant de soldats et de civils tués dans une guerre atroce.

La France a subi le martyre. Elle a été sous la coupe d’une défense nationale infantile promue pendant vingt ans par des militaires dépassés qui ont tenté d’en rejeter la faute aux ministères de la IIIème République. Son armée en 1940 a été prisonnière en trois semaines, ses troupes coloniales, une fois désarmées, ont été massacrées.

8 mai 2010 7.jpg

 

Les civils, bombardés et terrorisés, pouvaient espérer l’Armistice. Ils connurent les affres du ravitaillement puis des bombardements aveugles des armées Alliées. Certains s’employèrent à remplir les armoires du régime de Vichy de délations. Les collaborateurs actionnèrent les services contre les résistants, les juifs, les opposants supposés ou non. La haine des deux France du Front Populaire et des ligues restait bien vivante. Des actions plus discrètes et plus courageuses de milliers d’anonymes permirent au contraire des sauvetages en nombre.

8 mai 2010 9.jpg

En 1944, la France déchirée se hissait à son point culminant. Les règlements de compte se déchaînèrent. L'ancien ministre des PTT, des Colonies et de l'Intèrieur, ancien chef de cabinet de Clemenceau, Georges Mandel, né à Chatou en 1885, rare partisan de la poursuite des combats en Afrique du Nord en 1940 et contempteur à la Chambre des défaillances militaires du pays pendant quinze ans, fut assassiné par la Milice le 7 juillet en forêt de Fontainebleau de seize balles dans le dos après quatre ans d’emprisonnement. La Milice et les allemands étaient d’accord, Laval, ne s’y opposa pas.

MANDEL DETENTION.jpg
L'une des dernières photographies de Georges Mandel, prisonnier, et ci-dessous en 1935, lorsque ministre des PTT, il inaugurait la première ligne aérienne postale privée aux côtés du général Vuillemain.
MANDEL 1935.jpg

A Chatou, 27 résistants furent tués dans la barbarie au château de la Pièce d’Eau sur dénonciations civiles le 25 août 1944. Les SS, qui avaient évacué la ville, y revinrent pour assouvir la vengeance que les délateurs souhaitaient accomplir par procuration.

SITE 27 martyrs.gif
SITE 27 MARTYRS 1.gif
L'enterrement des 27 Martyrs au cimetière des Landes devant l'usine Pathé-Marconi le 28 août 1944
SITE 27 MARTYRS 2.gif

 

 

 

La commémoration du 8 mai 1945 est donc non seulement la joie de la liberté retrouvée mais aussi celle des sacrifices consentis par quelques-uns au profit du plus grand nombre. Les anciens combattants de 1940 ne sont plus très nombreux. Les générations de la guerre d’Algérie leur prêtent leur assistance morale.

La Capitulation, qu’elle soit allemande ou nazie, a rendu à une partie de l’Europe sa liberté et lui a permis d’envisager sa construction commune. Elle n’est donc pas un fait isolé et sans conséquence pour les générations actuelles et futures.

Soyons fiers à Chatou du combat des générations de la deuxième guerre. En 1940, comme en 1944, la volonté de conserver à la France ce qu’elle avait de plus cher, sa liberté et son indépendance, fut affirmée au péril de leur vie par nos aînés.

 

8 mai 2010 10.jpg

Se rendant au cimetière des Landes, quelques élus et anciens combattants accompagnés par des enfants du Conseil municipal des jeunes emmenés par les associations. A droite, Alain Hamet, trésorier de la section locale du Souvenir Français et président de l'Association des 27 Fusillés de Chatou. Devant, le maire, Ghislain Fournier.

8 mai 2010 4.jpg
Au cimetière des Landes, dépôt de gerbes sur les tombes des 27 Martyrs de Chatou.
8 MAI 2010 FANFARE.jpg
La fanfare de Chatou joua La Marseillaise
et Le Chant des Partisans

 

8 mai 2010 3.jpg
Aîcha Boughali, conseillère municipale, et son père, ancien combattant
8 MAI 1945 prisonniers.jpg
La couverture émouvante d'un magazine de 1945, le bonheur retrouvé des millions de prisonniers
2G 5.jpg
A la Bastille, le 14 juillet 1945, le défilé des Armées Alliées devant le général de Gaulle et le bey de Tunis

29/11/2009

LES CONSEQUENCES DE L’ARMISTICE DE JUIN 1940 CHEZ PATHE-MARCONI

 
AFFICHE PATHE 1933.jpg

 Publicité Pathé d'Henri Goldstein de 1933 

présentant les usines de Chatou

 

 

 

 

 

 

Il est bien difficile d'apporter un témoignage de l'Occupation sans remuer les affaires les plus douloureuses et les plus troubles de notre histoire. S'agissant de Pathé, premier employeur de la commune pendant prés d'un siècle , il est possible de se référer aux écrits de Jean Bérard, directeur administrateur de Pathé-Marconi de 1936 à 1939 : « au moment de la déclaration de guerre, j’ai été nommé administrateur fondé de pouvoir avec Monsieur Horton (anglais) puis avec Monsieur Taylor (également de nationalité anglaise). Au moment de l’exode, Monsieur Taylor s’est embarqué à La Rochelle et je suis resté seul administrateur fondé de pouvoir. Me trouvant sur la route de Bordeaux avec cinquante employés et du matériel chargé sur camion, je jugeais, arrivé à Belleville-sur-Vie, l’armistice étant signé, que notre intérêt était de rejoindre au plus tôt nos bureaux de Paris et l’usine de Chatou. Cette proposition fut acceptée à l’unanimité et lorsque le 14 juillet 1940, les Allemands se présentèrent pour réquisitionner la gomme-laque stockée à l’usine, celle-ci tournait déjà et je pus obtenir qu’on nous laissât une quantité de gomme-laque suffisante pour assurer la marche de l’usine pendant quelques mois. (…) A ce moment, 280 ouvriers ou employés avaient déjà rejoint la maison. »


La production pendant les quatre années de l’Occupation se déclina comme suit : sur 1321 disques enregistrés, 17 seulement le furent en langue allemande, 13 avec des chefs allemands et des musiciens français, et 7 seulement avec des orchestres et des chefs allemands, soit une proportion de 2,50% de disques allemands, chiffre inférieur à tous ceux pratiqués en temps de paix par les diverses maisons d’édition  de disques. Du point de vue du tirage, la proportion des disques allemands pressés ne dépassa pas 1% des 8,6 millions de disques fabriqués aux usines de Chatou sous l’Occupation.


Jean Bérard fut poursuivi à La Libération et acquitté par un arrêt du 30 juillet 1949 de la Cour de Justice. Outre le témoignage des dirigeants EMI de Londres qui trouvaient remarquable le fait d’avoir maintenu intact l’outil de production (les 80.000 matrices furent conservées), des attestations d’inspiration moins mercantiles ont permis d’établir un double jeu permanent qui se traduisit  par des mesures efficaces contre les atteintes aux personnes. Citons un extrait d’une lettre de Monsieur Thévenard du 17 janvier 1949 : « je ne peux être suspect de sentiments collaborationnistes puisque je suis depuis 17 ans marié avec une israëlite et que j’ai connu pendant l’Occupation de grandes angoisses. Jusqu’en 1943, je ne travaillais avec les maisons de disques dont monsieur Bérard était directeur que comme collaborateur artistique indépendant. Mais à ce moment, me trouvant menacé par les recensements, il me fit immédiatement inscrire dans la catégorie des cadres de la maison Pathé-Marconi comme y figurant depuis 1935. D’un autre côté, ma femme était employée au service de vente du magasin de la maison Pathé-Marconi. Pendant l’Occupation, il lui a fait conserver son  emploi dans les services intérieurs jusqu’à la Libération. (…) Tous les artistes que je connais partagent mon sentiment à l’égard de Monsieur Bérard. J’ai pu voir d’ailleurs Monsieur Bérard antidater certains contrats avec un israëlite pour pouvoir lui donner de l’argent pendant l’Occupation et faire  de nombreux enregistrements de compositeurs juifs sous de faux noms. Je sais que tous ces artistes témoigneront pour lui de son désintéressement et de son dévouement français pendant cette dure période. (…) ».


Monsieur Hémon avait donné une opinion comparable dans une lettre du 15 janvier 1949 : « peu de mois avant la Libération, je dus me débattre avec les bureaux allemands du STO (j’avais alors quitté la société Pathé-Marconi pour m’établir à mon compte). Je n’hésitais pas alors, à confier à nouveau mes difficultés à Monsieur Bérard, lui faisant ressortir le côté critique de ma position, ma femme étant alors dans la clandestinité. Je lui précisais que si je ne trouvais pas un moyen d’échapper au STO, j’étais décidé à entrer à mon tour dans la clandestinité pour continuer à veiller sur ma femme. Intervenant sans délai auprès du directeur de l’usine de la société Pathé-Marconi, il obtînt immédiatement un embauchage pour moi comme manœuvre dans cette usine. (…) ».


Monsieur Jacques Lévi-Abrares , directeur de La Boîte à Musique boulevard Raspail, précisa quant à lui dans une lettre du 19 janvier 1949 : « il n’a pas hésité à se compromettre lui-même pour me prêter son appui et chercher à éviter mon élimination de l’affaire que j’avais fondée et que je dirigeais. Il a signé, en date du 2 août 1941, une attestation en ma faveur, que j’avais jointe à mon dossier au Commissariat des Affaires Juives et dont je tiens à la disposition de la Cour une copie certifiée conforme à l’époque par le commissaire de police. Il a pris alors une position nette en multipliant les démarches auprès des autorités civiles françaises et auprès des allemands auxquels il faisait transmettre une copie , traduite par ses soins, d’une notice détaillée sur les services rendus à la France par mes aïeux depuis plusieurs générations. Par la suite, en septembre 1941, menacé d’arrestation par la Gestapo, j’ai dû me réfugier en zone libre. J’étais sans ressource, alors que mes deux fils étaient prisonniers de guerre. La Boîte à Musique sous administration provisoire d’un ami commun à Monsieur Bérard et à moi-même m’a apporté une aide matérielle occulte jusqu’à la Libération. »


Une lettre du 14 janvier 1949 de Roger Desormière (1898-1963), fondateur du mouvement résistant Front National (communiste) en juillet 1941, et chef d’orchestre de la Radiodiffusion Nationale Française, rapporta : "pendant toute l’occupation allemande, Jean Bérard  a défendu avec acharnement les intérêts de la musique française. (…) Ma haute estime  pour Jean Bérard m’avait amené à lui confier mes idées qui étaient tout à fait opposées aux siennes. Cela n’a pas empêché Jean Bérard de faire appel à mon concours pour la direction de plusieurs enregistrements  de musique française  dont « Pelleas et Mélisande », « L’Etoile », le "Concerto pour Piano et Orchestre" d'Henri Sauguet… Sachant que mon ami , Jean Wiener, d’origine israëlite et résistant, ne pouvait travailler sous son nom en raison des lois allemandes, Jean Bérard lui est venu en aide et a contribué à sa subsistance. Beaucoup d’autres camarades de la Résistance m’ont encore dit leur sympathie pour Jean Bérard et sont prêts à témoigner en sa faveur, notamment Georges Auric, Irène Joachim et Francis Poulenc (…)."


Monsieur François Edgar Hepp, expert prés la Cour de Paris, chef de direction au Comité des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture, énonça peut être le fond de l'affaire le 9 mai 1949 : « pendant l’occupation allemande, en qualité de secrétaire général du Comité d’organisation professionnelle des industries et commerce de la musique, j’ai eu l’occasion de voir d’une manière régulière et constante Monsieur Jean Bérard, qui était membre du comité consultatif de ce comité d’organisation où il représentait l’industrie phonographique. Nous avons tous apprécié son activité professionnelle dont le résultat a été de maintenir la production du disque et même d’accroître la proportion des oeuvres françaises enregistrées. Pour obtenir ce résultat, il a eu avec les autorités allemandes des relations que nous étions d’accord pour considérer comme inévitables et comme nécessaires. Le résultat obtenu nous a semblé d’autant plus méritoire que la société Pathé-Marconi étant anglaise, un préjugé défavorable existait contre elle du point de vue des allemands » (…).


Enfin, alors que 1200 personnes s'activèrent aux usines de Chatou sous l'Occupation, Jean Bérard obtînt que seules 50 d'entre elles partent au STO, dont 20 volontaires. Une vaste opération de survie devait ainsi marquer l'existence de milliers d'employés et d'artistes de Pathé-Marconi pendant cinq ans.  

 

Source : dossier Bérard, Archives Nationales

"Chatou, une page de gloire dans l'industrie" - édition Chatou Notre Ville


 

LIVRE INDUSTRIE COUV.jpg




15/09/2009

VESTIGES DE LA COLLABORATION

BOISSON.jpg

 

 

Né en 1894, fils d’instituteurs devenu fonctionnaire colonial, Pierre Boisson assuma les plus hauts postes dans les années trente et à la veille de la deuxième guerre mondiale, ne pouvait être suspecté de sympathie pour l’ennemi. Haut-commissaire de la République française à Yaoundé en 1936, il  fit avorter les tentatives allemandes de pénétration au Cameroun. Nommé gouverneur général de l’Afrique Occidentale Française du 29 octobre 1938 au 10 août 1939 puis gouverneur de l’Afrique Equatoriale Française le 3 septembre 1939 par le ministre des Colonies né à Chatou, Georges Mandel, il tenta en vain en juin 1940 de constituer un bloc africain contre l’Allemagne aux côtés de l’Angleterre.

 

Nommé de nouveau le 25 juin 1940 gouverneur de l’Afrique Occidentale Française mais cette fois par le gouvernement Pétain, il changea d’attitude et comme quantité de responsables, poursuivit avec aveuglement jusqu’en 1942 une politique fidèle à Vichy tout en s’opposant aux desiderata de Laval d’autoriser  l‘armée allemande à prendre pied dans le vaste territoire qu’il administrait. Il fit notamment échouer le débarquement anglo-gaulliste de Dakar en septembre 1940, persécuta les gaullistes et les communistes, créa la Légion française des combattants d'Afrique, fit appliquer les lois de Vichy sur les juifs et les francs-maçons bien qu’une certaine tiédeur dans les sanctions contre ces derniers fit son impopularité dans les milieux collaborationnistes. Le débarquement américain en Afrique du Nord le rallia à la cause des Alliés que le général de Gaulle trouva à juste titre bien mal avisés de s’adjoindre ses services  même si le gouverneur général tentait de faire oublier ses « exploits » passés en augmentant la production agricole pour les armées de la Libération en Afrique.

 

A la suite du départ du général Giraud en 1943 du Comité Français de Libération Nationale, Pierre Boisson donna sa démission le 13 juillet 1943. Il fut convoqué en novembre 1943 devant une commission d’épuration, mis en résidence surveillée à Alger, inculpé par le Tribunal militaire d’Alger et révoqué sans pension en octobre 1944. Transféré en France en mars 1945, il fut autorisé à résider chez lui à Chatou en raison de ses problèmes de santé. Condamné à l’indignité nationale par la Haute Cour de Justice, il mourut quelques mois plus tard à son domicile du 63 rue des Cormiers le 20 juillet 1948. L'acte de décès fut signé par Jean-Louis Marie Fournier, adjoint du maire Henry Vercken, et Pierre Emile Aubert, gouverneur des Colonies, retraité, Officier de la Légion d'Honneur. Cet épisode de l’après-guerre prend de nouveau Chatou à témoin dans la pèriode de la Collaboration.

 

 

 

Acte de décès de Pierre Boisson: source Etat-Civil de Chatou