1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2010

CEREMONIE DU 8 MAI 2010

Le 8 mai est jour de fête pour la liberté de la France et du monde. Il commémore également le sacrifice de tant de soldats et de civils tués dans une guerre atroce.

La France a subi le martyre. Elle a été sous la coupe d’une défense nationale infantile promue pendant vingt ans par des militaires dépassés qui ont tenté d’en rejeter la faute aux ministères de la IIIème République. Son armée en 1940 a été prisonnière en trois semaines, ses troupes coloniales, une fois désarmées, ont été massacrées.

8 mai 2010 7.jpg

 

Les civils, bombardés et terrorisés, pouvaient espérer l’Armistice. Ils connurent les affres du ravitaillement puis des bombardements aveugles des armées Alliées. Certains s’employèrent à remplir les armoires du régime de Vichy de délations. Les collaborateurs actionnèrent les services contre les résistants, les juifs, les opposants supposés ou non. La haine des deux France du Front Populaire et des ligues restait bien vivante. Des actions plus discrètes et plus courageuses de milliers d’anonymes permirent au contraire des sauvetages en nombre.

8 mai 2010 9.jpg

En 1944, la France déchirée se hissait à son point culminant. Les règlements de compte se déchaînèrent. L'ancien ministre des PTT, des Colonies et de l'Intèrieur, ancien chef de cabinet de Clemenceau, Georges Mandel, né à Chatou en 1885, rare partisan de la poursuite des combats en Afrique du Nord en 1940 et contempteur à la Chambre des défaillances militaires du pays pendant quinze ans, fut assassiné par la Milice le 7 juillet en forêt de Fontainebleau de seize balles dans le dos après quatre ans d’emprisonnement. La Milice et les allemands étaient d’accord, Laval, ne s’y opposa pas.

MANDEL DETENTION.jpg
L'une des dernières photographies de Georges Mandel, prisonnier, et ci-dessous en 1935, lorsque ministre des PTT, il inaugurait la première ligne aérienne postale privée aux côtés du général Vuillemain.
MANDEL 1935.jpg

A Chatou, 27 résistants furent tués dans la barbarie au château de la Pièce d’Eau sur dénonciations civiles le 25 août 1944. Les SS, qui avaient évacué la ville, y revinrent pour assouvir la vengeance que les délateurs souhaitaient accomplir par procuration.

SITE 27 martyrs.gif
SITE 27 MARTYRS 1.gif
L'enterrement des 27 Martyrs au cimetière des Landes devant l'usine Pathé-Marconi le 28 août 1944
SITE 27 MARTYRS 2.gif

 

 

 

La commémoration du 8 mai 1945 est donc non seulement la joie de la liberté retrouvée mais aussi celle des sacrifices consentis par quelques-uns au profit du plus grand nombre. Les anciens combattants de 1940 ne sont plus très nombreux. Les générations de la guerre d’Algérie leur prêtent leur assistance morale.

La Capitulation, qu’elle soit allemande ou nazie, a rendu à une partie de l’Europe sa liberté et lui a permis d’envisager sa construction commune. Elle n’est donc pas un fait isolé et sans conséquence pour les générations actuelles et futures.

Soyons fiers à Chatou du combat des générations de la deuxième guerre. En 1940, comme en 1944, la volonté de conserver à la France ce qu’elle avait de plus cher, sa liberté et son indépendance, fut affirmée au péril de leur vie par nos aînés.

 

8 mai 2010 10.jpg

Se rendant au cimetière des Landes, quelques élus et anciens combattants accompagnés par des enfants du Conseil municipal des jeunes emmenés par les associations. A droite, Alain Hamet, trésorier de la section locale du Souvenir Français et président de l'Association des 27 Fusillés de Chatou. Devant, le maire, Ghislain Fournier.

8 mai 2010 4.jpg
Au cimetière des Landes, dépôt de gerbes sur les tombes des 27 Martyrs de Chatou.
8 MAI 2010 FANFARE.jpg
La fanfare de Chatou joua La Marseillaise
et Le Chant des Partisans

 

8 mai 2010 3.jpg
Aîcha Boughali, conseillère municipale, et son père, ancien combattant
8 MAI 1945 prisonniers.jpg
La couverture émouvante d'un magazine de 1945, le bonheur retrouvé des millions de prisonniers
2G 5.jpg
A la Bastille, le 14 juillet 1945, le défilé des Armées Alliées devant le général de Gaulle et le bey de Tunis

29/11/2009

LES CONSEQUENCES DE L’ARMISTICE DE JUIN 1940 CHEZ PATHE-MARCONI

 
AFFICHE PATHE 1933.jpg

 Publicité Pathé d'Henri Goldstein de 1933 

présentant les usines de Chatou

 

 

 

 

 

 

Il est bien difficile d'apporter un témoignage de l'Occupation sans remuer les affaires les plus douloureuses et les plus troubles de notre histoire. S'agissant de Pathé, premier employeur de la commune pendant prés d'un siècle , il est possible de se référer aux écrits de Jean Bérard, directeur administrateur de Pathé-Marconi de 1936 à 1939 : « au moment de la déclaration de guerre, j’ai été nommé administrateur fondé de pouvoir avec Monsieur Horton (anglais) puis avec Monsieur Taylor (également de nationalité anglaise). Au moment de l’exode, Monsieur Taylor s’est embarqué à La Rochelle et je suis resté seul administrateur fondé de pouvoir. Me trouvant sur la route de Bordeaux avec cinquante employés et du matériel chargé sur camion, je jugeais, arrivé à Belleville-sur-Vie, l’armistice étant signé, que notre intérêt était de rejoindre au plus tôt nos bureaux de Paris et l’usine de Chatou. Cette proposition fut acceptée à l’unanimité et lorsque le 14 juillet 1940, les Allemands se présentèrent pour réquisitionner la gomme-laque stockée à l’usine, celle-ci tournait déjà et je pus obtenir qu’on nous laissât une quantité de gomme-laque suffisante pour assurer la marche de l’usine pendant quelques mois. (…) A ce moment, 280 ouvriers ou employés avaient déjà rejoint la maison. »


La production pendant les quatre années de l’Occupation se déclina comme suit : sur 1321 disques enregistrés, 17 seulement le furent en langue allemande, 13 avec des chefs allemands et des musiciens français, et 7 seulement avec des orchestres et des chefs allemands, soit une proportion de 2,50% de disques allemands, chiffre inférieur à tous ceux pratiqués en temps de paix par les diverses maisons d’édition  de disques. Du point de vue du tirage, la proportion des disques allemands pressés ne dépassa pas 1% des 8,6 millions de disques fabriqués aux usines de Chatou sous l’Occupation.


Jean Bérard fut poursuivi à La Libération et acquitté par un arrêt du 30 juillet 1949 de la Cour de Justice. Outre le témoignage des dirigeants EMI de Londres qui trouvaient remarquable le fait d’avoir maintenu intact l’outil de production (les 80.000 matrices furent conservées), des attestations d’inspiration moins mercantiles ont permis d’établir un double jeu permanent qui se traduisit  par des mesures efficaces contre les atteintes aux personnes. Citons un extrait d’une lettre de Monsieur Thévenard du 17 janvier 1949 : « je ne peux être suspect de sentiments collaborationnistes puisque je suis depuis 17 ans marié avec une israëlite et que j’ai connu pendant l’Occupation de grandes angoisses. Jusqu’en 1943, je ne travaillais avec les maisons de disques dont monsieur Bérard était directeur que comme collaborateur artistique indépendant. Mais à ce moment, me trouvant menacé par les recensements, il me fit immédiatement inscrire dans la catégorie des cadres de la maison Pathé-Marconi comme y figurant depuis 1935. D’un autre côté, ma femme était employée au service de vente du magasin de la maison Pathé-Marconi. Pendant l’Occupation, il lui a fait conserver son  emploi dans les services intérieurs jusqu’à la Libération. (…) Tous les artistes que je connais partagent mon sentiment à l’égard de Monsieur Bérard. J’ai pu voir d’ailleurs Monsieur Bérard antidater certains contrats avec un israëlite pour pouvoir lui donner de l’argent pendant l’Occupation et faire  de nombreux enregistrements de compositeurs juifs sous de faux noms. Je sais que tous ces artistes témoigneront pour lui de son désintéressement et de son dévouement français pendant cette dure période. (…) ».


Monsieur Hémon avait donné une opinion comparable dans une lettre du 15 janvier 1949 : « peu de mois avant la Libération, je dus me débattre avec les bureaux allemands du STO (j’avais alors quitté la société Pathé-Marconi pour m’établir à mon compte). Je n’hésitais pas alors, à confier à nouveau mes difficultés à Monsieur Bérard, lui faisant ressortir le côté critique de ma position, ma femme étant alors dans la clandestinité. Je lui précisais que si je ne trouvais pas un moyen d’échapper au STO, j’étais décidé à entrer à mon tour dans la clandestinité pour continuer à veiller sur ma femme. Intervenant sans délai auprès du directeur de l’usine de la société Pathé-Marconi, il obtînt immédiatement un embauchage pour moi comme manœuvre dans cette usine. (…) ».


Monsieur Jacques Lévi-Abrares , directeur de La Boîte à Musique boulevard Raspail, précisa quant à lui dans une lettre du 19 janvier 1949 : « il n’a pas hésité à se compromettre lui-même pour me prêter son appui et chercher à éviter mon élimination de l’affaire que j’avais fondée et que je dirigeais. Il a signé, en date du 2 août 1941, une attestation en ma faveur, que j’avais jointe à mon dossier au Commissariat des Affaires Juives et dont je tiens à la disposition de la Cour une copie certifiée conforme à l’époque par le commissaire de police. Il a pris alors une position nette en multipliant les démarches auprès des autorités civiles françaises et auprès des allemands auxquels il faisait transmettre une copie , traduite par ses soins, d’une notice détaillée sur les services rendus à la France par mes aïeux depuis plusieurs générations. Par la suite, en septembre 1941, menacé d’arrestation par la Gestapo, j’ai dû me réfugier en zone libre. J’étais sans ressource, alors que mes deux fils étaient prisonniers de guerre. La Boîte à Musique sous administration provisoire d’un ami commun à Monsieur Bérard et à moi-même m’a apporté une aide matérielle occulte jusqu’à la Libération. »


Une lettre du 14 janvier 1949 de Roger Desormière (1898-1963), fondateur du mouvement résistant Front National (communiste) en juillet 1941, et chef d’orchestre de la Radiodiffusion Nationale Française, rapporta : "pendant toute l’occupation allemande, Jean Bérard  a défendu avec acharnement les intérêts de la musique française. (…) Ma haute estime  pour Jean Bérard m’avait amené à lui confier mes idées qui étaient tout à fait opposées aux siennes. Cela n’a pas empêché Jean Bérard de faire appel à mon concours pour la direction de plusieurs enregistrements  de musique française  dont « Pelleas et Mélisande », « L’Etoile », le "Concerto pour Piano et Orchestre" d'Henri Sauguet… Sachant que mon ami , Jean Wiener, d’origine israëlite et résistant, ne pouvait travailler sous son nom en raison des lois allemandes, Jean Bérard lui est venu en aide et a contribué à sa subsistance. Beaucoup d’autres camarades de la Résistance m’ont encore dit leur sympathie pour Jean Bérard et sont prêts à témoigner en sa faveur, notamment Georges Auric, Irène Joachim et Francis Poulenc (…)."


Monsieur François Edgar Hepp, expert prés la Cour de Paris, chef de direction au Comité des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture, énonça peut être le fond de l'affaire le 9 mai 1949 : « pendant l’occupation allemande, en qualité de secrétaire général du Comité d’organisation professionnelle des industries et commerce de la musique, j’ai eu l’occasion de voir d’une manière régulière et constante Monsieur Jean Bérard, qui était membre du comité consultatif de ce comité d’organisation où il représentait l’industrie phonographique. Nous avons tous apprécié son activité professionnelle dont le résultat a été de maintenir la production du disque et même d’accroître la proportion des oeuvres françaises enregistrées. Pour obtenir ce résultat, il a eu avec les autorités allemandes des relations que nous étions d’accord pour considérer comme inévitables et comme nécessaires. Le résultat obtenu nous a semblé d’autant plus méritoire que la société Pathé-Marconi étant anglaise, un préjugé défavorable existait contre elle du point de vue des allemands » (…).


Enfin, alors que 1200 personnes s'activèrent aux usines de Chatou sous l'Occupation, Jean Bérard obtînt que seules 50 d'entre elles partent au STO, dont 20 volontaires. Une vaste opération de survie devait ainsi marquer l'existence de milliers d'employés et d'artistes de Pathé-Marconi pendant cinq ans.  

 

Source : dossier Bérard, Archives Nationales

"Chatou, une page de gloire dans l'industrie" - édition Chatou Notre Ville


 

LIVRE INDUSTRIE COUV.jpg




15/09/2009

VESTIGES DE LA COLLABORATION

BOISSON.jpg

 

 

Né en 1894, fils d’instituteurs devenu fonctionnaire colonial, Pierre Boisson assuma les plus hauts postes dans les années trente et à la veille de la deuxième guerre mondiale, ne pouvait être suspecté de sympathie pour l’ennemi. Haut-commissaire de la République française à Yaoundé en 1936, il  fit avorter les tentatives allemandes de pénétration au Cameroun. Nommé gouverneur général de l’Afrique Occidentale Française du 29 octobre 1938 au 10 août 1939 puis gouverneur de l’Afrique Equatoriale Française le 3 septembre 1939 par le ministre des Colonies né à Chatou, Georges Mandel, il tenta en vain en juin 1940 de constituer un bloc africain contre l’Allemagne aux côtés de l’Angleterre.

 

Nommé de nouveau le 25 juin 1940 gouverneur de l’Afrique Occidentale Française mais cette fois par le gouvernement Pétain, il changea d’attitude et comme quantité de responsables, poursuivit avec aveuglement jusqu’en 1942 une politique fidèle à Vichy tout en s’opposant aux desiderata de Laval d’autoriser  l‘armée allemande à prendre pied dans le vaste territoire qu’il administrait. Il fit notamment échouer le débarquement anglo-gaulliste de Dakar en septembre 1940, persécuta les gaullistes et les communistes, créa la Légion française des combattants d'Afrique, fit appliquer les lois de Vichy sur les juifs et les francs-maçons bien qu’une certaine tiédeur dans les sanctions contre ces derniers fit son impopularité dans les milieux collaborationnistes. Le débarquement américain en Afrique du Nord le rallia à la cause des Alliés que le général de Gaulle trouva à juste titre bien mal avisés de s’adjoindre ses services  même si le gouverneur général tentait de faire oublier ses « exploits » passés en augmentant la production agricole pour les armées de la Libération en Afrique.

 

A la suite du départ du général Giraud en 1943 du Comité Français de Libération Nationale, Pierre Boisson donna sa démission le 13 juillet 1943. Il fut convoqué en novembre 1943 devant une commission d’épuration, mis en résidence surveillée à Alger, inculpé par le Tribunal militaire d’Alger et révoqué sans pension en octobre 1944. Transféré en France en mars 1945, il fut autorisé à résider chez lui à Chatou en raison de ses problèmes de santé. Condamné à l’indignité nationale par la Haute Cour de Justice, il mourut quelques mois plus tard à son domicile du 63 rue des Cormiers le 20 juillet 1948. L'acte de décès fut signé par Jean-Louis Marie Fournier, adjoint du maire Henry Vercken, et Pierre Emile Aubert, gouverneur des Colonies, retraité, Officier de la Légion d'Honneur. Cet épisode de l’après-guerre prend de nouveau Chatou à témoin dans la pèriode de la Collaboration.

 

 

 

Acte de décès de Pierre Boisson: source Etat-Civil de Chatou

12/10/2007

LA PASSERELLE DU PONT ROUTIER EN JUILLET 1940

 

a66f7c0627403db7b6b3644fff9ebc28.gif

 

 

 

Le pont routier de Chatou avait été dynamité par l’armée française peu avant l’arrivée des allemands, ressuscitant pour les Catoviens l’usage antique du bac pour traverser les rives de la Seine. L’invasion perpétrée, la municipalité fit établir une passerelle métallique (ci-dessus). Une affiche à chaque entrée prévint : « La passerelle de Chatou ne peut porter que vingt personnes espacées tous les deux mètres. Au-delà, danger mortel. Le passage des voitures de plus de 500 kilos est interdit aux heures d’affluence. »

 

399feeed44c7c91a4b4c9552974277bd.gif

La passerelle de Chatou en juillet 1940. Désormais la liaison entre Paris et Chatou serait placée sous le signe de la nécessité et du couvre-feu.

 

 

09/10/2007

LES BOMBARDEMENTS SOUS L'OCCUPATION

Bombardement du 3 mars 1942 (allié)

Rapport du lieutenant commandant la subdivision des sapeurs-pompiers :

« le mardi 3 mars 1942, vers 21 heures, alerté par la présence dans le ciel de très nombreuses fusées éclairantes et par quelques bruits assourdis, j’ai immédiatement pris la décision de me rendre à mon poste de commandement à la mairie où je suis arrivé vers 21h10.

La situation paraissant devoir s’aggraver, j’ai immédiatement fait appel au piquet de service. Celui-ci était réuni au complet au poste vers 21h30. Pendant la durée des bombardements , environ deux heures, j’ai contrôlé au mieux les directions d’éclatements de bombes ainsi que la position des fusées éclairantes par rapport au territoire de Chatou.

Ces fusées paraissaient former un cercle dont le centre pouvait se situer au fort du Mont Valérien. Je crois qu’au moins  six vagues d’avions se sont succédées au cours des bombardements.

Vers 23 heures, une bombe de fort calibre est tombée en Seine au droit de l’église. Je me suis rendu immédiatement sur les lieux. J’ai eu le regret de constater que les habitants ne tenaient aucun compte des avis réitérés de la Défense Passive, circulaient sur le Quai de l’Amiral Mouchez au risque d’être blessés par les projectiles lancés par la DCA allemande. Vers 23h15, Monsieur Boisserie s’est présenté accompagné d’une vieille dame blessée par des éclats de verre, elle a été immédiatement pensée par Mademoiselle Thomas, pharmacienne.

Les bombardements ayant pris fin à 23h55, j’ai invité le personnel de mon piquet à se rendre dans les divers quartiers où la chute de bombe avait été signalée.

Des rapports qui m’ont été fournis et que je confirme pour m’être rendu sur place par la suite, il appert :

 1°)  Quartier du Pont et de l’Ile de Chatou :

3 bombes sont tombées sur ce quartier

 -         1 en Seine au droit de l’église où les vitraux ont été sérieusement endommagés

-         1 autre dans l’Ile de Chatou à proximité immédiate du pont route, celles-ci causant de sérieux dégâts à des hangars des entreprises chargées de la construction de l’émissaire Sèvres-Achères

-         la 3ème également dans l’Ile mais beaucoup plus loin

La déflagration consécutive à l’éclatement de ces bombes a provoqué le bris de très nombreuses vitres et le soufflage de toitures, notamment dans le chemin du Bac

 2°) Avenue Gambetta :

-         1 seule bombe de fort calibre a éclaté au droit du n°10 de cette voie. Dégâts matériels assez importants, notamment aux immeubles ci-après :

-         n°10, Monsieur Mandrin, propriétaire

-         n°23, Monsieur Riaggi

-         n°27, Madame veuve Pottot

Soufflage de toitures et bris de vitres dans tout le quartier.

 3°) Chemin des Vignobles :

Chute de 7 bombes à proximité également de 3 petites habitations de Messieurs Jedresko, Urida, Bauer.

Après cette visite, j’ai toutefois maintenu sur place mon piquet. A 11h05, monsieur le commissaire de police par l’intermédiaire du brigadier Turpin m’a fait connaître que la commune de Montesson demandait du secours pour lutter de concert avec les sapeurs-pompiers de Montesson contre l’incendie qui ravageait les usines Bénet, route de Sartrouville. »

D'autres bombardements atteignirent Chatou mais nous sommes obligés faute de documentation suffisante d'en faire mention pour mémoire.

Bombardement du 31 décembre 1943 (allié)

Ce bombardement est signalé sans détail dans le registre des délibérations du conseil municipal. On apprend seulement que la voie ferrée a été touchée mais qu'elle a été rétablie dans un "temps record".

Bombardement du 2 septembre 1944 (allemand)

Une fusée de type V1 tomba sur la villa Lambert, détruisant deux maisons et faisant deux blessés légers.

 

A suivre

 

06/10/2007

1944 : UN "GRAND PATRIOTE"

Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de Chatou du 10 septembre 1944 :

« Le Comité de Libération de Chatou demande instamment au gouvernement provisoire de la République d’autoriser le retour en France du grand patriote qu’est Maurice Thorez. Monsieur Thorez qui a dû, pour pouvoir continuer à diriger le combat anti-hitlérien, se soustraire aux menaces précises d’incarcération que faisait peser sur lui le gouvernement Daladier, organisateur de la défaite en 1940, en faisant arrêter les meilleurs militants ouvriers, ne peut, bien au contraire, être considéré comme un déserteur. Monsieur Thorez, homme politique inattaquable, est un grand Français qui doit reprendre sa place parmi nous. »

N.B : aprés la signature du pacte germano-soviétique, le parti communiste est interdit en France le 26 septembre 1939. Le secrétaire de l'Internationale Communiste, Dimitrov, envoie un télégramme au secrétaire général du PCF, Maurice Thorez, pour lui demander de déserter. Thorez arrive à Moscou le 8 novembre 1939. Il y restera jusqu'à la Libération.

MARIANNE MALMENEE

Le 8 novembre 1942, le maire Monsieur Ramas rappela qu’au mois d’août le buste de la République avait été enlevé à son insu de la salle du conseil municipal et qu’il l’avait fait remettre en place dés qu’il eut connaissance de la soustraction commise. Diverses lettres anonymes lui ayant été adressées tendant à l’enlèvement du buste, ainsi que par un membre du conseil municipal, Monsieur Tassart du conseil écrivit au préfet. Le secrétaire de préfecture fit cette réponse qui peut nous paraître étrange aujourd’hui : « j’ai l’honneur de vous faire connaître qu’au terme des directives adressées par Monsieur le Préfet délégué du Ministre de l’Intérieur, il n’y a pas lieu  de procéder au retrait du buste de la République dans les édifices publics, la forme du gouvernement n’ayant pas été modifiée constitutionnellement. »

(in Registres des délibérations du conseil municipal)

15/09/2007

1940 : AVANT L'ARMISTICE

Chatou compte alors 11861 habitants. Le maire, Jules Ramas, ingénieur des Arts et Métiers, conseiller municipal de 1919 à 1925 et de 1929 à 1935, apparenté à l’Union Républicaine Démocratique (principal groupe de la droite à la Chambre) et “candidat d’Union Républicaine Nationale”, a été élu à la suite de Léon Barbier, radical-socialiste, qui ne se représentait pas, en 1935.

 AU CONSEIL MUNICIPAL - JANVIER-MAI 1940

Séance du 21 janvier 1940 :

Hommage à l’ingénieur du Génie Maritime, Maxime Laubeuf, créateur du submersible « Le Narval », premier des sous-marins modernes.

M. Ramas, maire, rappelle que Maxime Laubeuf, ancien ingénieur en chef des arsenaux de la marine  de Guerre, mort fin décembre 1939, était né à Paisou  en 1864 et que, fils d’Alexandre Laubeuf, maître charpentier, il était le petit-neveu de François Laubeuf, qui assumant en 1870-1871 les fonctions de maire de Chatou, aurait été fusillé par les allemands s’il n’eut été sauvé par l’intervention héroïque de l’abbé Borreau, curé de la ville. Maxime Laubeuf était apparenté comme petit cousin issu de germain, aux familles Laubeuf et Médard qui résident toujours à Chatou, et deux fils lui survivent. Au nom de tous, Monsieur le Maire leur exprime ses condoléances. Monsieur le Maire résume ensuite la carrière de Maxime Laubeuf :

Entré jeune au collège Chaptal, il fut reçu dans les premiers à Polytechnique où il sortit idéalement dans les premiers en 1883. En 1887, il était nommé sous-ingénieur de la Marine. En 1891, il était ingénieur. En 1900, il fut désigné comme ingénieur en chef des arsenaux de la Marine de Guerre. Il se distingua en 1898, lors d’un concours pour l’élaboration d’un torpilleur pouvant naviguer sous l’eau en présentant le projet du submersible « Le Narval » qui fut primé et adopté de sorte qu’il est juste de reconnaître en lui le premier constructeur de sous-marin doté des qualités militaires indispensables.

De 1900 à 1904, il remplit de nombreuses missions à l’étranger, au titre de la Marine. Dés 1904, des chantiers placés sous sa direction sortirent : le Nautilus, le Farfadet, le Pluviôse etc…En 1906, il quitta le service actif pour se consacrer aux études de submersibles et torpilleurs. A deux reprises, en 1900 et 1908, il fut lauréat de l’Académie des Sciences dont il devint membre  jusqu’en 1920. En 1914, il reprit du service actif jusqu’à la fin des hostilités et continua ultérieurement une vie tout entière consacrée au travail et à l’étude.

Le conseil à l’unanimité décide de lui attribuer le nom du quai de Seine entre le pont de chemin de fer et Croissy.

Séance du 29 février 1940 :

Lecture est donnée au conseil :  

1°) d’une lettre de Madame Holme, femme du ministre de Finlande, présidente d’honneur du comité pour l’aide aux victimes finlandaises, remerciant la commune de son geste généreux envers cette œuvre (subvention de 500 F).

2°) d’une lettre de Monsieur le Préfet de Seine et Oise félicitant le Maire et les membres du conseil municipal pour leur généreuse initiative envers l’héroïque Finlande  

La récupération des ferrailles s’est élevée à environ 20 tonnes, dont le produit 2957 F a été versé au bureau de bienfaisance.   Cette somme est destinée spécialement à venir en aide aux familles de mobilisés. Les hommes et les véhicules nécessaires à l’enlèvement et  au transport ont été mis gracieusement à la disposition de la commune par les unités actuellement cantonnées à Chatou. Les remerciements du conseil ont été adressés.      

 

Séance du 25 mai 1940 :    

Le conseil  : 

  -   affirme sa pleine confiance dans les armées Françaises et Alliées

-    salue les combattants ainsi que leurs familles auxquelles il est uni de cœur

 -    exprime sa profonde sympathie pour les réfugiés qui ont dû quitter leur foyer sous la poussée barbare des allemands et prend les dispositions en son pouvoir pour alléger leurs souffrances matérielles et morales. Il remercie les dames de la Croix Rouge de leur ardent dévouement et met à leur disposition une somme de 1000 F prélevée sur le quatrième des dons de 5000 F chacun, que M.Martin vient de mettre à la disposition de Monsieur le Maire.  

Le conseil décide de créer à l’école maternelle Jules Ferry une garderie similaire à celle fonctionnant à l’école Paul Bert. Celle-ci est ouverte depuis le lundi 20 mai 1940 et est appelée à fonctionner tous les jours, même pendant les vacances de Pâques, Pentecôte etc, dimanches et fêtes exceptés. Des subventions sont votées à l’assistance des femmes en couches, à la famille, aux vieillards, à l’assistance médicale gratuite, au sanatorium, aux aliénés, aux 21 réfugiés.

 

DANS LES AIRS ET SUR TERRE EN JUIN 1940 :

Le 3 juin 1940, l'aviation allemande bombarda la Seine-et-Oise à l'appui de 50 Dornier épaulés par 50 chasseurs, tuant 87 personnes, dont 74 civils et en blessant 332 autres. Un dépôt d'essence de la Défense Nationale sauta à Chatou. Il avait été disposé dans l'une des usines de Pathé-Marconi.

bcc2602b28fb009749085f4e93b90352.gif
Appareil Dornier de la Lutwaffe à l'instar de l'escadrille
qui pilonna la Seine-et-Oise le 3 juin 1940.
Les rares avions français rencontrèrent de brillants succés mais l'état-major et la classe politique dans son ensemble (sauf peut être Georges Mandel ministre des Colonies ) n'eurent pas conscience de la lacune extrêmement grave qu'ils entretenaient au sujet de l'aviation militaire. 

Aprés huit mois de "Drôle de Guerre", l'impréparation militaire totale de l'armée française ajoutée aux sabotages d'usines d'armement ou de l'aviation valut 92.000 morts et plus de deux millions de prisonniers à la France en trois semaines d'engagement, et une défaite sans précédent depuis 1871. Parmi les victimes, René Chantreux fut tué à Chatou dans la nuit du 12 au 13 juin lors de l'entrée des allemands dans la ville, ceux-ci lui assénant une rafale de mitraillette alors qu'il tentait de se réfugier dans un café de la rue de la Paroisse. L'ingénieur du Génie Maritime Henri Ramas, fils du maire Jules Ramas, âgé de 37 ans, fut quant à lui tué le 18 juin  à côté de ses pièces de batterie à Saint-Sauveur de Pierrepont dans le Cotentin par un obus aprés avoir refusé l'ultimatum de la division Rommel avançant vers Cherbourg (prise le 19 juin) et permis l'évacuation de troupes vers l'Angleterre. 

ade066b597d1e1237f5b5cb03d836ccb.gif
La sépulture d'Henri Ramas dans le cimetière de Chatou

L'atmosphère du désastre se lit dans la photographie du conseil municipal avec les épouses des maire-adjoints solidaires du deuil de Madame Ramas (ci-dessous à droite sur la photo). 

f1023810c3df81342a1971dbfd238d24.gif
Le conseil municipal en juin 1940
L'armée allemande occupe Chatou depuis le 13 juin.
Au centre avec moustache, le maire, Jules Ramas.
La photo est prise devant sa villa au 20 avenue du général Sarrail.
Cliché archives municipales de Chatou

 

 

 

Georges Mandel (né à Chatou le 5 juin 1885)

le seul ministre conscient du rôle de l'aviation ?

0b229a2976e9bec6a9c6a47142cc2668.gif

 

Avril 1938 : Daladier nouveau chef de gouvernement donne à choisir le ministère de l’Air ou celui de l’Outre-Mer à Georges Mandel. Celui-ci accepte le ministère de l’Air qu’il juge déterminant mais devant la réaction d’hostilité de l’état-major redoutant les éclats et l'emprise de Mandel sur l'opinion publique, Daladier capitule et place Mandel à la tête des Colonies.

Laissons parler Bertrand Favreau, l’un de ses biographes : « Ecarté du ministère de l’Air, Mandel allait néanmoins se préoccuper de l’aéronautique. A son arrivée, l’aviation coloniale était indigente : 109 avions pour tout l’Empire, dont 22 de facture récente. En décembre 1939, il y en avait 209, dont 77 de la dernière génération. Pour spectaculaire qu’elle fut, la progression était insuffisante. Aussi Mandel décida-t-il de créer en Indochine une usine de construction d’avions d’une capacité de production de 150 appareils par an. Le gouverneur général opposait le poids de la charge financière, qui allait grever les finances de l’Union Indochinoise. Il fut placé en congé et remplacé (par le général Catroux, qui devait faire partie des premiers ralliés à de Gaulle). Le ministre de l’Air refusait les moyens nécessaires à l’instruction d’aviateurs. Qu’importe ! Mandel acheta des avions d’entraînement en Angleterre et confia au colonel Louis Castex la direction d’une école de pilote en Indochine (…) ».

In « Georges Mandel ou la passion de la République 1885-1944 » (collection « Pour une histoire du XXème siècle » Fayard – 1996) 

Mandel à la Défense Nationale pendant plusieurs années aurait pu freiner le cours de la défaite. Mais marginalisé au milieu d’un torrent d’incuries et d’étroitesse d’esprit, son autorité ne put s’épanouir à la mesure de l’ambition de réarmement du pays  qu’il nourrissait depuis vingt ans.