1804

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2018

2018 - EN VOITURE !

 

LOGO PETIT.jpg

 

A tous nos adhérents et sympathisants

Nous adressons nos meilleurs voeux pour 2018

 

Nous ferons en sorte que ce soit l'année

de l'achèvement de l'inventaire

du patrimoine bâti

pour lequel nous continuons d'oeuvrer inlassablement

 

RAPPORT INVENTAIRE 1.JPG

 

A l'initiative de l'association, ce sera également l'année

du lancement d'un circuit historique en petit train

expérience inédite dans la Boucle

 

Une conférence-promenade sur Chatou en petit train d'1h15

est en effet programmée le

DIMANCHE 8 AVRIL 2018

avec nos guides Pierre Arrivetz / Marc Héritier / Monique Héritier

au départ de la place Maurice Berteaux

(prix de la place 10 euros / règlement par chèque

- inscription par mail à chatounotreville@orange.fr )

aux horaires suivants :

10h30 / 14h / 16h

IMAGE PETIT TRAIN.jpg

Petit train de la société SFAPA, leader des petits trains

 

En raison du nombre limité de places,

n'hésitez pas à réserver dés maintenant.

Notre équipe sera heureuse de vous accueillir

 

Merci de votre fidélité

Bonne année à tous

et en voiture !

 

LOCO DU PATRIMOINE.jpg

 

 

15/12/2017

VENEZ DECOUVRIR LE NOUVEAU CINEMA DE CHATOU

CINEMA 2017 1.jpg

Extrait de My Chatou - novembre 2017 - Ville de Chatou

 

La société ANIM'ACTION, délégataire de service public historique depuis trente ans à Chatou et par ailleurs délégataire des théâtres et cinémas de Rueil, avait alerté il y a plusieurs années sur les conditions d'exploitation du cinéma de Chatou, rendez-vous prisé du 7ème art dans la Boucle de Seine du haut de sa très belle salle de 400 places. La baisse de la fréquentation depuis 15 ans corollaire au développement du numérique et au renouvellement plus avancé de l'attractivité des cinémas parisiens, l'absence de versement de rémunération du gérant depuis plusieurs années pour pouvoir régler les salaires des employés, le fait que le cinéma n'est pas subventionné contrairement à d'autres salles, tout concordait pour créer une seconde salle afin de sauver l'activité. Nous avions entendu ce message important pour la vie de la commune, au point que le président de l'association, présent pour une série d'affaires d'intérêt local lors des élections municipales de 2014, avait, seul, inscrit ce projet dans son programme. 

Consciente de son côté d'une situation critique, la municipalité a programmé en 2015 les travaux de transformation nécessaires à l'agrandissement et la mise aux normes du cinéma, ascenseur, évacuation, extincteurs, places en fauteuils roulants étant désormais dans l'offre de service. Ces travaux considérables ont pris fin il y a quelques semaines.

CINEMA 2017 3.jpg

Nous vous donnons quelques photos ici du bulletin "My Chatou"  de novembre 2017. On ne peut que saluer et remercier l'engagement de tous les intervenants dans cette opération d'utilité publique en souhaitant, même si l'urgence est pour l'instant surmontée, que le cinéma puisse un jour se voir offrir les moyens d'ouvrir une troisième salle pour ne pas se laisser dépasser dans l'avenir.

Rappelons que nous avons pu établir un partenariat sous le sceau du patrimoine cinématographique avec ANIM' ACTION lequel nous a permis de diffuser "Normandie Niemen", film de 1959 de Jean Dreville avec l'acteur né à Chatou rue du Val Fleuri Pierre Trabaud (1922-2005) en présence d'acteurs du films en 2013 , "La Main au Collet" de 1954 d'Alfred Hitchcock en 2014 avec Madame Brigitte Auber, actrice du film, pour fêter les vingt ans de l'association. Un troisième projet mais très lourd financièrement est en cours de réalisation puisqu'il s'agit de la transformation d'une bobine de 16 mm du film "Horizons sans fin" de 1953 de Jean Dreville assisté de Georges Lautner avec l'acteur catovien Pierre Trabaud sur l'héroïne de l'aviation française de l'entre-deux-guerres, Hélène Boucher.Le patrimoine cinématographique de Chatou a été mis à l'honneur grâce à nos amis José Sourillan, ancien directeur des archives de RTL et Nicole Trabaud, épouse de l'acteur catovien disparu.

                                             

PIERRE TRABAUD AVION.jpg

LA MAIN AU COLLET.jpg

LA MAIN AU COLLET.jpg

Brigitte Auber et Cary Grant dans "La Main au Collet" (A. Hitchcock - Paramount - 1954) - cf notre rubrique "Les 20 ans de l'association"

Dans l'attente de vous donner rendez-vous pour une nouvelle aventure cinématographique en 2018, réservez en ligne vos places au cinéma de Chatou et prenez vos abonnements ! moins cher que les cinémas parisiens, il continue, dans un cadre privilégié, à offrir la découverte du 7ème art à l'aune d'une programmation remarquable.

 

Cinéma de Chatou : http://www.cine-chatou.fr/

 

Bandeau site (1).jpg

 

 

 

07/12/2017

DU 11 AU 26 NOVEMBRE 2017, LA MEMOIRE DE CROISSY A FAIT LE PLEIN

 

 

EXPO 1.jpg

EGLISE.JPG

A Croissy, le quartier de l'Eglise Saint-Léonard, situé sur les bords de Seine, fait faire un saut dans le temps. Contrairement à Chatou dont les bords de Seine et l'entrée de ville ont été défigurés à l'aune d'un plan stalinien dans les années soixante, Croissy a conservé un charme aujourd'hui prisé de voyageurs d'Europe et des Etats-Unis. C'est précisément dans l'Eglise que la Mémoire de Croissy - au sein de laquelle nous sommes représentés et qui a désormais pour président Monsieur Arnauld Bousquières - donne régulièrement rendez-vous aux habitants pour découvrir leur histoire. A titre d'exemple, qui sait qu'Eugène de Beauharnais vivait chez le menuisier Cochard sous la Révolution ?

DSCN7725.JPG

DSCN7721.JPG

DSCN7724.JPG

Le travail considérable réalisé par l'association doit beaucoup à Monsieur Fratacci et au comité de pilotage qui anime La Mémoire. La centaine de panneaux exposés permettait pour un écolier ignorant l'histoire du XIXème siècle d'épouser la perspective de ce siècle si mouvementé tout en la rapportant à la commune. On note d'ailleurs un public qui tend à se rajeunir.

MARAICHAGE.JPG

Les visiteurs, au nombre de 1318 en 15 jours, ont pu reconnaître l'évolution de leur ville et se faire une idée plus éloquente d'un passé associant le maraîchage, l'artisanat et l'industrie,  les changements politiques, les guerres et leurs occupations diverses, l'oeuvre des Impressionnistes, la scission du hameau du Vésinet en 1875 constituée par la perte de l'Asile impérial...A noter que Croissy est notre voisine et presque une partenaire historique dans les aventures et déboires du XIXème siècle.

LES PRUSSIENS 1870.JPG

C'est en adhérant à la Mémoire que l'on retrouve l'histoire de la commune présentée dans ses publications, y compris à la suite de ses expositions. Une invitation que nous vous faisons au nom du travail exceptionnel de bénévoles de longue date qui ont réussi à faire vivre l'identité de Croissy depuis des décennies et pour lesquels la plus  belle récompense est l'appropriation par les Croissillons de leur histoire.  

3 PARTICIPANTS.JPG

A l'accueil de l'exposition, des administrateurs de choc : deux anciens présidents de l'association, Messieurs Norbert Fratacci, Chevalier des Arts et des Lettres et Georges Arens ainsi que Madame Michèle Callot.

 

* La Mémoire de Croissy organise expositions, visites, publications...venez la rencontrer :

La Mémoire de Croissy - 12 Grande Rue, 78290 Croissy-sur-Seine - 06 64 67 00 90

lamemoiredecroissy@free.fr

 

 

Bandeau site (1).jpg

24/11/2017

L'HISTOIRE DU PARC DE CHATOU EN LUMIERE

DSCN7494.JPG

Chaque panneau est signé des divers participants à l'opération, Ville de Chatou, Parc de Chatou, Chatou Notre Ville

 

L'association a inauguré le 11 novembre 2017 en présence de Monsieur Ghislain Fournier, maire de Chatou et vice-président du Conseil Départemental, et de Madame Gabrielle Grenz, déléguée au circuit historique du Parc de Chatou, épouse de notre administrateur Elie Marcuse et maître d'oeuvre, un circuit historique de 5 panneaux rappelant le passé exceptionnel de cet emplacement devenu une résidence pavillonnaire dans les années vingt.

P1020220[1].JPG

Ce circuit, que l'association a à la fois initié en présentant différents panneaux à thèmes à la suite de nouvelles recherches historiques et financé pour partie avec la Ville et le Syndicat des propriétaires du Parc de Chatou, donne à l'histoire de notre ville un relief particulier. Du XVIIIème siècle au XXème siècle, les témoignages d'une partie de notre histoire de France se trouvèrent concentrés dans ce lieu. Nous vous invitons à découvrir ce circuit situé d'une extrémité à l'autre de l'avenue Adrien Moisant, voie principale du parc ouverte à la promenade du public.

P1020207[1].JPG

Nous rappelons à nos internautes que l'association, actuellement concentrée sur l'inventaire historique des bâtiments intéressants de la commune, est également l'initiatrice de l'exposition sur le quai de la gare sur l'histoire de la ligne Paris-Saint-Germain (2008), de l'hommage à l'architecte Eugène Bardon avenue d'Aligre (2009), de la pose d'un médaillon en bronze sur la maison natale du ministre Georges Mandel grâce à la générosité de la Société des Amis de Georges Clemenceau (2008), de la dénomination d'une placette en l'honneur d'Emile Pereire (2010).  Nous retenons l'accueil favorable chaque fois réservé à ces projets par la Ville lequel a permis leur aboutissement. Notre objectif de revalorisation patrimoniale de Chatou se poursuit. Nous remercions nos adhérents sans qui rien n'aurait été possible.

 

LOCO DU PATRIMOINE 3.jpg

19/11/2017

QUAND LE GAUMONT-PALACE ECLAIRAIT LES ARTS DECORATIFS (1931)

 REMON GAUMONT 2.jpg

Le décorateur catovien Georges Rémon (1889-1963), habitant du 61 avenue Foch, a animé la chronique des Arts Décoratifs pendant l'entre-deux-guerres, en particulier dans la revue "Mobilier et Décoration" dont il fut l'un des rédacteurs jusqu'en 1932.

Le sujet que nous reproduisons après recherches à la bibliothèque Forney est un thème flatteur pour l'industrie du cinéma mais aussi un témoin disparu de son passé glorieux : le Gaumont Palace autrefois situé 1 rue Caulaincourt dans le 18ème arrondissement de Paris.

Acheté et rénové par Gaumont en 1911 qui en fit l'une des plus grandes salles de spectacle et son siège social, il fut transformé en salle Art Déco de 5.000 places en 1931 par la firme.  Vendu en 1973 pour des questions de rentabilité et par ailleurs non protégé, il fut entièrement rasé. 

Mais laissons le catovien George Rémon évoquer cette oeuvre qui vint soutenir l'Art Français.

"J’ai, sous les yeux, l’excellente description publiée par la société Gaumont sur les transformations subies par le Palace du boulevard de Clichy, devenu, par l’ampleur de ses proportions, par le nombre de places qu’il contient et, plus encore, par l’importance des aménagements techniques et scientifiques qui y ont été introduits, le plus magnifique et le plus moderne de nos cinémas.

On a bien raison d’y évoquer l’historique de cette grandiose salle de spectacle depuis l’Hippodrome, la piste gigantesque en forme d’ellipse où évoluaient, sous le règne de Bostock, des multitudes de personnages et d’animaux dans un décor qu’on voulait le plus fastueux possible.

C’est en effet un chapitre que Paul Morand devrait ajouter à cette piquante chronique rétrospective intitulée par lui : 1900. Le stade original fut ensuite scindé en deux lorsque la société Gaumont transforma il y a une dizaine d’années le cirque aux destins éphémères en une salle de spectacle cinématographique. Simple adaptation qui laissait subsister toutes les caractéristiques de l’ancienne construction et qui ne correspondait pas aux progrès étonnants  accomplis par le cinéma dans ses multiples avatars.

La société Gaumont décida de réaliser une synthèse imposante des problèmes qui se posent désormais aux fabricants de spectacles et en matière de ventilation, d’hygiène et de confort, de technique du son, de l’éclairage, en matière de visibilité, en soumettant d’une manière aussi rigoureuse que possible le parti décoratif aux lois de la nécessité.

L’entreprise en fut confiée à Monsieur Henri Belloc, qui venait d’édifier le Palais Rochechouart avec un sens extrêmement averti des difficultés du problème.

La place ne nous permet pas d’examiner dans le détail tous les points qui ont été abordés au Gaumont-Palace et résolus. Mais du moins indiquerons-nous les données que nous tenons pour tout à fait essentielles.

Nous n’aurons pas à insister autrement sur la façade qui masque fort opportunément l’ancienne et lui substitue un ensemble ordonné avec beaucoup de simplicité. C’est moins une façade qu’un grand frontispice, une page magistrale d’architecture publicitaire, une immense enseigne lumineuse répondant entièrement à sa destination.

La lumière irradie par et à travers la marquise pourtournant le vaste édifice ; elle jaillit des grandes baies, elle ruisselle en cascade des gradins qui couronnent le tout.

 

REMON GAUMONT 3.jpg

Si l’on pénètre dans le hall, on est d’emblée frappé de ses harmonieuses proportions. Le plafond éclairant affecte une forme originale, un dessin dont le mouvement curviligne inusité accentue la grandeur.

Les tonalités ont été choisies avec goût, les revêtements en marbre, le sol en rose, les portes et les rampes en métal chromé composent un ensemble d’où toute surcharge est exclue et qui a fort belle allure.

 

REMON GAUMONT 4.jpg

La salle, immense vaisseau, accusera, du reste, ce caractère de parfaite unité, mais les proportions en sont si heureuses que l’impression grandiose qui s’en dégage n’apparaît point énorme ou monstrueuse. Tout y est motivé, tout y est à sa place, tout y parle un langage discret et sobre.

 

REMON GAUMONT 5.jpg

L’ancienne salle se trouvait en réalité à la hauteur d’un étage. Monsieur Belloc a ramené la nouvelle salle au rez-de-chaussée et logé en sous-sol divers services.

REMON GAUMONT 7.jpg

L’écran a été reporté assez loin en arrière de l’ancien écran. Mais il fallait respecter à la lettre les prescriptions impérieuses de la préfecture de police. Aussi bien était-il devenu nécessaire de modifier la largeur des couloirs de dégagement et des galeries et d’autre part d’assurer entre les rangées de fauteuils les intervalles réglementaires. On remarque au plafond dont la voûte domine une courbe très aplatie, une succession de nervures transversales. Elles jouent le rôle d’amortisseur de son. L’acoustique a fait l’objet d’études remarquables. L’avènement du film sonore et parlant  a rendu le problème acoustique singulièrement complexe et épineux et on louera Monsieur Belloc et la compagnie Radio-Cinéma dont les savantes observations ont  été couronnées de succès.

 

REMON GAUMONT 8.jpg

L'escalier menant à la salle surplombé par le plafond lumineux du hall

 

La résistance aux réverbérations sonores est assurée par le choix judicieux de matériaux. Les parois des murs sont revêtues d’un feutre peint à une seule couche au pistolet d’un effet très heureux.

Notons encore la forme du sol en cuvette pour permettre de voir la scène de toutes les places. L’architecte a construit deux galeries, la seconde en retrait sur la première.

On remarquera le dessous du balcon réalisé au moyen de gorges en staff et contenant des dispositifs  prévus au point de vue de l’acoustique, de l’éclairage et de la ventilation.

 

REMON GAUMONT 11.jpg

Les fauteuils sont garnis de rouge, armés d’un bâti métallique. Les soubassements en matière incombustible, imitent les frisures d’un bois très foncé. La scène qui compte prés de 15 mètres de hauteur sur 22 de large, est flanquée de deux grands pylones contenant les escaliers d’accès aux chambres des orgues dont on aperçoit les abat-sons éclairés par réflexion.

REMON GAUMONT 12.jpg

Le rideau est en velours rouge, du même ton que les fauteuils. L’ensemble est remarquablement majestueux et impose au spectateur une impression d’intimité et de concentration vraiment subjuguante. A l’entr'acte, on visitera les salons de thé. Le bar, le foyer de la corbeille, les galeries promenoirs, on remarquera dans celle du premier une suite de fresques réalisées au pistolet sur un fond d’argent patiné par un décorateur de talent, Monsieur Gaston André.

REMON GAUMONT 13.jpg

Mais pour avoir une idée complète du splendide travail accompli au Gaumont-Palace, lequel prétend à être le plus grand grandiose « Palais du son et des images vivantes »  connu, il est indispensable de se rendre compte de la nature, de la variété et de l’importance de toutes les installations nécessitées par l’équipement technique électro-technique.

Et n’ayons garde d’omettre que la scène est organisée en prévision de toutes les manifestations spectaculaires possibles, y compris le théâtre, la musique et la danse, et que derrière la scène ont été aménagées les loges d’artistes et les divers services avec ce luxe de confort et de commodité que l’architecte a pu et su apporter dans les moindres parties du prestigieux ensemble qu’il avait à réaliser."

 

Georges Rémon

Mobilier et Décoration - 1931 

                                                                  

Source :

Bibliothèque Forney - Ville de Paris

 

 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

Locomotive SNCF P241 (1948-1952), emblème de l'association

 

 

18/11/2017

LE 22 NOVEMBRE 2014 POUR FETER SES 20 ANS, CHATOU NOTRE VILLE A RASSEMBLE AUTOUR DE LA PROJECTION DE LA MAIN AU COLLET (1954) D'ALFRED HITCHCOCK

BRIGITTE AUBER CARY GRANT.jpg

 

Discours d'introduction : Madame Brigitte Auber témoignant pour la première fois sur son aventure "hitchcokienne" de 1954. Une personnalité dont la jeunesse de coeur transparaît dans la vie et à l'écran et dont le rôle dans "La Main au Collet" asseoit le caractère attachant.

 

 Publié avec l'autorisation spéciale de 

Monsieur Sébastien Tiveyrat

responsable de la société éditrice 

http://www.swashbuckler-films.com/

Tous droits réservés

 et nos vifs remerciements à Monsieur Patrick Muller

 

Le samedi 22 novembre 2014, en présence de Madame Brigitte Auber, actrice clé du film, le grand public a pu redécouvrir "La Main au Collet" d'Alfred Hitchcock sur l'écran du cinéma de Chatou au titre de l'anniversaire des vingt ans de l'association.

 

LA MAIN AU COLLET.jpg

 

Un grand moment soutenu par des personnalités fidèles à nos évènements : Monsieur José Sourillan, ancien directeur des archives de RTL, maître d'oeuvre incomparable de l'ambiance historique sonore et cinématographique de l'association, Arnaud Muller, notre vice-président et sa famille, Madame Anne Catinat, fille de l'ancien maire de Chatou Jacques Catinat, créateur de la salle de cinéma de Chatou en 1976,  Madame Nicole Trabaud, épouse de Pierre Trabaud (1922-2005), notre acteur né à Chatou rue du Val Fleuri, Madame Françoise Arnoul, merveilleuse actrice naguère complice de Jean Gabin dans "French Cancan" (1955), accompagnées des directeurs de théâtres parisiens qui nous ont fait l'honneur de leur présence également. Instants d'émotion devant une salle remplie, grâce à une équipe du cinéma de Chatou qui avait fait diligence à bien des égards emmenée par son directeur, Monsieur Le Bris, et une organisation pour la publicité et le buffet mise sur pied par nos dix-huit administrateurs mobilisés. 

 

CINEMA CHATOU TECHNICIEN.jpg

A "la barre" du matériel 35 mm remis en service, Monsieur Bruno Di Fonzo, projectionniste du cinéma de Chatou.

  

Un petit diaporama sur format de nuits blanches de type "DCP" élaboré par Monsieur Yohann Florentin, informaticien et coach sportif, précéda la projection soutenu par les orchestres symphoniques de musique légère d'après-guerre affectionnés par le président de l'association.

 

Ci-dessus, le diaporama des 20 ans de l'association Chatou Notre Ville - cliquez dessus : actions de sauvegarde, commémorations, conférences, expositions, recherches ayant mené à des éditions de cdrom, coffrets audio, revues, livres, projections cinématographiques consacrées à la mise en valeur du patrimoine de Chatou.

 

N.B: pour revenir sur les videos, cliquez sur le petit cercle en bas à gauche de l'écran video

 

 

Après la projection, très bonne ambiance d'un public à la fois averti et comblé. En 1954, Hithccock a filmé la Provence telle que l'avaient connue autrefois les peintres, quelques années avant sa dénaturation par les buildings, une Delahaye 135 parmi les dernières produites de la marque qui disparaissait s'enfuit dans sa robe rouge dans une course-poursuite avec la police, l'ambiance glamour entretenue par Grace Kelly et Cary Grant est ponctuée par l'interprétation irremplaçable de Jessy Roy Landis et John Williams apportant humour et légèreté. Les quelques longueurs du film sont digérées par le paysage, la distribution et une ambiance qui lui donnent son caractère unique.  On conserve un regret pour le fonctionnement d'un micro sur deux des services techniques gênant l'interview. Brigitte Auber nous apporte de nouveaux témoignages. Grande modestie malgré la scène finale sur des toits reconstitués en studio mais en véritable hauteur avec Cary Grant. Ce dernier, vendu par son père à un cirque, ayant eu une enfance terrible, avait fait carrière comme trapéziste avant de devenir acteur. Un parcours simililaire de Brigitte Auber, trapéziste de son état, et toute jeune actrice encore méconnue aux Etats-Unis. Cary Grant vînt la chercher à l'aéroport pour l'emmener au studio de la Paramount *, un beau soutien alors que les usages étaient l'envoi d'une voiture par la société de production.   

 

 

Un buffet attendait nos participants sous le cinéma salle Jean Françaix où la satisfaction était là, au milieu d'une foule de participants apportant leur enthousiasme et leur adhésion. Soyez remerciés pour votre soutien et ne retenez que nos souhaits de bonnes fêtes de fin d'année et nos meilleurs voeux pour 2015 !

 

* La Paramount a été créée en 1914 notamment par Adolphe Zukor et constitue l'un des plus anciens studios américains en activité. En France, la Paramount a implanté son premier (et unique) cinéma boulevard des Italiens à Paris, le "Paramount Opera" en 1927 dont elle resta propriétaire pendant 80 ans avant que Gaumont ne le reprenne. Paramount a connu son plus grand succès avec "Titanic" en 1997.

 

L'association adresse ses  très grands remerciements à Monsieur Bertrand Laigle, adhérent de longue date, pour toutes ses videos qui nous ont permis de garder témoignage de cette soirée d'anniversaire ainsi qu'à Monsieur Yohann Florentin, qui a converti le diaporama cinéma format DCP pour ce blog.

 

 

 Sans vous, rien n'est possible

Rejoignez-nous

 

 

Le Courrier des Yvelines en parle 

ARTICLE CNV 20 ANS.jpg

 

 

LOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

Locomotive 241 P Mountain SNCF fabriquée aux usines Schneider du Creusot entre 1948 et 1952, moteur 4.000 CV, dernière série des locomotives à vapeur françaises, emblème de l'association.

25/09/2017

DEPOT DU PREMIER VOLUME DE L'INVENTAIRE HISTORIQUE DU PATRIMOINE BATI DE CHATOU

RAPPORT INVENTAIRE 1 (2).JPG

 

Entamées il y a deux ans pour le compte de la Ville de Chatou à la demande de Monsieur Atkins, maire-adjoint à l'urbanisme et de Monsieur Fournier, maire, les recherches historiques sur les bâtiments de Chatou ont fait l'objet lors des Journées du Patrimoine 2017 du dépôt par notre association d'un premier rapport de 345 pages répertoriant des édifices situés entre la voie ferrée et l'avenue Foch représentant un peu plus de 200 adresses sur une période s'étendant du XVIIIème siècle aux années cinquante.

Ce rapport n'est qu'un début, d'une part, parce que les recherches restent encore vaines sur l'identification historique d'une dizaine de maisons qui ont toute leur place dans ce premier inventaire, d'autre part parce qu'il reste tous les autres secteurs à présenter...

 

DSCN7280.JPG

TABLE BLOG.jpg

PAGE BLOG.jpg

Le rapport mentionne pour chaque édifice:

- le propriétaire constructeur,

- les qualités du propriétaire constructeur lorsqu'on les retrouve dans les publications de l'époque,

- la date de déclaration de la construction sur la matrice foncière ou sa date d'achèvement lorsqu'elle est mentionnée,

- enfin le chemin cadastral qui permet d'aboutir à ces informations à  travers les différentes matrices.

Une photo est jointe.

Cette opération - bénévole - nécessite les photos des bâtiments, les photos des matrices foncières, l'immatriculation de chaque fichier image cadastral, le recoupement avec le plan cadastral de 1885, la consultation d'un état des sections et de douze matrices foncières contenant elles-mêmes plusieurs  milliers de cases ou folios. C'est une action bien plus précise et fouillée que ce qui se pratique habituellement à l'aune des bureaux d'études. La quantité et la variété des édifices traités sont également conséquentes comparativement aux études réalisées ailleurs.

Ce travail prendra tout son sens lorsque l'inventaire architectural réalisé par le cabinet Laudinet, lui aussi missionné par la ville et  qui confine à l'excellence,  viendra s'ajouter. 

C'est un nouveau regard sur Chatou que nous pourrons alors faire émerger, une nouvelle politique que l'on pourra mettre en œuvre en matière de protection et de mise en valeur du patrimoine pour Chatou, notre ville.

Pierre Arrivetz

PAGE BLOG 2.jpg

 

LOGO CNV.jpg

 

 

27/08/2017

NOTRE AMI JOSE SOURILLAN NOUS A QUITTES

JSOURILLAN.jpg

En 2003, Madame Stéphanie Salmon, archiviste de Pathé, m'encourageait à participer à un colloque sur la chanson sous l'Occupation à Lyon pour parler de l'usine Pathé-Marconi de Chatou, symbole de l'industrie mondiale du disque, menacée de destruction et finalement détruite un an plus tard. Après bien des réticences sur l'utilité de ce voyage, je m'embarquais. Le hasard fit que je m'assis sans le connaître à côté de José Sourillan sur les bancs de l'amphithéâtre. La discussion s'engagea, continua dans le train au retour. Elle devait durer presque...quinze ans.

Grâce à José, passionné d'histoire, nous pûmes apporter à Chatou un aspect important et méconnu de notre patrimoine, le patrimoine sonore et cinématographique. José était un homme agréable, droit, efficace, modeste et industrieux.

Il était l'auteur de disques qui remportèrent naguère des grands prix du disque (De Gaulle, Leclerc). Il fut pendant vingt ans le directeur des archives de RTL, l'auteur de documentaires (Paris sous l'Occupation, Annabella...) de coffrets audio et d'émissions radiophoniques. Il était l'homme qui savait mettre en valeur, l'homme avec qui un projet historique était toujours possible. Son talent, sa voix, sa science de l'enregistrement, de la mise en scène des documentaires, sa connaissance du XXème siècle permettaient de faire ce qu'aucun d'entre nous n'était capable de faire, mettre en son et en images la voix et l'histoire avec le sens des enchaînements. Eclairer l'histoire, donner une vie nouvelle à des enregistrements et des images méconnus ou éparpillés, tel était son objectif insatiable. 

Nous lui devons beaucoup, énormément même et Chatou aussi : c'est en nous promenant avec lui sur ses conseils à la foire de Vanves que nous découvrîmes il y a presque dix ans un disque incroyable, dernier d'une pile improbable de disques 78 tours sans intérêt : un disque pyral des années cinquante commentant en détail l'activité des usines Pathé-Marconi à Chatou. Nous en avons fait don à la commune quelques années plus tard.

Mais surtout, c'est avec lui que nous avons pu mettre sur pied des manifestations dont il fut l'inspirateur et l'artisan numéro 1 : en 2008, sa conférence sur l'acteur Pierre Trabaud né à Chatou en 1922, en 2010 celle sur les grands hommes de Chatou-Le Vésinet, défilé d'archives cinématographiques de nos grands artistes du cinéma, de la musique, de la peinture, du music- hall, mémoire pour l'association d'une salle Jean Françaix pleine à craquer occupée par 250 personnes écoutant le conteur et passeur d'histoire, en 2011 pour la présentation du coffret Les Voix de la Guerre 1939-1945 au nom duquel nous avions interviewé sous sa houlette les témoins de Chatou et de la région qui venaient compléter les voix des personnages officiels de l'époque, en 2013,  franc-succès pour la projection au cinéma de Chatou du film Normandie-Niemen (1959) avec l'acteur Pierre Trabaud, en 2014 pour le lancement du coffret Les Voix de l'Après-Guerre 1946-1947, en 2014 encore pour les 20 ans de l'association, lorsque fut projeté  à Chatou le film "La Main au Collet" d'Hitchcock de 1954 en présence de l'une des actrices préférées du maître du suspens, la comédienne Brigitte Auber, personnage clé d'un scénario enivré du parfum de la Provence et des amours incertaines de Grace Kelly et Cary Grant. A chaque fois, grâce à ses relations, présence de personnalités venant témoigner, adhésion d'une salle comblée et derrière ce miroir, un legs plus important, la conservation pour la postérité des voix, des témoignages de nos concitoyens illustres ou inconnus. José travailla inlassablement pour donner la postérité à tous ceux qui font l'histoire.

 

AFFICHE1small_B[1].jpg

CONF GDS HOMMES 1.jpg

Conférence des Grands Hommes de Chatou-Le Vésinet en 2010, José  au premier plan et avec lui, Anne Galloyer, conservatrice du Musée Fournaise, Georges Poisson, conservateur général du patrimoine, Alain Hamet, président de l'Amicale des 27 Fusillés de Chatou.

CONFERENCE PIERRE TRABAUD 2008.jpg

COFFRET AUDIO LES VOIX DE LA GUERRE 1939-1945.jpg

 

DISQUE VDG.jpg

DANS EDITIONS LES VOIX DE L APRES GUERRE.jpg

 

VINCENT AURIOL, GEORGES BIDAULT, VICE-AMIRAL BLANDY, LEON BLUM, MARLON BRANDO, MARCEL CARNE, WINSTON CHURCHILL, GARY COOPER, JEAN DELANNOY, CHRISTIAN DIOR, JACQUES DUCLOS, YVES FARGE, ALEXANDRE FLEMING, GENERAL FRANCO, GREER CARSON, GENERAL DE GAULLE, JOSE GIRAL Y PEREIRO, FELIX GOUIN, THOR HEYERDHAL, HO CHI MINH, JOHN EDGAR HOOVER, ANDRE LABARTHE, GENERAL LECLERC,  JOSEPH MAC CARTHY, GENERAL MARSHALL, DANIEL MAYER, JEAN NOHAIN, MARCEL PAGNOL, EVA PERON, RAIMU, FRANCIS TANGUY PRIGENT, PAUL RAMADIER, MARTHE RICHARD, REVEREND PERE RIQUET, JEAN ROBIC, MAURICE SCHUMANN, JESSICA TANDY, ROBERT TAYLOR, PIERRE-HENRY TEITGEN, GENE TIERNEY, MAURICE THOREZ 

ont la parole avec les témoins

de Chatou et des environs

dans le nouveau coffret de l'association

présenté samedi 20 septembre 2014

lors des Journées du Patrimoine :

ENR.28.10.2012 2.jpg

 

01_07_2012.jpg

Avec Monsieur et Madame Pelletier en 2011

ENREG.27.10.2012.n°1.JPG

Avec Monsieur Alain Gournac, sénateur-maire en 2012

VAG1.jpg

De droite à gauche, Arnaud Muller, vice-président de l'association, José Sourillan, Pierre Arrivetz président-fondateur de l'association lors de la présentation du coffret "Les Voix de l'Après-Guerre 1946-1947" en 2014.

NORMANDIE NIEMEN AFFICHE.jpg

NORMANDIE NIEMEN PHOTO O.jpg

Projection en 2013 du film "Normandie-Niemen avec les attachés de l'ambassade russe, Madame Pierre Trabaud, Paule Emanuelle et l'acteur Marc Cassot, aujourd'hui disparu.

PUB CNV A5 MEILLEURE.jpg

 

JOSE 70 ANS DE LA LIBERATION.jpg

Pour les 70 ans de la Libération de Chatou, dans le jardin de l'hôtel de ville avec la princesse Vera Obolensky, Valentin Afanassiev,  Annick Couespel descendante de l'un des 27 Résistants assassinés et Jean-Noël Roset, administrateur.

 

TINO JOSE.jpg

Avec son fils adoptif Celestino Afonso peu avant la projection de son documentaire Annabella en 2013

José ne se démena pas seul pour ces projets catoviens, la famille de notre vice-président Arnaud Muller l'accompagna sans cesse, lui offrit avec une constance digne de nos applaudissements un asile agréable qui lui permettait de passer à la réalisation avec toute l'assistance technique possible. Après un labeur acharné d'une ou plusieurs années, nous mettions le public en situation de découvrir d'une manière sympathique ce qu'il ne connaissait pas grâce à la gigantesque collection de José.

De grands projets en cours furent hélas interrompus: "Les Voix de la Première Guerre Mondiale", la suite des Voix de l'Après-Guerre. La maladie a malheureusement atteint José il y a huit ans et a pris un tour catastrophique il y a quelques mois. En un an, José est devenu l'ombre de lui-même. Natif de l'avant-guerre, il nous a quittés aujourd'hui, samedi 26 août 2017. Nous pleurons sa disparition, ses souffrances, son âme généreuse et créative, parce qu'il nous a apporté beaucoup et que nous l'aimions.        

                                                             Pierre Arrivetz

L'incinération de José Sourillan aura lieu vendredi 1er septembre 2017 à 9h45 au crematorium du Mont Valérien en présence de son fils adoptif Monsieur Celestino Afonso.

 

iLOCO DU PATRIMOINE 2.jpg

23/08/2017

L'INVASION ALLEMANDE EN JUIN 1940 ET L'AFFAIRE DE L'ARMISTICE

Pour nombre de soldats l’ayant vécue, la percée allemande entre le 10 mai et le 22 juin 1940 ressembla à une  promenade militaire des plus tragiques. Les avions et les blindés balayaient tout sur leur passage, les soldats de la Wermacht marchant le fusil à la main derrière des camions convoyant tout leur matériel. Face à eux, l’armée française, sous-équipée, désorganisée, paniquée, dépourvue d’assistance aérienne et de chars, parée à livrer un combat d’un autre âge en bandes molletières et sacs à dos de trente kilos. Des fantassins disséminés sur une ligne de front illusoire furent engagés dans l’incurie la plus totale.

 

A Chatou, comme ailleurs, le conseil municipal afficha ses dernières espérances le 25 mai 1940. Il ne devait plus se réunir en séance publique avant le mois de décembre :

« Le conseil  : 

  -   affirme sa pleine confiance dans les armées Françaises et Alliées

-    salue les combattants ainsi que leurs familles auxquelles il est uni de cœur

 -    exprime sa profonde sympathie pour les réfugiés qui ont dû quitter leur foyer sous la poussée barbare des allemands et prend les dispositions en son pouvoir pour alléger leurs souffrances matérielles et morales. Il remercie les dames de la Croix Rouge de leur ardent dévouement et met à leur disposition une somme de 1000 F prélevée sur le quatrième des dons de 5000 F chacun, que Monsieur Martin vient de mettre à la disposition de Monsieur le Maire.  

Le conseil décide de créer à l’école maternelle Jules Ferry une garderie similaire à celle fonctionnant à l’école Paul Bert. Celle-ci est ouverte depuis le lundi 20 mai 1940 et est appelée à fonctionner tous les jours, même pendant les vacances de Pâques, Pentecôte etc, dimanches et fêtes exceptés. Des subventions sont votées à l’assistance des femmes en couches, à la famille, aux vieillards, à l’assistance médicale gratuite, au sanatorium, aux aliénés, aux 21 réfugiés. »

Le 3 juin 1940, l'aviation allemande bombarda la Seine-et-Oise à l'appui de 50 Dornier épaulés par 50 chasseurs, tuant 87 personnes dont 74 civils, et en blessant 332 autres. Un dépôt d'essence de la Défense Nationale sauta à Chatou. Il avait été disposé dans l'une des usines de Pathé-Marconi. Deux Catoviennes laissèrent leur vie dans ce bombardement : Constance Céline Chanet, 61 ans, et Anne Eugénie Valmire, 62 ans, toutes deux domiciliées 10 avenue de la Grotte dans le Parc de Chatou.

Le 9 juin 1940, l'armée française fit sauter le pont routier de Chatou, entraînant la mort de Jean-Baptiste Albert Chagnon, 47 ans, domicilié aux Mureaux.

BAC A CHATOU.jpg

 

Dans la nuit du 12 au 13 juin 1940, le Catovien René Chantreux, 54 ans, habitant 81 rue du Général Colin, fut abattu d’une rafale de mitrailleuse par un détachement allemand entrant dans la ville en tentant de s’abriter dans un café de la rue de la Paroisse.

Le cabinet Reynaud d’union nationale se divisa sur la question de l’Armistice, aucune résistance en métropole ne paraissant plus possible. Alors que le président du Conseil proposait une capitulation, sa proposition fut transformée sous les imprécations et les menaces du général Weygand en demande d’armistice. Mais c’est une intrigue de Camille Chautemps qui oeuvrait avec Pierre Laval pour le renversement du régime qui emporta le ralliement de la plupart des ministres.

numérisation0025.jpg

Chautemps proposa qu’une demande d’armistice soit faite aux allemands et qu’un refus leur soit opposé dans le cas où  les conditions seraient trop dures.

A l’extérieur du cabinet, les présidents du Sénat et de la Chambre des Députés, Jules Jeanneney et Edouard Herriot, se prononcèrent pour la continuation de la guerre hors la métropole auprès du président de la République, Albert Lebrun.

Dans cette campagne pour ou contre l’armistice de la classe politique réfugiée à Bordeaux, le sénateur Charles Reibel, de la Seine-et-Oise, également sénateur de Chatou, répandit la parole du général Weygand, aux arguments douteux : l’Angleterre serait envahie et capitulerait, de petites républiques révolutionnaires se formeraient sur le sol de la métropole !

CHAUTEMPS.jpg
L'ancien président du Conseil et député radical Camille Chautemps. Ministre de Paul Reynaud,  il intrigua en faveur de l'Armistice avec Laval et fut nommé vice-président du Conseil lors de la formation du premier gouvernement Pétain (17 juin 1940). Il finit par quitter la France le 12 juillet 1940 et s'exila aux Etats-Unis où il mourut en 1963.

 

A l’opposé, Georges Mandel, né à Chatou le 5 juin 1885, ancien chef de cabinet de Clemenceau, ancien ministre des PTT (1934-1936), des Colonies (1938-1940) qu’il réarma, ministre de l’Intérieur du cabinet Reynaud (depuis le 18 mai 1940), fit campagne contre l'Armistice. Selon lui, la victoire des Alliés était inévitable et la résistance possible en Afrique du Nord. Il déclara au sénateur Révillon le 15 juin 1940 :

"- vous savez que Weygand appuyé par Pétain, désire que le gouvernement demande l'armistice. J'estime que ce serait une faute sans précédent dans notre histoire. L'incapacité de nos chefs militaires nous a fait perdre la bataille de France, mais notre pays n'est pas définitivement vaincu. En 1914, aprés Charleroi, nous avons vaincu sur la Marne.

La bataille de France n'est qu'une bataille dans cette grande guerre. Demain, nous pouvons aussi vaincre en Méditerranée. Je crois à la supèriorité des démocraties. C'est folie de se déclarer vaincus lorsque nous pouvons être vainqueurs en continuant la lutte avec nos alliés dans notre empire africain.

- mais si Weygand ne veut plus combattre, pourquoi ne le remplacez-vous pas à la tête de l'armée française ? il y a des généraux qui partagent votre opinion et celle de Reynaud.

- c'est ce que j'aurais déjà fait si j'étais président du Conseil (...)"

 

SITE MANDEL VOILA 2.jpg

Les ministres contre l'armistice étaient de toutes tendances : Louis Marin (Fédération Républicaine), Georges Mandel (Indépendants Républicains), Louis Rollin (Alliance Démocratique), Paul Thellier (Alliance Démocratique), Paul Reynaud (Alliance Démocratique), Alphonse Rio (Gauche Démocratique), Laurent Eynac (Gauche Démocratique),  pour les conservateurs et les modérés, et Yvon Delbos, César Campinchi, Henri Queuille, Jules Julien, ministres membres du Parti Républicain Radical et Radical-Socialiste, Jean Monnet et Albert Serol de la S.F.IO., Raoul Dautry (sans étiquette). Mais Paul Reynaud, impressionné par le courant défaitiste de l'autre moitié du cabinet et la défection de quatre ministres "résistants" hésitants à en croire ses mémoires (Thellier, Queuille, Julien, Sérol), préféra remettre sa démission le 16 juin 1940.

Se conformant aux usages  de la IIIème République au lieu de lui demander de faire un cabinet de résistance, Albert Lebrun fit appel au chef des « défaitistes » au sein du cabinet, le Maréchal Pétain, pour prendre la présidence du Conseil. Ce devait être le dernier cabinet du régime avant le vote des pleins pouvoirs au maréchal le 10 juillet 1940.

 

numérisation0023.jpg
Le maréchal Pétain, en annonçant l'Armistice, put satisfaire en réalité une vieille ambition personnelle, qu'il réussit à assouvir grâce à l'opportunisme sans scrupule de Laval, son comparse depuis 1934. L'auguste vieillard auréolé du prestige de la Première Guerre ne fut pas soupçonné par les Français de brader leurs intérêts. Il fut pourtant au premier rang de ceux qui sabotèrent la politique de Défense Nationale dans les années Trente et se distingua au faîte de la Collaboration dans la promotion des lois anti-juives, la rencontre de Montoire, la lutte contre la résistance française, la mise à disposition de l'Allemagne de la police nationale, la guerre contre les Alliés dans les colonies, l'absence de condamnation de l'invasion de la Zone Libre en 1942, la mise en prison et la déportation des opposants au régime, l'approbation de la création de la Milice en 1944... Sur ses qualités militaires, Foch avait été implacable à son égard : "quand il n'y a rien à faire, c'est son affaire".

 

Entouré d’une pléïade de collaborateurs qui avaient prêté leurs voix au désarmement du pays et jaugé leurs ambitions politiques sur sa défaite militaire, le Maréchal Pétain, sans doute inspiré par Alibert et le général Weygand, n’eut d’autre préoccupation que de faire arrêter Georges Mandel le 17 juin 1940.

 

MANDEL PORTRAIT 4.jpg

L’ opération ne se passa pourtant pas comme escomptée. L’intéressé, soutenu par deux ministres « gênés » du nouveau et dernier gouvernement de la IIIème République, Pomaret et Frossard,  envahit le bureau du président du Conseil, et au gré de son autorité naturelle, obtint sur le champ une lettre d’excuse du Maréchal qui l’exonérait du délit imputé de dépôt d’armes clandestin en vue d’attenter au nouveau gouvernement.

Cette lettre fut retrouvée ensanglantée sur le cadavre du ministre après son assassinat par la Milice le 7 juillet 1944 sur la route de Fontainebleau.

Rappelons que le même Maréchal Pétain, qui ne négligeait aucune manœuvre, avait tenté de convaincre Mandel à deux reprises du bien-fondé de l’armistice en l’invitant à déjeuner au Café de Paris  les 22 mai et 3 juin 1940, en pure perte.

Mais au printemps 1940, le natif de Chatou était encore considéré comme l’un des hommes les plus puissants et les plus redoutés  du cercle politique. Le drame fut qu’il refusa les offres anglaises de départ à Londres les 13 et 20 juin 1940. Compte-tenu de l’insistance de Churchill, il serait probablement devenu un chef de la France Libre (celle-ci ne fut reconnue que le 28 juin 1940 par l’Angleterre en la personne du général de Gaulle).

L'autre victime du Maréchal Pétain fut la France dont il avait tiré par le fond la politique d'armement.

Rencontré le 4 août 1940 à Lyon, Paul Reynaud déclara au sénateur Tony Révillon : "le gouvernement Doumergue a repoussé le 17 avril 1934, l'offre de limitation des armements formulée par John Simon et Eden au nom du gouvernement britannique  et acceptée par le chancelier Hitler. Cela déclencha la course aux armements entre l'Allemagne et la France. C'était très dangereux, car l'Allemagne possède une puissance industrielle très supèrieure à la nôtre et peut par conséquent fabriquer plus d'armement que la France.

Qui était ministre de la Guerre à ce moment ? le maréchal Pétain. Il aurait dû vite mettre en oeuvre un puissant programme d'armement. Or, qu'a-t-il fait pour remédier à cette angoissante situation ? il a réduit les crédits d'armement votés par le Parlement. Lorsqu'il quitta son ministère, son premier souci fut de publier dans La Revue des Deux Mondes un article sur l'éducation en France. Les problèmes militaires ne l'intéressaient plus guère. Il ne pensait qu'à devenir président du conseil et à donner des gages à la droite.

Le 18 mars 1935, les Allemands établissent la conscription. La population du Reich est presque double de celle de la France. L'Allemagne pourra donc avoir deux fois plus de soldats. Je jette un cri d'alarme et je dépose le 31 mars 1935 sur le bureau de la Chambre des Députés un contre-projet demandant la création de dix divisions lourdes blindées. N'ayant plus la quantité, ne nous fallait-il pas la qualité pour pouvoir résister à une invasion allemande ? mon contre-projet fut repoussé par le gouvernement Flandin-Laval-général Maurin comme "contraire à la logique et à l'histoire". Or, c'est avec dix divisions lourdes que les Allemands, au mois de mai, ont crevé notre front et nous n'avions rien à leur opposer."

Edouard Daladier  fut interrogé le 22 juin 1940 sur le "Massilia" par un journaliste, qui lui demanda : "est-ce vrai, Monsieur le Président, que le conseil supèrieur de la guerre n'était pas favorable à la prolongation de la ligne Maginot jusqu'à la Mer du Nord ?"

- c'est exact. La commission sénatoriale de l'armée est venue me demander de prolonger la ligne Maginot jusqu'à la mer. Le conseil supèrieur de la guerre, à l'unanimité moins une voix, a répondu qu'il n'y avait pas lieu de poursuivre cette ligne. (...)

- est-il vrai que le Maréchal Pétain était adversaire de la prolongation de la ligne Maginot ?

- c'est exact. Un projet de crédit de 240 millions avait été établi par Monsieur Piétri, ministre de la Guerre, pour fortifier Maubeuge, Montmédy et Valenciennes. Le Maréchal fit rejeter ce crédit par le conseil. C'était, si ma mémoire ne me fait pas défaut, en juin 1932."

 

DALADIER.jpg
Daladier président du Conseil salué par le général Catroux à Alger en 1939. Le général devenu gouverneur d'Indochine (1939) sur l'ordre de Georges Mandel ministre des Colonies, fut destitué par Vichy et figura parmi les premiers ralliés à de Gaulle.

 

Le Maréchal avait livré cette vision prophétique à la commission de l'armée du Sénat lors de sa séance du 7 mars 1934: "à partir de Montmédy, il y a les forêts des Ardennes. Elles sont impénétrables si on y fait des aménagements spéciaux. Par conséquent, nous considérons cela comme une zone de destruction. Naturellement, les lisières du côté de l'ennemi seraient protégées : on y installerait des blockhaus. Comme ce front n'aurait pas de profondeur, l'ennemi ne pourrait pas s'y engager, s'il s'engage, on le repincera à la sortie des forêts. Donc ce secteur n'est pas dangereux."

Le 18 juin 1940, l'ingénieur du Génie Maritime Henri Ramas, âgé de 37 ans, fils du maire de Chatou élu depuis 1935, Jules Ramas,  fut tué par un obus ennemi à côté de ses pièces de batterie à Saint-Sauveur de Pierrepont dans le Cotentin après avoir refusé l'ultimatum de la division Rommel avançant vers Cherbourg (prise le 19 juin), et permis l'évacuation de troupes vers l'Angleterre. 

RAMAS III.gif

La tombe d'Henri Ramas au cimetière de Chatou

 

Dans la ville occupée, le conseil municipal posa pour la dernière fois au domicile du maire 20 avenue du Général Sarrail dans une atmosphère de tension et de deuil, chacun étant solidaire de Madame Ramas (à l'extrême droite sur la photo).

 

RAMAS 1940.gif

La question de l’Armistice reste posée et les témoignages des acteurs de l’époque ne manquent pas.

Le sénateur radical Tony Révillon, qui rencontra le commandant des opérations en Afrique du Nord et résident général du Maroc, le général Noguès, futur rallié et inconditionnel du régime de Vichy,  recueillit ces propos édifiants  du résident général avec ses amis députés Joseph Denais et La Groudière le 29 juin 1940 :

 

NOGUES.jpg

« je disposais d’une armée de plus de 250.000 hommes. On pouvait m’envoyer de France la valeur de quelques divisions. Il m’était possible de lever encore en Afrique du Nord plusieurs autres divisions, particulièrement au Maroc. En Afrique Occidentale, on instruisait une assez importante armée.

Protégée par une flotte franco-britannique, l’Afrique du Nord française était difficilement accessible à l’ennemi. Par où serait-il passé ?si les troupes allemandes avaient voulu envahir par l’Espagne, nous pouvions dés l’entrée des Allemands dans la péninsule ibérique occuper Tanger, sa banlieue et une partie du Riff, si c’était nécessaire. Avec l’appui de l’escadre franco-britannique, la traversée du détroit de Gibraltar était très difficile, comme le serait l’invasion de la Grande-Bretagne.

En Tripolitaine, les Italiens disposent d’une armée beaucoup moins nombreuse que l’armée française d’Afrique. Pris entre l’Egypte et la Tunisie, menacée par la flotte franco-britannique dont la supériorité est écrasante, les Italiens auraient eu le plus grand mal à ravitailler leur colonie. Il fait très chaud, en ce moment, dans le sud tunisien, mais dés la fin septembre, nous pouvions entreprendre la conquête  de la Tripolitaine et c’était un gage des plus intéressants.

La plupart des grandes villes italiennes, sauf Turin et Milan, sont des ports ou des villages situés à proximité de la mer. Ces ports auraient facilement été bombardés par notre aviation et notre flotte.

Dans les jours qui ont précédé l’Armistice, j’ai reçu de la métropole 700 avions de combat modernes de première ligne. J’ai fait aussitôt bombarder plusieurs villes italiennes. Ces bombardements ont été très efficaces. La réaction italienne sur Bizerte a été faible.

Le moral en Italie, d’après tous les renseignements qui me parvenaient, n’était pas bon. Nous pouvions empêcher son ravitaillement par mer, détruire ses navires, endommager ses ports. Nous pouvions mettre ce pays assez rapidement dans une situation délicate et cela pouvait avoir des répercussions heureuses pour nous dans les Balkans.

Je m’étais entendu avec le général Olry commandant l’armée des Alpes. Il estimait pouvoir tenir quelques temps en avant de Toulon et m’envoyer des tanks, de l’artillerie, des munitions.

Ce qui nous manquait le plus en Afrique, c’était des munitions. Nous n’en n’avions que pour 3 mois de combat. Mais nous aurions pu en recevoir d’Angleterre et surtout d’Amérique par les ports du Maroc.

J’espérais que le gouvernement résisterait. Nous faisions passer des munitions et du matériel de France en Algérie. Le général Weygand m’a demandé de me rendre à Bordeaux. Je l’ai prié de ne pas me faire quitter mon poste dans de si graves circonstances et le ministre de la Défense Nationale m’envoya un général que j’ai mis au courant de notre situation, de nos possibilités de résistance et de nos grandes chances de succès.

Il y eut alors le dimanche 23 juin un changement d’attitude à Bordeaux. On a interdit le transport du matériel de France en Afrique. Quelques-uns de mes officiers, qui continuaient dans un port de la métropole à charger des tanks sur un bateau, ont été mis aux arrêts de rigueur.

Il se tut, resta songeur quelques secondes, puis reprit :

-         Il y a des ordres étranges. On m’a interdit d’envoyer en Afrique Occidentale, comme je l’avais proposé, où ils auraient pu être facilement cachés, quelques-uns des magnifiques avions qui sont arrivés de la métropole en Algérie.

-         N’était-il pas possible de continuer la lutte malgré Bordeaux ? Y-a-t-on songé ?

Le général répondit d’une voix très basse :

-         oui, mais il y avait la Marine…

-         vous a-t-on fait connaître les raisons qui ont empêché l’adoption par le gouvernement de votre point de vue, questionna Joseph Denais ?

-         non, on m’a simplement répondu que les éléments d’appréciation dont je disposais ne me permettaient pas de juger de la situation à laquelle le gouvernement avait dû faire face.

-         Il y a eu des raisons d’ordre politique, dis-je. Laval et ses amis ont voulu « faire passer la France du clan des démocraties dans le clan des dictatures. »

Il y eut un long silence. Je repris :

-         le gouvernement du Maréchal Pétain a pris une lourde responsabilité devant l’histoire.

Et le général Noguès ajouta d’une voix à peine perceptible :

- Et devant la France et l’humanité.

Notre émotion était intense et pendant un long moment aucun de nous ne parla ni ne bougea. Puis nous nous levâmes et prîmes congé du général. »

L'une des conditions majeures de la poursuite des combats en Afrique du Nord était l'intervention de la Marine, devenue la quatrième du monde sous l'empire de l'ancien ministre Georges Leygues puis de l'amiral Darlan. Or, l'amiral Darlan, grand partisan de la poursuite des combats à la veille de l'Armistice, inversa sa position pour entrer dans le cabinet Pétain.

Cette situation condamna la France à jouer un rôle mineur dans la victoire militaire des Alliés lesquels, comme les ministres "résistants" de Paul Reynaud l'avaient prédit, entreprirent la reconquête à partir de l'Afrique du Nord.

Rappelons qu'en 1939, la Marine française comptait 7 cuirassés, 2 porte-aéronefs, 19 croiseurs, 32 contre-torpilleurs, 38 torpilleurs, 77 sous-marins. Entre la déclaration de guerre et l'Armistice, la Marine avait escorté entre Brest et la Méditerranée 175 convois français rassemblant 1457 navires marchands dont 7 seulement avaient été coulés par l'Allemagne. La Marine s'était distinguée également par la protection de 56 convois anglais et alliés représentant 2157 navires marchands.

RICHELIEU.jpg
Le "Richelieu", cuirassé de 35.000 tonnes mis en service en 1939 d'une vitesse de 30 noeuds, abritant 70 officiers et 1600 hommes, armé de 135 pièces de DCA, ne joua aucun rôle dans la guerre contre l'Allemagne et connut les hostilités sous les attaques britanniques. Il fut néanmoins sauvé puis restauré en 1942 avec l'entrée des Alliés en Afrique du Nord. Les Etats-Unis lui firent assumer des missions dans le Pacifique contre le Japon. 
FEU strasbourg.jpg
Batterie du "Strasbourg" en action. Mis en service en 1939, d'une vitesse de 30 noeuds, ce croiseur comportait 64 canons et mitrailleuses et pouvait embarquer jusqu'à 2000 hommes d'équipage. Bombardé à Mers-El-Kébir le 3 juillet 1940, il parvint à s'échapper et rejoignit Toulon où il fut sabordé le 27 novembre 1942 lors de l'arrivée des Allemands.
SURCOUF.jpg
 
Le sous-marin "Surcouf", plus grand sous-marin du monde en 1939, sous-marin unique dans la flotte française. Ses canons de 203 mm pouvaient tirer chacun trois obus de 120 kg à la minute, à une distance de 27 km. Equipé de 12 tubes lance-torpilles avec 12 torpilles de réserve et d'une tourelle double de 203 mm, calibre identique à celles d'un croiseur lourd, le "Surcouf" était désigné comme un "croiseur sous-marin". Armé en 1934, il se réfugia en Angleterre en mai 1940 et coula par suite d'un bombardement Allié par erreur en 1942, tuant son équipage de 126 membres (source: wikipedia).
 
LE DUNKERQUE.jpg
 
Le croiseur "Dunkerque" : lancé en 1935, d’une vitesse de 31 nœuds, il fut bombardé lors de l’attaque britannique de Mers-El-Kébir le 3 juillet 1940 et perdit 211 hommes d’équipage. Ramené à Toulon pour être renfloué, il y fut sabordé le 27 novembre 1942 avec 90 navires de guerre français. Il comportait 8 canons de 330 mm, 16 canons de 130 mm, 4 canons de 37 mm, 8 canons antiaériens de 37 mm, 32 mitrailleuses antiaériennes. Il était armé d’une catapulte et chargé de 3 hydravions.
 
 
DARLAN.jpg
 
Le 3 juin 1940, l'amiral Darlan déclara à Jules Moch au ministère de la Marine: " les généraux ne veulent plus se battre et les soldats fichent le camp. Si l'on demande, un jour, l'armistice, je finirai ma carrière par un acte de splendide indiscipline. Je partirai avec la Flotte."
 
Le 22 juin 1940, l'ancien ministre de la Marine de Paul Reynaud, César Campinchi, fit cette observation avec tristesse à Tony Révillon: "Darlan était favorable à la résistance. Il me disait encore la veille de la démission du cabinet Reynaud : "Monsieur le Ministre, si par malheur le gouvernement demande l'armistice, qu'il me donne huit jours, j'écraserai la flotte italienne et l'Italie ne se relèvera pas de cette défaite". Et puis Pétain lui a offert le ministère de la Marine et pour devenir ministre, il est passé dans le camp des défaitistes."
 

A partir du 17 juin, le gouvernement Pétain avait annoncé qu'il demandait les conditions d'un armistice.  Alors que l’Armistice  n’était pas signé, cette annonce jeta la démobilisation dans les esprits de sorte que les Allemands obtinrent de nombreuses redditions aussitôt. Certains officiers adressèrent cependant des exhortations à la poursuite du combat cependant qu’enfermés dans l’enceinte de la ligne Maginot, 22.000 soldats continuèrent la lutte au-delà de la signature de l’Armistice.

Un bilan accablant sortit de cette bataille de deux mois et demi. 1.800.000 soldats français furent faits prisonniers.

PRISONNIERS.jpg
Les prisonniers français comptaient des soldats des troupes coloniales qui firent preuve de la plus grande bravoure devant l'ennemi avant d'être rattrapés dans les camps par la folie hitlérienne.
 
 
 
 
 
Sources :
- "Mes Carnets (juin-octobre 1940)" par Tony Révillon (éditions Odette Lieutier 1945)
- "Vingt ans de politique navale (1919-1939)" par Espagnac du Ravay (éditions Arthaud 1941)
-  "La France a sauvé l'Europe" par Paul Reynaud (éditions Flammarion 1947)
- "Georges Mandel ou la passion de la République 1885-1944" par Bertrand Favreau (éditions Fayard 1996)
- rapports préfectoraux des Archives Départementales des Yvelines
                                     

06/08/2017

MENDEL SZKOLNIKOFF, PROPRIETAIRE SOUS L'OCCUPATION

SKOLNIKOFF.jpg

Les recherches cadastrales nous ont permis d'établir que Mendel Szkolnikoff (1895-1945), ci-dessus au centre en uniforme allemand, qui fut millionnaire sous l'Occupation grâce à son marché noir, ses activités immobilières d'intermédiaire pour les allemands, et la fourniture de tissus à la Kriegsmarine puis de la SS auprès desquelles il détînt une exclusivité d'approvisionnement, était propriétaire à Chatou de maisons et garages avenue Gambetta côté impair (cadastre 1885 références C137, C138, C138 bis, C404). Ses historiens mentionnent une "luxueuse villa" à Chatou. Szkolnikoff était domicilié selon le registre cadastral de Chatou 164 quai Louis Blériot à Paris où, après des affaires médiocres pendant l'entre-deux-guerres, il avait pu s'installer, possédant également un appartement 16 rue de Presbourg. La Gestapo l'arrêta en janvier 1944 mais le relâcha après le paiement d'une caution. Le 8 mai 1950, il fut condamné à mort par contumace mais on estime aujourd'hui que sa disparition remonte à 1945.  

53 AVENUE GAMBETTA.JPG

Extrait de la matrice cadastrale post 1914

mentionnant les propriétés de Mendel Szkolnikoff

 

Historiens cités par Wikipédia :

  • Pierre Abramovici, Szkolnikoff, le plus grand trafiquant de l'Occupation, Paris, Nouveau Monde, , 350 p. (ISBN 978-2-36583-865-8)
  • Fernando Castillo Cáceres, Noche y niebla en el París ocupado. Traficantes, espías y mercado negro., Madrid, Editorial Fórcola, , 312 p. (ISBN 978-84-15174-55-4), p. 219-224
  • Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons français sous l'occupation, Paris, Odile Jacob,  
  • Alain Bottaro, Le Fonds d'archives Donadeï-Martinez et Szkolnikoff 
  • Jacques Delarue, Trafic et crimes sous l'Occupation, Paris, Fayard,

 

LOCO DU PATRIMOINE.jpg